La sécurité est une obsession....

Dans ce blog nous vous raconteront régulièrement l'obsession des britanniques pour la sécurité... Elle est permanente.
En voici un avant goût :

Nous sommes devant le commissariat de Paddington dans le centre de Londres et nous nous apprêtons à enregistrer ce qui doit conclure le reportage du jour : le plateau. Si nous postons cette vidéo c'est qu'elle est pour nous symptomatique du rapport que l'on peut avoir en tant que médias avec les forces de l'ordre. Nos fameux bobbies sont souvent très sympa c'est vrai oui, mais ils ne ratent jamais une occasion de vous enregistrer, de vous ficher...de savoir qui vous êtes, ce que vous avez l'intention de faire, pour qui vous travaillez, et si vous êtes bien journaliste ?  on aurait pu y passer des heures...Heureusement cela prendra quelques minutes...

Ah la fameuse autorisation de tournage...

Dans un premier temps le policier me fait remarquer que je suis devant un commissariat et qu'il faut avoir une autorisation de tournage pour pouvoir le filmer ; je lui réponds que Stéphane Guillemot le Journaliste reporteur d'image du bureau de Londres ne tourne pas le commissariat mais "ma pomme" devant le commissariat et ce qu'il y à d'extraordinaire avec ces policiers c'est qu'ils vous croient a priori ! Et oui on peut se moquer des britishs sur leur obsession de la procédure leur 'droiture' mais on peut et doit aussi souligner qu'ils vous font a priori confiance. Stéphane a eu la bonne idée de tourner la séquence mais je n'ai qu'une trouille c'est que Stéphane (lui aussi interrogé pendant qu'il filme) ne dise pas la même chose et que les policiers confrontent nos deux versions. Alors, dans la deuxième partie de cette séquence j'essaie de lui dire de dire qu'il ne filme "que moi"...

Au final les policiers passeront leur chemin et nous rentrerons tranquillement pour monter le reportage du jour...

Moralité : Mieux vaut ne jamais tenter de filmer un commissariat ! Professionnel ou amateur cela peut vous attirer des ennuis. D'ailleurs, le saviez-vous, mais dans ce pays où on est filmé 400 fois par jour on n'a pas le droit de filmer les lieux publics ou les monuments sans autorisation...certains ont même fait un tour au commissariat en raison de l'hypersensibilité du sujet et du contexte de risque "terroriste".

Attention à vous, filmer peut vous attirer des ennuis !

A lire aussi