La bataille de La Baule

      A droite tout se jouera à la Baule ce week-end! Huit des treize candidats à la primaire seront là dont tous les favoris. Mais cette année pas question de faussement jouer l’unité, pas de photo de famille, pas de débat entre eux, ce sera chacun pour soi ! Tous prendront la parole mais l’un après l’autre. François Fillon ouvrira le bal samedi à la mi-journée, Alain Juppé prendra la parole peu après le déjeuner, Bruno Le Maire s’exprimera en fin de journée. Nathalie Kosciusko-Morizet et Nicolas Sarkozy sont attendus dimanche matin. L’ancien Président de la République conclura ce week-end.

Un nouveau pugilat ?

      Les hostilités entre les différents candidats sont ouvertes. Beaucoup de responsables à droite craignent d'ailleurs que ce week-end tourne à nouveau au pugilat. Objectivement il n’y aucune raison que cela soit moins tendu et moins violent que la semaine dernière même si l’organisateur Bruno Retailleau espère « un climat apaisé ». La méthode Coué sans vraiment y croire… Tous ont clairement affirmé leurs positionnements et ne vont rien lâcher, persuadés que cela les fera gagner. Nicolas Sarkozy et son discours qui se veut sans tabou, Alain Juppé qui se pose en rassembleur, François Fillon qui cible l'ancien chef de l'Etat et Bruno Le Maire qui tacle ses trois rivaux avec un message : place aux jeunes !

J-7 avant le dépôt des candidatures

     La date limite pour le dépôt des candidatures est fixée à vendredi prochain 9 septembre à 18 heures au siège de la Haute Autorité. Il ne reste plus qu’une semaine aux différents candidats pour collecter les parrainages nécessaires : 2 500 adhérents et 250 élus dont 20 parlementaires. Aucun souci pour les principaux favoris, Jean-François Copé assure également qu’il sera de la partie. En revanche c’est très compliqué pour Henri Guaino ou Hervé Mariton. Difficile aussi pour Nathalie Kosciusko-Morizet qui confie qu’il lui en « manque quatre ou cinq ». Elle évoque des pressions et cible la rue de Vaugirard estimant qu'« il y a du côté du parti une volonté de fermer le jeu ».

Publié par Guillaume Daret / Catégories : Actu

A lire aussi

  • Aucun article
  • Arnaud G.

    Il faut savoir que Sarko a placé sa famille dans cette ville, et notamment au commissariat.
    Comme tous les ans, on va avoir droit à une ville paralysée, circulation impossible, juste pour faire plaisir au tsar et à ses sbires ... sur le dos du contribuable, bien sûr !
    Ras le bol