Quelques réactions à la diffusion de Pièces à conviction : "Nos très chers sénateurs"

"Magnifique illustration de notre république gangrenée jusqu'à la moelle. Bravo aux réalisateurs" Jean-Jacques E.

"Excellente émission d'information citoyenne. Un seul regret, qu'elle soit programmée à 23 heures 15. Ce qui de fait, limite l'audience et l'information" Jean-Paul G.

"J'ai beaucoup apprécié votre émission sur les sénateurs. Elle montre bien que ces hommes politiques n'ont plus conscience de leurs actes et sont totalement déconnectés de la réalité. Dommage que l'émission soit si tardive…" Bernard M.

"Bravo pour l'émission sur les "chers sénateurs ". Faites-nous connaître aussi tous les abus dans les ministères. Merci. L’ÉGALITÉ est en effet un concept à retravailler dans la société française; elle ne concerne pas que l'égalité homme-femme ou l'égalité des droits et des devoirs; elle doit aussi s'accompagner de l'abolition des privilèges… NON, NON et NON. Nous ne voulons plus de ce RÉGIME de ses palais, de ces privilèges, de ces feignasses incompétents, clientélistes et radoteurs. Journalistes, aidez-nous à retrouver la dignité nationale et la morale publique. Merci." Michelle S.

"Bravo pour cette émission ! Qui peut encore parler d'égalité et d'unité de la nation quand on voit de telles disparités entre le smicard qui fait honnêtement ses 35 h par semaine et ces fonctionnaires et sénateurs qui s'en mettent plein les poches avec nos impôts… !!!" Nicole M.

"Merci d'avoir diffusé cette émission. N'écoutez pas les critiques des sénateurs mais les félicitations des français qui vous remercient pour ce beau travail d'investigation." Chantal B.

"Le reportage consacré à "nos très chers sénateurs" et diffusé hier sur France 3 était l'exemple même de la démagogie journalistique et de la caricature. Si j'adhère à la volonté de rendre compte de la réalité des conditions de travail des parlementaires, je ne peux que condamner fermement un travail de parti pris, univoque et sans jamais laisser la place au contradictoire ni à une analyse précise. Les journalistes se couvrent en indiquant qu'ils "n'ont pas été autorisés à parler aux fonctionnaires" et que le président "Larcher n'a pas donné suite à leurs demandes d'entretien". Dès lors, ils considèrent à bon droit pouvoir intervenir en caméra cachée, qui, c'est bien connu, permet de mieux saisir la vérité puisqu'on ne peut pas contredire les propos qui sont fournis sous couvert d'anonymat et en piégeant les gens. Je retiens deux exemples (parmi tant d'autres) il est fait état des primes (indues par principe) versés aux fonctionnaires mais sans jamais expliquer leur origine, ni leurs conditions de travail (horaires décalés, travail de nuit, le week-end...). De même, on présente systématiquement les sénateurs comme des "profiteurs" sans jamais proposer d'éléments de comparaison internationale avec les autres parlements et les moyens donnés aux autres élus.Au final, on retient uniquement un sentiment d'antiparlementarisme primaire participant à la mode du "tous pourris". Il me semble que les journalistes du service public devraient proposer une vision plus rigoureuse, plus objective et ne pas céder à des analyses dignes d'un mauvais tabloïd courant derrière l'audience. C'est décevant et improductif et, somme toute, pas à la hauteur de ce que devrait être cette émission." Clément G.

 

Related Posts:

  • No Related Posts