"Jeu vidéo" à la Cité des sciences : l'exposition qui veut aller plus loin que l'image

"Jeu vidéo : l'expo" ouvre ses portes mardi 22 octobre à la Cité des sciences et de l'industrie, à Paris (VINCENT MATALON / FRANCETV INFO)

Pas simple, d'exposer le jeu vidéo dans un musée. On peut choisir de mettre en vitrines les premiers modèles d'Atari, de proposer aux visiteurs de jouer à Pac Man ou à Spacewar, ou encore de passer des petits films qui montrent les dernières prouesses techniques des jeux contemporains. Tout cela, "Jeu vidéo : l'expo", qui ouvre ses portes mardi 22 octobre à la Cité des sciences et de l'industrie de Paris, le fait.

(VINCENT MATALON / FRANCETV INFO)

(VINCENT MATALON / FRANCETV INFO)

Mais l'exposition a aussi une autre ambition : faire réfléchir le visiteur, néophyte ou amateur, sur ce qu'implique le fait de jouer devant un écran. "Ce que l'on voulait faire, c'était d'abord être didactique sur la nature des jeux vidéo, mais aussi aller plus loin que la simple image, pour expliquer au public les différentes facettes du gameplay, le ressenti du joueur", explique Olivier Lejade, commissaire scientifique de l'exposition et patron du studio Mekensleep à la ville.

Des jeux évolutifs qui balaient cinquante ans d'histoire

Sur ce plan, l'exposition qui s'étale dans un décor inspiré du film Tron est une franche réussite. En plus de vidéos analysant le comportement de différents types de joueurs devant leur écran, plusieurs dispositifs permettent de s'essayer à des jeux qui balaient plus de cinq décennies d'histoire. Dans une version d'Evoland spécialement créée pour l'occasion, le joueur commence ainsi une partie dans la peau d'un aventurier de quelques pixels de hauteur, qui ne peut se déplacer que de gauche à droite dans un univers en noir et blanc.

Au fil de l'exploration, la jouabilité et la technique s'améliorent : la couleur apparaît en 4, puis en 8 bits, la qualité du son s'améliore... En cinq petites minutes, Evoland est devenu un jeu de rôle en 3D qui ressemble aux dernières sorties du genre. Quelques mètres plus loin, un simulateur de jeu de course automobile propose une expérience similaire.


(Bande-annonce de la version complète d'Evoland)

"Donner au jeu vidéo la reconnaissance qui lui est due"

Les autres ateliers de l'exposition visent, de manière plus ou moins directe, à "donner au jeu vidéo la reconnaissance qui lui est due, sans chercher à prendre d'autres arts en référence", explique Olivier Lejade. Une section propose de découvrir les différents métiers de l'industrie et de fabriquer son propre jeu de plateforme, une autre évoque portée politique de certains titres, tandis qu'au centre de l'espace, des transats en forme de Pac-Man permettent aux visiteurs de regarder des scènes spectaculaires et paisibles de jeux vidéo récents.

Pour un peu, il serait possible de rater A l'épreuve des critiques, diffusé dans un coin isolé de l'exposition. Ce documentaire d'une quinzaine de minutes répond, en donnant la parole à un sociologue et à un psychologue, aux critiques habituellement formulées à l'encontre du jeu vidéo. Olivier Lejade regrette presque d'avoir eu à évoquer ces clichés de violence et d'addiction.

"On ne pouvait pas ne pas traiter ces questions dans une exposition destinée au grand public", dit-il, évoquant le mouvement de "légitimation" du jeu vidéo auquel participe selon lui l'évènement. "Avec un peu de chance, les prochaines expositions n'auront plus à le faire". Si toutes sont de la qualité de "Jeu vidéo : l'expo", il y a des raisons d'espérer.

 

"Jeu vidéo : l'expo", du 22 octobre 2013 au 24 août 2014 à la Cité des sciences et de l'industrie, à Paris. Ouvert tous les jours, sauf le lundi, de 10h à 18h, et jusqu’à 19h le dimanche.

Publié par Vincent Matalon / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article
  • Guest

    Bof. En tout cas le site ne donne pas envie !