Dynastie belge : histoire et tragédies

À Bruxelles, le Musée d’art et d’histoire inaugurera le 9 mars une exposition dédiée aux 90 ans mouvementés de la famille régnante. Plus de 300 couvertures de l’hebdomadaire Soir Mag, (anciennement Le Soir Illustré) seront présentées, pour un retour sur les neuf décennies de la famille royale de Belgique.

Depuis l’accession au trône d’Albert 1er en 1909, la dynastie régnante a été secouée par des destins tragiques et certains désaccords avec son peuple.  Lorsque Albert 1er, le « roi soldat » comme on le surnomme, succède à son oncle Léopold II, la monarchie est au plus mal, frappée par l’impopularité de l’ancien souverain, critiqué pour ses méthodes coloniales. Malgré les épreuves rencontrées lors de la Grande Guerre, Albert 1er veut offrir à la monarchie ses lettres noblesse et installer la Belgique à l’avant-scène de la diplomatie européenne. Dès 1914, il n’hésite pas à prendre le commandement de l’armée et se rend sur le terrain avec ses troupes. Ces actes lui vaudront plus tard le surnom de « Roi-soldat » et lui confèreront un immense respect aux yeux de son peuple. Il meurt  en 1934 à la suite d’une chute mortelle dans les rochers de Marche-les-Dames, alors qu’il faisait de l’escalade.

C’est son fils, Léopold III, qui lui succède quelques jours seulement après l’accident. Un an après l’accession au trône, sa femme, la princesse Astrid de Suède, devenue reine des Belges, meurt dans un accident de voiture en Suisse. Leopold III, qui conduisait la voiture à ce moment-là s’en sort légèrement blessé, mais restera longtemps impacté par cette tragique disparition. Dix ans plus tard, au cours de la deuxième guerre mondiale, Le Roi et sa famille seront faits prisonniers en Allemagne et en Autriche. Alors qu’il est libéré en 1945, une partie de la population belge est opposée au retour de Léopold III au Royaume. C’est ce qu’on appelle « la Question Royale ». Le Roi ne jouit plus du soutien et de la confiance de son peuple, son image étant ternie par certains évènements comme la rencontre avec Hitler fin 1940, et le scandale d’un remariage très mal perçue par le peuple. Leopold III se contraint d’abdiquer en 1950 et laissera place à son fils, Baudoin, couronné officiellement l’année suivante.

À 21 ans à peine, Baudouin devient le cinquième Roi des belges. Son règne dure presque 40 ans, au cours desquels le Roi Baudouin n’aura de cesse que d’être aimé et respecté par son peuple. Son épouse la Reine Fabiola sera, elle aussi, adulée. Notamment grâce à un engagement toujours plus fort pour les questions sociales et le domaine de la culture et des arts. Le roi le plus aimé des Belges meurt tragiquement lui aussi, à la suite d’une crise cardiaque en 1993.

C’est son frère, Albert II qui lui succède. Un règne plutôt paisible si ce n’est le scandale provoqué par la découverte de l’existence d’une fille cachée, Delphine Boël. Il abdiquera après vingt ans de règne pour laisser la place à son fils, Philippe. Aujourd’hui, le Roi Philippe s’emploie à rendre à la monarchie son lustre en dépit des vagues de renonciations émanant de sa propre famille.

Q. Barrea & V. Lerouge

A lire aussi

  • Aucun article

A lire aussi

  • Aucun article