Une semaine à Bruxelles

L'actualité européenne (et belge) sera encore relativement dense cette semaine.  En voici quelques éléments auxquels j'aurais pu ajouter la réunion des minsistres européens des finances lundi et mardi à Luxembourg.

Actualité belge : quel avenir pour le pays ?

Alors que Bart de Wever, le vainqueur des élections de juin dernier avait donné jusqu'à lundi à 12 h 00 aux partis francophones pour se prononcer sur sa proposition de la "dernière chance", dés dimanche soir, ces derniers ont fait savoir qu'ils rejetaient le "compromis" du nationaliste flamand.

130 jours aprés le scrutin, le Royaume est donc l'impasse.

Paradoxe : même si l'explosion du pays (appelée ici pudiquement "plan B") est dorénavant envisagée ouvertement par tous les responsables politiques, elle reste improbable dans l'immédiat car difficilement réalisable.

Actualité européenne : Roms

Après le courriel envoyé par Paris à Bruxelles vendredi dernier à 22 heures 15 (la fin de l'ultimatum était fixée à ...minuit), des équipes d'avocats de la commission européenne ont planché tout le week-end pour déterminer si la réponse française allait ou non éviter à Paris une procédure d'infraction. La commissaire européenne Viviane Reding devrait livrer des premiers éléments lundi 18 à Bruxelles ou mardi 19 octobre à Strasbourg, au Parlement Européen.

Mercredi 20 octobre

Roms au Conseil de l'Europe (Strasbourg) :

Pour la première fois depuis le début du conflit entre Paris et la commission européenne, Viviane Reding et Pierre Lellouche participent à une même réunion consacrée aux Roms, au Conseil de l'Europe à Strasbourg. Une partie de cette réunion sera publique.

Congé maternité au Parlement Européen (Strasbourg) :

Les députés européens doivent se prononcer par vote sur l'allongement à 20 semaines du congé maternité en Europe. Aujourd'hui, le minimum européen est de 14 semaines. La France, avec 16 semaines, se situe plutôt dans la fourchette basse. Au Royaume-Uni, le congé maternité dure 26 semaines, 58 semaines en Bulgarie et 75 semaines en Suède (à répartir entre le père et la mère)

Si les eurodéputés votent en faveur des 20 semaines, il faudra encore que les Etats européens se mettent d'accord sur cette réforme.

A lire aussi

A lire aussi