L’arrivée des lémurs varis roux

Deux des trois femelles lémurs varis roux (Varecia rubra) © F-G Grandin MNHN

Actuellement, plus de 30% des espèces sont arrivées au zoo. Elles sont, pour le moment, installées en quarantaine ou en zone d'acclimatation avant de pouvoir prochainement, intégrer leurs espaces définitifs. L’arrivée d’une espèce au zoo est toujours un événement qui nécessite une grande mobilisation, entre la préparation des loges, l’anticipation des manipulations, les formalités administratives et le suivi du convoi.

© Gédéon Programmes et MFP - Guy Beauché et Guillaume Maidatchevsky

Une matinée d’octobre, Nathalie Dogna, assistante vétérinaire, s’affaire en zone de quarantaine. Trois femelles lémurs varis roux (Varecia rubra) sont attendues pour la fin de la matinée. Il faut donc nettoyer les loges et préparer eau et nourriture en amont. « Elles vont déjà être relativement stressées par le transport donc il faut que tout soit prêt avant qu’elles n’arrivent. Aujourd’hui on va les laisser tranquilles au maximum pour qu’elles prennent leurs repères et juste faire des contrôles visuels dans la journée » explique Nathalie.

Il s’agit de trois femelles varis roux, une mère, Zibar et ses deux filles issues de portée différentes. Toutes trois viennent du zoo de Dublin en Irlande. Ainsi ont-elles l’avantage de se connaître, ce qui permettra une adaptation plus facile. Parties hier du zoo de Dublin, les trois femelles varis roux ont fait une petite escale à Francfort (car il n’y avait pas de vol direct acceptant le transport d’animaux) et sont arrivées le matin à l’aéroport de Roissy-CDG. Pour prendre en charge les lémuriens, dès leur arrivée à l’aéroport, le Parc Zoologique de Paris passe par un transitaire, la société Cap West, qui réceptionne les animaux, leur fait passer la douane et s’occupe des formalités administratives avant de les acheminer jusqu’au parc.

Une fois arrivées au zoo, les trois varis roux sont pesées puis installées, une à une, dans leur loge, le tout en essayant de les déranger le moins possible. Là, elles sont identifiées par les équipes soigneurs selon leurs signes distinctifs (tâches blanches au niveau de la queue ou des pattes) avant que ces derniers ne les laissent prendre tranquillement leurs repères. Les deux filles varis roux n’ayant pas de nom pour le moment, Nathalie et le reste des soigneurs devront rapidement leur attribuer de beaux prénoms aux consonances malgaches, leur terre d'origine.

 

Pour en savoir plus : http://parczoologiquedeparis.fr

Related Posts: