Et si Kate et William étaient de droite ?

Tony Blair et Gordon Brown ne sont pas invités au mariage alors que John Major et Margaret Thatcher eux, ont reçu leur carton d'invitation. Il n'en fallait pas plus pour créer la polémique. Toute la presse s'interroge sur la raison de ce choix (imposé ?) d'autant qu'il est inimaginable que Kate et William n'aient pas mesuré l'impact de cette décision. Aussitôt l'information connue, les commentateurs du pays n'ont pas hésité à se demander si le couple n'avait pas voulu donner une signification à ce choix ? Un porte parole de Clarence House a fait savoir que la raison n'avait rien à voir et qu'elle était protocolaire : les invités ont un titre de noblesse ce qui n'est pas le cas des deux architectes du Labour, Blair et Brown. Précisons que Margaret Thatcher a été anobli et élevé au rang de baronne. Toutefois, très malade, elle ne se rendra pas à la noce. Major lui devrait s'y rendre. De la à penser que la monarchie est plutôt de droite il n'y a qu'un pas. Ce qui en soi n'est évidemment pas un problème, sauf que la monarchie est censée être au dessus des opinions politiques, c'est même l'un des arguments des pro-monarchie : la Reine est au dessus de tout cela. Alors simple hasard protocolaire ou bévue du couple ? on ne le saura sans doute jamais. On se souvient cependant que Tony Blair n'a pas toujours eu de bonnes relations avec la Reine lors de leurs rendez-vous hebdomadaires auxquels tout premier ministre doit se résoudre. En revanche, en tant que responsable de l'opposition Ed Miliband a été invité en compagnie de son épouse, tout comme le premier ministre. Les relations entre le Palais et le conservateur David Cameron semblent d'ailleurs excellentes : il s'est réjoui à plusieurs reprises de l'union du 29 avril notamment pour des raisons économiques. Le couple sera invité tandis que Samantha, son épouse, organisera à la mi-journée une street party au 10 downing street. Nick Clegg, le libéral-démocrate qui est son vice premier ministre sera également à Westminister vendredi.

A lire aussi