Belgique : des élus frappés au portefeuille pour cadeaux électoraux

Caroline Taquin, Bourgmestre de Courcelles

À Courcelles, au sud de Bruxelles, des boites à médicaments, contenant des informations importantes pour les secours en cas de problème pour la personne âgées, ont été distribuées pendant la période électorale aux aînés de la commune. Ces 1.000 boites bleues valent aujourd’hui une lourde sanction à l’ancienne bourgmestre de la commune, Caroline Taquin et aux membres du conseil municipal de l’époque.

Au lendemain des élections locales d’octobre 2018, une plainte avait été dressée par le Fernand Payen, candidat sur la liste socialiste, perdante du scrutin. Le PS avait notamment dénoncé la couleur de la boîte, bleue comme celle du parti de la maire libérale candidate à sa réélection, et la mention "Commune de Courcelles - la maire Taquin et le conseil municipal", qui relevait selon lui d’un gadget électoral, distribué à seulement quelques semaines du scrutin.

Cet argumentaire a été retenu par la Commission de contrôle qui a validé la réclamation déposée par le PS de Courcelles. « En période électorale de telles mentions sont destinées à influencer favorablement le résultat des candidats concernés », a déclaré André Antoine, Président du parlement wallon, avant d’ajouter qu’« il est absolument interdit de distribuer des gadgets, de quelque façon que ce soit, pendant la période réglementée. ».

Six mois après la distribution de ces boîtes, la Commission de contrôle des dépenses électorales du Parlement wallon a finalement prononcé son verdict : 40% du montant de la rémunération des huit élus concernés sera retenu pendant trois mois.

Une décision incomprise par Caroline Taquin (MR), finalement réélue à la tête commune : « On était persuadés d’être dans la continuité d’un travail qu’on a commencé en 2017 », et d’ajouter que le conseil municipal avait préalablement demandé un avis administratif à propos de cette distribution et que le choix de la couleur de la boite n’avait pas été communiqué au conseil municipal à l’époque.

La commission parlementaire a néanmoins considéré que cette initiative relevait bien d’une forme de publicité électorale, interdite par le Code wallon de la démocratie locale. La sanction se veut donc sévère et exemplaire, à la veille les prochains scrutins régionaux et fédéraux de mai 2019.

 

A lire aussi

  • Aucun article

A lire aussi

  • Aucun article