Bruxelles : capitale européenne de...l'insécurité ? (suite)

La chronique "Sans frontières" que j'ai présentée hier (jeudi 18 mars 2010) a provoqué un grand nombre de réactions, en trés grande majorité positives. Elle a d'ailleurs été visionnée prés de 6 000 fois sur le site de France 2 et la note moyenne que lui ont attribué les internautes est de 5/5.

La tonalité générale de ces réactions est : "enfin, on montre les choses telles qu'elles sont, sans tomber dans le politiquement correct"

Ce qui prouve bien que le problème de l'insécurité à Bruxelles est ressenti par ceux qui y habitent et qu'ils apprécient qu'on en parle sans détour.

Mais certains ont été choqués par cette chronique. Si vous faites partie d e ceux-là et que vous êtes Bruxellois, je vous invite à jeter un oeil à l'article trés bien fait du journal "la capitale" d'aujourd'hui (page 8)  qui analyse ce qui m'a incité à présenter ce reportage.

Mais, à mon tour, un point me choque : la raison de la colère de certains est qu'en tant que média français, France 2 n'aurait pas dû parler de ce problème belge au motif qu'il faut toujours commencer par "balayer devant sa porte". En clair, occupez vous de l'insécurité en France et pas chez nous. Je trouve l'argument plus que léger. D'abord parce que depuis un mois, la thématique sécuritaire est à la une de tous les médias belges et à juste titre car les faits divers violents se multiplient. Je ne vois donc pas au au nom de quel principe un média étranger devrait s'interdire d'en faire état. D'autant que Bruxelles est certes une ville belge mais également une ville européenne et que les institutions européennes sont elles aussi concernées. C'est d'ailleurs à ce titre que je suis à Bruxelles, comme les autres correspondants européens. L'objectif n'était donc pas de stigmatiser Bruxelles ni de dire que la région parisienne par exemple serait plus sûre que Bruxelles. J'ai d'ailleurs bien précisé qu'il n'y pas ici - comme c'est le cas en France - le problème des banlieues dites "sensibles", et c'est tant mieux.

Par ailleurs, j'ai lu un commentaire disant que si nous avons fait ce sujet, c'est parce que la France souhaite que le parlement européen soit en permanence à Strasbourg et qu'il quitte Bruxelles. Ce n'est évidemment pas pour cela, d'autant ce n'est pas ce que je pense.

Enfin, quelques remarques de forme :

Suite à cette chronique, une partie de la presse belge a titré "Bruxelles est ce le bronx ?". Ce n'est pas ce que j'ai dit. J'ai effectivement posé la question mais pour y répondre par la négative ! (au passage, le bronx est beaucoup moins dangereux qu'avant !)

Pour terminer, si je maintiens ce que j'ai dit dans cette chronique, je suis en revanche désolé que le titre que j'avais choisi et qui était : "Bruxelles, capitale européenne...de l'insécurité ?" ait été diffusé à l'antenne sans le point d'interrogation. Une faute de frappe qui change tout.

A lire aussi

A lire aussi