Europe : les 10 commandements du bonheur danois

Heureuse, La Petite Sirène? (Photo: Nicole Becker /ZB)

Heureux comme un Danois ! C'est le titre, un brin provocateur, d'un livre signé d'une Danoise expatriée en France, Malene Rydahl.

Sur quoi s'appuie-t-elle pour le proclamer ? Entre autres, sur le World Happiness Report  2013 : comme d'habitude, Copenhague arrive en tête du classement du bonheur mondial.

Dix-neuf ans passés au Danemark (enfance et adolescence) et dix-neuf ans passés à Paris (études et travail) permettent à cette cadre dirigeante d'un grand groupe hôtelier d'affiner la comparaison entre les deux pays. Et de livrer aujourd'hui les "dix clés du bonheur danois", qui sonnent comme autant de critiques des travers français. Récitons son décalogue:

1. La confiance

Pourquoi les Danois acceptent-ils une pression fiscale parmi les plus élevées au monde, "avec près de 60% d'impôts sur le revenu, 170% de taxes sur les voitures et une TVA à 25%" ? Parce que "78% des Danois font confiance à leur entourage" (record mondial) et 84% à leurs institutions. Confiance bien placée puisque Forbes a consacré en 2012 Copenhague premier des "World's 10 Best Governements" en raison de son intégrité et son efficacité.

2. L'éducation

Championne des inégalités scolaires, la France favorise les meilleurs élèves tandis que le Danemark, légèrement mieux placé dans les performances PISA,  mérite le compliment inverse. Selon l'auteure, le système éducatif est conçu pour 95% des enfants. Et surtout, "l'école danoise consacre beaucoup d'énergie à développer l'estime de soi" alors qu'en France "un quart des enfants âgé de 11 à 15 ans", rapporte Le Monde, sont "malades de l'école", entre stress et peur de ne pas y arriver.

3. L'autonomie

"Selon une étude d'Eurostat, écrit  Malene Rydahl, le Danemark détient le record mondial du nombre de jeunes qui quittent la maison parentale entre 18 et 24 ans. Seulement 34% vivent encore chez leurs parents. En France, c'est 62%, en Angleterre 70% et en Espagne et Italie, plus de 80%". Ce qui les aide à voler si vite de leurs propres ailes? La bourse de 760 euros par mois versée à chaque étudiant, sans condition de ressources.

4. L'égalité des chances

Grâce à un système fortement redistributif, l'égalité serait mieux assurée qu'ailleurs (voir point 2), même si l'essayiste peine à trouver un chiffre totalement convaincant.

5. Le réalisme

"Comme les Danois ne s'attendent pas à être les meilleurs ni à gagner ou briller devant les autres, ils sont plus satisfaits de ce qui est. Si par chance (ou par talent ...), nous devons gagner quelque chose, le plaisir est alors multiplié par mille". D'où une joie sans bornes quand le Danemark a gagné l'Euro de foot en 1992, euphorie dont les effets se prolongeraient jusqu'à aujourd'hui (l'exploit n'a pas été renouvelé).

6. La solidarité

Au pays d'Hans Christian Andersen, "sept Danois sur dix trouvent satisfaisant l'équilibre entre impôts et services fournis par l'Etat". Pourquoi ? Parce qu'ils sont attachés, détaille Challenges, à un Etat-providence qui bénéficie à tous,  à "un système social généreux, comme les gardes d'enfants subventionnées ou l'assurance chômage qui leur garantit 80% de leur salaire pendant deux ans s'ils perdent leur emploi."

7. L'équilibre famille / travail 

Au Danemark plus qu'ailleurs, le temps de travail est aménagé pour ne pas sacrifier la vie familiale : partir à 16 heures pour chercher son enfant à la crèche n'y est pas aberrant. Conséquence : les Danois passent "un peu moins de 8 heures" au bureau par jour "alors que la moyenne parmi les pays de l'OCDE est de 9 heures". Selon Challenges, la durée hebdomadaire de travail s'élève à 33 heures en moyenne.

8. La relation avec l'argent

L'argent ne fait pas le bonheur ... des trop riches, explique l'auteure. Et de raconter, moqueuse, un déjeuner avec un ami parisien. Bien des soucis malgré son magnifique appartement dans une des rues les plus chères de la capitale et sa superbe maison dans le sud de la France: une heure entière, il l'entretient de ses soucis d'impôt. Ce qui serait indécent au Danemark, où "l'objectif premier n'est pas d'être riche", dit-elle, mais de se réaliser pleinement.

9. La modestie

L'absence de prétention danoise, c'est Margrethe II, la reine du Danemark, qui en parle le mieux : "Nous sommes très fiers de notre modestie, c'est notre mégalomanie inversée. C'est très sophistiqué."

10. L'égalité hommes-femmes

En témoigne le congé maternité, "une affaire partagée : en 2002, il a été prolongé à 52 semaines. Le père a droit à deux semaines suite à l'accouchement, la mère a quatre semaines avant et quatorze semaines après, mais les trente-deux semaines restantes peuvent être partagées librement entre les deux." La relation égalitaire hommes-femmes serait inculquée dès l'enfance.

Trop idyllique, ce tableau ? A nuancer, en tout cas. Mêlons-y les couleurs sombres d'un cinéma qui ne respire pas la gaieté, de l'oeuvre complète de Lars Von Trier au Festen de Thomas Vinterberg. Et notons que, là comme ailleurs en Europe, l'euroscepticisme flambe et que le Parti du peuple danois (extrême droite), pourrait, selon Le Monde, arriver en tête aux élections européennes. Le "modèle danois" se vivrait-il en citadelle assiégée ?

-> Les 10 clés du bonheur, Heureux comme un Danois, de Malene Rydahl (Grasset, 16 euros)

A lire aussi

  • Pradalou

    Débat complètement stupide !
    Pays de 5.6 millions d'habitant qu'on compare avec le notre qui en à 65 millions.
    C'est le même problème si nous comparons la France avec la Chine !!!
    On ne gère pas la France comme on peut gérer le Danemark...
    Comme comparer Copenhague avec Paris, l'un à 500000 habitant l'autre 2 millions 250 mille habitants !

    • Luug

      vous n'avez rien compris à l'article : on nous y parle de mentalités et non de systèmes politiques

      • Pradalou

        Les mentalités d'un pays de 65 millions d'habitants ne sont pas les mêmes que celles de 6 millions d'habitant, idem pour un pays qui en a 1,5 milliard.
        La gestion de ces pays influent sur la mentalité que vous le vouliez ou non. Les gens vivent en groupe et la densité de population agit sur leur mentalité ainsi que sur leur comportement.
        Les gens de la campagnes sont plus "cool" que ceux qui vivent en ville car ils sont moins nombreux dans un des cas et n'ont pas les mêmes contraintes et cela est la même chose pour les petits états par rapports aux grands (en population)

        • Luug

          je vous accorde volontiers que la quantité ou la densité de population peuvent jouer sur notre comportement. Ainsi le fait que nous soyons l'un des pays d'Europe les plus peuplés nous pousse à vouloir exercer notre leadership au sein de l'UE.

          Mais, il y a tellement d'autres facteurs qui façonnent la mentalité d'une population que vous ne pouvez pas les ignorer : l'Histoire du pays, sa culture, son développement économique, son Droit, ses institutions. Et vous ne pouvez absolument pas réduire ces facteurs à la démographie du pays comme cause finale.

          vous ne pouvez pas me dire que les Danois dans leur majorité font confiance à leur entourage et leurs institutions du fait qu'ils ne sont que 6 M. C'est surtout que les parents apprennent à leurs enfants à être des adultes fiables, de confiance et qu'ils refusent absolument toute corruption. En France, nous sommes très complaisants avec ce problème.

          vous ne pouvez pas m'expliquer par ce nombre de 6M que les Danois ont décidé d'axer leur système scolaire sur le développement de l'estime de soi.

          Idem : l'objectif pour un Danois est de se réaliser pleinement et non d'être riche, ça ne s'explique absolument pas par la démographie.

          En regard de la modestie danoise, on considérera l'arrogance française qui a de nombreuses causes : comment nous nous racontons notre histoire (ah la Révolution...), notre rayonnement culturel (nos écrivains, nos peintres, nos philosophes, une bonne partie des Lumières sont françaises), notre leadership dans l'industrie du luxe, etc...

          A chacun de nous de changer nos rapports aux autres (respecter soi même et autrui, tenir ses engagements), de revoir nos priorités (se développer et aider les autres et non plus chercher à gagner un max d'argent), refuser toute corruption (en ne votant pas pour les corrompus, en ne se laissant pas compromettre même "un petit peu", etc..).

  • Luug

    voilà un peuple qui a tout compris à la vie sur Terre.
    et nous, si on veut que nos enfants vivent plus heureux, on a du boulot...