Des députés persona non-grata au Parlement européen

Dix jours après les élections européennes, les nouveaux députés commencent à s’installer à Bruxelles. Depuis une semaine, ils peuvent venir s’enregistrer au Parlement européen et recevoir un « welcome pack », qui contient notamment un badge temporaire pour accéder à l’institution. Mais tout ne s’est pas déroulé comme prévu pour deux eurodéputés catalans fraîchement élus : Carles Puigdemont et Toni Comin. Le 29 mai, lors de leur arrivée à Bruxelles, ils n’ont pas pu recevoir leur badge provisoire et entrer dans les locaux du Parlement sous prétexte qu’ils n’avaient pas été investis comme eurodéputés en Espagne.

Une impasse pour le président et le ministre catalans déchus, exilés à Bruxelles, qui ne peuvent retourner en Espagne où ils sont poursuivis pour tentative de sédition depuis 2017. Contrairement à eux, les 52 autres eurodéputés espagnols ont pu être accrédités provisoirement au Parlement européen, même si leur code électoral les oblige à prêter serment devant le Parlement à Madrid pour être investis. Une accréditation finalement suspendue par le Parlement européen par mesure d’égalité.

A lire aussi

  • Aucun article

A lire aussi

  • Aucun article