Le miracle portugais : comment Lisbonne a nargué Bruxelles

Le Portugal peut enfin souffler. Le pays n’a presque plus de déficit budgétaire et bénéficie même d’une des meilleures croissances de la zone euro.
Pourtant, la santé économique du pays n’a pas toujours été au beau fixe. Il y a encore deux ans, le Portugal était sous le coup d’une procédure pour « déficit excessif », lancée par la Commission européenne. Lisbonne risquait une amende, selon Bruxelles, puisque le pays était censé ramener son déficit à 2,5 % de son PIB en 2015 au lieu des 4,4 % annoncés.

L’Union Européenne préconisait une politique d’austérité, avec une baisse des dépenses publiques, un assouplissement du code du travail et une diminution de la protection sociale. Le gouvernement de coalition gauche-extrême gauche d’Antonio Costa adopte des méthodes aux antipodes de ces recommandations et du gouvernement précédent. Une politique de relance par la demande, marquée par une augmentation des retraites, des allocations familiales et du SMIC.

Et cela fonctionne, n’en déplaise à Bruxelles. Le Portugal a enregistré en 2017 une croissance de 2,7 %, soit la plus forte hausse de son PIB annuel depuis l'année 2000. Tous les indicateurs repassent au vert. Le gouvernement portugais prévoit même un excédent budgétaire en 2020.

A lire aussi

  • Aucun article

A lire aussi

  • Aucun article