Moscou, Journée de l'unité nationale

Vladimir Putin, Patriarch Kirill  minin_pozarski

Moscou, le 4 novembre 2014. Vladimir Poutine et le Patriarche Kirill sur la Place Rouge © RIA Novosti. Mikhail Klimentie - Le monument à Minine et Pojarski (2e photo)

Depuis 2005, en Russie, le 4 novembre est un jour férié marqué par les célébrations de la Journée de l’Unité nationale. Cette fête instaurée par Vladimir Poutine fin 2004, lui a été inspirée par les événements du 4 novembre 1612, lorsqu’un soulèvement mené par Minine et Pojarski à la tête des milices populaires moscovites a libéré Moscou de l’envahisseur polonais et a ainsi mis fin à une époque appelée « Temps des troubles » (1598-1613). Cet événement historique est censé témoigner de la cohésion de l'ensemble de la population indépendamment de son origine, de sa confession et de sa condition sociale.

poutine et religieux 2

Moscou, le 4 novembre 2014. Vladimir Poutine et les représentants des principales confessions religieuses présentes en Russie © Service de presse de la présidence russe

Ce 4 novembre 2014, le président russe Vladimir Poutine, les chefs des principales confessions religieuses et les représentants de différentes organisations de jeunes du pays ont déposé des fleurs au pied du monument à Minine et Pojarski sur la Place Rouge.

D’après le service de presse du ministère russe de l’intérieur, plus de 600.000 personnes auraient participé à cette Journée de l’Unité nationale.

La même source indique que plus de 75.000 personnes auraient participé hier à une manifestation organisée en plein centre de Moscou et appelée « Nous sommes unis »

Depuis 2005, cette journée est traditionnellement marquée par différentes marches, dont la « Marche russe » des nationalistes, particulièrement symbolique cette année. En effet, le conflit russo-ukrainien a entrainé récemment une scission au sein même des groupes nationalistes russes. Certains d’entre eux soutiennent le concept de Novorossia, les autres à l’inverse dénoncent une guerre menée contre un peuple frère.

Le blogueur Ilya Varlamov et son équipe ont assisté aux trois marches organisées ce mardi à Moscou. Il raconte leur déroulement sur son blog.

A Lioublino (Sud-Est de Moscou) s’est tenu le traditionnel rassemblement des nationalistes, la « Marche russe » pour laquelle se sont rassemblés les partisans de l’union slave armés de drapeaux russes, ukrainiens et biélorusses. Outre les habituels slogans : « La Russie aux russes ! Moscou aux Moscovites ! A bas les caucasiens » ou « à bas le pouvoir tchékiste », on peut entendre les participants scander « DNR brûle en enfer » (DNR : République populaire de Donetsk) ou « Vive la Rus’ de Kiev ». Ilya Varlamov indique qu’il a vu très peu d’adultes, beaucoup d’adolescents, de supporters de football et autres « fous du village ». 10.000 participants d’après les organisateurs, 2500 selon la police, beaucoup moins que les années précédentes. Cette marche est organisée en cohortes (sept au total), à la manière d’une armée romaine : une cohorte « d’union nationaliste – contre la terreur tchékiste et les répressions politiques », une cohorte de « nationalistes radicaux – pour la Rus’ de Kiev », une cohorte « anti-communistes », etc. En raison du faible nombre de participants, c’est la première cohorte qui rassemble le plus de monde, en majorité des adolescents.

lioublino1

lioublino

Les premiers rangs de la « Marche russe » de Lioublino © Ilya Varlamov

Source : http://zyalt.livejournal.com/1197345.html

non à la guerre lioublino

« Marche russe » de Lioublino – certains disent « Non à la guerre ! » © Ilya Varlamov

