JEFTA : un accord de libre-échange entre l’UE et le Japon très symbolique

Jeudi 7 juillet, l’Union Européenne et le Japon ont conclu un accord de libre-échange devant permettre de renforcer les liens commerciaux entre les deux puissances. A la veille du G20, le traité commercial prend une dimension symbolique. L’Union entend assoir son leadership en Asie face aux États-Unis qui se sont retirés du Traité-Trans-Pacifique (TPP).

« Il n’existe pas de protection dans le protectionnisme » a affirmé jeudi, le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, lors d’un Sommet UE-Japon à Bruxelles. En s'accordant sur les grandes lignes d'un traité commercial, l'Union européenne et le Japon ont envoyé un message en faveur du libre-échange, destiné en particulier à Donald Trump. La politique protectionniste du président américain inquiète ses partenaires. Dès son arrivée au pouvoir en janvier, Donald Trump avait retiré les États-Unis du Traité-Trans-Pacifique (TPP) signé avec 11 pays de la région Asie-Pacifique, dont le Japon, la troisième puissance économique mondiale.  "Ensemble, nous lançons un message fort au monde: nous défendons une politique commerciale ouverte et équitable. », a poursuivi Jean-Claude Juncker.

Le traité de libre-échange nommé JEFTA (Japan-EU free trade agreement) est l’aboutissement de quatre années de négociations. Par cet accord, l’Union et son partenaire nippon entendent renforcer leur poids dans l’économie globale. Les deux puissances totalisent déjà le tiers du PIB mondial. L'UE est le troisième partenaire commercial du Japon, tandis-que le Japon arrive en sixième position pour le Vieux Continent. D’après Jean-Claude Juncker, le texte final couvrira 99% des échanges entre les deux aires économiques. L'entrée en vigueur du traité commercial définitif n'est pas attendue avant début 2019, mais en parvenant jeudi à cet "accord politique", Européens et Japonais officialisent leur entente face à la puissance américaine.

Billets sur le même sujet :

  • Aucun billets associés