La Mer d'Aral en péril

La Mer d'Aral, qui borde notamment le Kazakhstan et l’Ouzbékistan, était encore dans les années 60 la quatrième mer intérieure du monde. C'est à cette période que les autorités soviétiques décidèrent de produire du coton en masse, et pour ce faire ont détourné les deux fleuves qui l'alimentaient, l’Amou-Daria et le Syr-Daria, faisant ainsi fleurir le désert mais entamant par la même le processus d'assèchement du grand lac salé. Cette politique a eu des conséquences désastreuses sur les ressources, sur l’environnement et sur les peuples de cette région. En 2000, la Mer d'Aral avait perdu la moitié de sa superficie d'origine.

Reportage Alban Mikoczy - Alla Shevelkina - Patrice Acheré

Le Kazakhstan a pris des mesures afin de contrer le phénomène et même de remplir à nouveau la Petite Aral en construisant un barrage sur le fleuve Syr-Daria, mais cela au détriment de la Grande Aral, partie ouzbek de la mer. De leur côté les autorités d'Ouzbékistan ont fait planter 300 000 hectares d'arbustes, des saxaouls, dans le but de ralentir l'avancée du désert ainsi créé.

Reportage Alban Mikoczy - Alla Shevelkina - Patrice Acheré

 

L'INFO DU BLOG:  Outre la Mer d'Aral, la Mer Morte, le lac Tchad, le lac Mead et le fleuve Colorado sont également victimes d'assèchement avec des causes, conséquences et solutions envisagées ou mises en oeuvre propres à chaque cas.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Ass%C3%A8chement_des_grands_lacs_et_mers_au_XXe_si%C3%A8cle

 

A lire aussi