Au même moment, une «Marche russe » alternative se rassemble au Nord-Ouest de Moscou à Chukino, organisée par les nationalistes de l’autre bord, les partisans de la Novorossia. Ici, les insultes pleuvent à l’attention de l’autre groupe de nationalistes que l’on traite notamment de « fascistes et de gamins nazis incapables d’aller aux toilettes sans leur mère et la junte tchékiste ». En effet, cette marche « pro-Novorossia » est clairement composée de manifestants plus âgés et expérimentés. Les « pro-Novorossia » affirment haut et fort qu’ils participent activement à la guerre en Ukraine : en DNR et LNR. (LNR : République populaire de Lougansk). Au cours de cette seconde « Marche russe » on peut voir les drapeaux nationalistes (DNR, LNR ou République populaire d’Odessa) se mêler aux icônes et autres symboles de l’Eglise orthodoxe ou à ceux du « Mouvement impérialiste russe » dont les pancartes et les portraits de Nicolas II disent que « la Russie a besoin d’un Tsar ». Par ailleurs, à Chukino, les slogans sont « pro-Novorossia » mais paradoxalement bon nombre d’entre eux sont aussi anti-Poutine. On dénombre environ 1500 participants.

Chukino2

La « Marche russe » de Chukino © Anton Belitskoi

Source http://zyalt.livejournal.com/1197175.html

Chukino

Les drapeaux de la Novorossia « Marche russe » de Chukino © Anton Belitskoi

Chukino1

« Marche russe » de Chukino © Anton Belitskoi

Le plus grand événement de la journée a lieu rue Tverskaya, en plein centre de Moscou.

Cette marche pro-gouvernementale est organisée par le « Front populaire pour la Russie » et le parti « Russie Unie ». On a d’abord annoncé un chiffre approximatif de 20.000 participants mais les organisateurs espèrent voir venir 50.000 personnes. Tous les partis les plus importants sont attendus ; entre autres « La Plateforme citoyenne », les « Patriotes de Russie » et les « Verts ».

tverskaya RT2

Moscou, marche "Nous sommes unis" le 4 novembre 2014 © RT

A 14h00, le Premier ministre russe Dmitry Medvedev annonce « Je souhaite à tous une excellente Journée de l’unité nationale ! La Russie est un pays aux nationalités multiples ; l’unité est donc pour nous tous le fondement d’une vie pacifique, prospère et digne. Une vie qui doit nous rendre fiers d’être russes ! »

Sans titre8

Rue Tverskaya, le cortège s’étend sur 2 km. On voit beaucoup d’artistes, de députés © RT

Sans titre9

Rue Tverskaya à 14h30 – On soutient Vladimir Poutine © Ilya Varlamov

Sans titre10

Toujours rue Tverskaya - on soutient aussi La Novorossia © Ilya Varlamov

Un peu après 15h00, un concert commence puis ce sont les hommes politiques qui montent sur scène, notamment Vladimir Jirinovski (Parti libéral-démocrate de Russie) et Guennadi Ziouganov (Parti communiste de Russie). Les discours sont teintés d’appels à la « cohésion du peuple russe face à l’ennemi ». A 15h25, Ziouganov appelle à reconnaître la DNR et la LNR.

Chacune des marches prend fin un peu avant 16h30.

En bref, pour la plupart des commentateurs sur les réseaux sociaux, difficile de s’y retrouver : d’un côté on a : 1. Une marche pro-slave à Lioublino, 2. Une marche pro-Novorossia MAIS anti-Poutine à Chukino, 3. Une marche pro-Novorossia ET pro-Poutine rue Tverskaya.

Vous êtes perdus ? C’est normal !

Mais une chose est sûre, malgré le chaos qui règne dans le Donbass, le rouble en chute libre et les sanctions occidentales; la cote de popularité de Vladimir Poutine semble inébranlable et lui assure un soutien populaire sans faille.

 

Traduction et adaptation Alexandra Dalsbaek

Sources : Ria Novosti, RT,

Ilya Varlamov Live Journal http://zyalt.livejournal.com/1197040.html

 

 

A lire aussi