Pratiques anticoncurrentielles : la Commission sanctionne Google de 2,4 milliards d’euros

Après sept ans d’enquête, la Commission a rendu son verdict contre Google ce mardi : une amende de 2,42 milliards d’euros pour violation des règles de concurrence de l’UE. Google a abusé de sa position dominante sur le marché des moteurs de recherche en favorisant son service de comparaison de prix.

La Commission a décidé mardi 27 juin d’imposer une amende à Google à hauteur de 2,42 milliards d’euros, en raison de sa violation des règles européennes antitrust. Google est accusé d’avoir utilisé sa domination sur le marché de la recherche sur internet pour promouvoir son comparateur de prix. Son produit apparaît automatiquement en première page des résultats de recherche, tandis-que le service concurrent le mieux placé ne s’affiche en moyenne qu’à la page quatre des résultats, les autres figurant encore plus bas. Or, « les dix premiers résultats de recherche générique sur la page 1 reçoivent 95% des clics effectués sur les résultats de recherche » a expliqué Magrethe Vestager, la commissaire à la concurrence. Cette pratique a été jugée illégale et déloyale par la Commission. Depuis la mise en place de cette pratique, le trafic du service Google de comparaison de prix a été multiplié par 45 au Royaume-Uni, par 35 en Allemagne et par 19 en France. Le numéro un des moteurs de recherche dispose à présent de 90 jours pour se conformer aux règles européennes, sous peine d’être soumis à des astreintes supplémentaires, pouvant atteindre 5% du chiffre d’affaire quotidien d’Alphabet, la société mère. S'il est possible que Google fasse appel devant la Cour de justice européenne, elle devra néanmoins s'acquitter de la somme record, décidée par Bruxelles.

Billets sur le même sujet :

  • Aucun billets associés