Le procès Clearstream est-il en train d'échapper aux juges?

Non, vous n'avez pas rêvé, le procès de l'affaire Clearstream ne s'est pas ouvert aujourd'hui. Alors que les 3 juges du tribunal correctionnel de Paris n'ouvriront le dossier en scéance publique que dans 15 jours, les débats ont débuté, ou repris, par presse interposée.

Le coup d'envoi est donné le vendredi 29 août par le procureur de la république, Jean Claude Marin. Ce dernier qui a décidé, en raison de l'enjeu du procès, de soutenir lui même l'accusation à l'audience, est l'invité de Jean Pierre Elkabbach. Officiellement, le chef du parquet a accepté l'invitation d'Europe 1 pour répondre à Frédéric Beigbeder qui le met en cause suite à une garde à vue que l'écrivain a subi récemment. En fait, on ne retiendra de cette interview que l'attaque frontale du procureur contre Dominique de Villepin, qu'il accuse d'être un bénéficiaire collatéral et conscient de la manipulation. En cours de procédure, le même procureur considérait qu'il n'y avait pas de charges suffisantes contre l'ancien premier Ministre et avait de ce fait requis et obtenu un supplément d'information. Notons quand même que l'on a rarement vu dans une telle affaire, un magistrat de l'accusation s'échauffé pour son réquisitoire devant un journaliste.

Samedi dernier, ce sont nos confrères du "Journal du Dimanche" qui abattent une nouvelle carte. Un PV d'audition d'Imad Lahoud dans lequel il reconnait pour la première fois être l'auteur de la manip informatique. Il s'accuse d'avoir ajouté dans les listings visés le nom de Nicolas Sarkozy. Une "cabale, poursuit-il, menée sous la connaissance de Dominique de Villepin".  Et pour accréditer sa version, lahoud avance que cette manip s'est faite dans le bureau d'Yves Bertrand, ex directeur des RG. Ces aveux ont été fait dans le cabinet des juges d'instruction de l'affaire Clearstream après que ceux ci aient clos la procédure et alors qu'ils instruisaient un autre dossier d'abus de biens sociaux concernat EADS. Troublant. Troublant aussi le fait que ce PV ne soit jamais sorti depuis 10 mois et troublant qu'il sorte, comme par hasard, à 15 jours du procès. Question, Imad lahoud maintiendra -t-il à l'audience cette nouvelle version lui qui a si longtemps déclaré - en procédure - qu'il était étranger à l'affaire?

Samedi toujours, l'hebdomadaire "Marianne" publie les bonnes feuilles du prochain livre d'Yves Bertrand.  Il évoque bien sûr l'affaire. Si il dément connaitre le dénommé Lahoud, il a "l'intime conviction que Nicolas Sarkozy a été informé de cette affaire plus tôt qu'il ne le dit". Sans apporter le moindre élément de preuves.

Ce matin, "Libération" pour célébrer sa nouvelle formule consacre sa "une" aux pages oubliées des carnets du général Rondot. Carnets qui ont alimenté le dossier Clearstream et une partie de l'accusation contre Dominique de Villepin.

M° Olivier Metzner, un des avocats de l'ancien premier ministre, reconnaissait ce matin dans son bureau que désormais il se concentre autant sur le dossier que sur la lecture des journaux. Conscient que dans les 15 jours qui viennent, d'autres éléments - plutôt à charge - pourraient être ainsi distillés.

Les juges n'auront donc qu'à se poser une seule question. Aussi bien dans la supposé manipulation politique que dans la frénésie médiatique avant le procès: Qui manipulie qui?

Publié par Dominique Verdeilhan / Catégories : Ma chronique

A lire aussi