Députés : des soupçons de conflits d’intérêts ?

A l’assemblée nationale, c’est légal, un député peut aussi exercer une autre activité en plus de son mandat.
Mais peut-on être payé par une entreprise privée, et voter les lois, sans risquer un conflit d’intérêt ?
Les députés doivent déclarer toutes leurs activités à la haute autorité pour la transparence de la vie publique. Certaines déclarations nous ont étonnées.

Michel Sordi est député. Il travaille également pour le cimentier EQIOM. En 2013, l’entreprise lui verse 7836 euros brut. En 2014, 40 157 euros !
Il réalise des missions pour la direction de la construction durable du cimentier.

Des amendements liés à la construction

Or pendant les débats de la loi sur la transition énergétique, Michel Sordi dépose des amendements notamment liés à la construction et l’isolation thermique.
N’y a t-il pas conflit d’intérêt ? Michel Sordi n’a pas répondu à nos sollicitations nombreuses.

Le vice-président veut interdire les cumuls d’activités

A l’assemblée nationale, le vice président voudrait interdire ces cumul d’activités qui nourrissent des soupçons.

Un autre cas nous intéresse, celui de Sophie Dion. Elle est député et avocate au cabinet Gide Loyrette où elle a touché en 2014 : 56 868 € net et en 2015 : 40 481 € net
Avec une spécialité : le droit du sport. Elle le précise elle-même sur son site internet « avocate spécialisée en droit du travail et droit du sport (…) j’ai dirigé l’équipe Droit du Sport »

Parmi ses clients, des clubs de football ou des athlètes. En 2015, la parlementaire multiplie les amendements sur la loi concernant les sportifs de haut niveau.
A l’époque, la député en charge de la loi ignorait toutes ces informations sur Sophie Dion.
Nous le lui apprenons. Elle estime qu’il faut aller vers plus d’indépendance.

La député nie tout conflit d’intérêt

Et qu’en pense Sophie Dion? Dans la réponse qu’elle nous a faite, elle ne mentionne pas l’équipe “droit du sport” qu’elle a dirigée au cabinet d’avocat.
Elle nie tout conflit d’intérêt.

On a aussi posé la question au déontologue de l’Assemblée, il nous a répondu “c’est confidentiel” Pour la transparence, on repassera !

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié