Mauvaises mères indignes

Capture d’écran 2011-03-08 à 21.12.33.png

519QYu42WYL._SS500_.jpg

Trois jeunes femmes, collègues depuis peu se retrouvent à la machine à café. Elles s'aiment bien, plaisantent, se trouvent des points communs. Puis apparaissent les premiers indices. La grosse trace de régurgitation sur l'épaule de la première, les ombres sous les yeux qu'aucun anti-cernes ne peut dissimuler chez la deuxième, les soupirs de la troisième qui a "la flemme de rentrer" chez elle... Elles découvrent que non seulement elles sont toutes les trois mamans, mais qu'en plus, elles font ça toutes les trois très mal. Rapidement, elles se rendent compte que la situation est beaucoup plus drôle que culpabilisante. C'est ainsi qu'est né en 2008 Mauvaises Mères, mon premier livre avec Nadia Daam et Johana Sabroux, dont mon précédent blog  www.mauvaisesmeres.fr a été la continuité.

Trente jeunes femmes, mères depuis peu (ou parfois depuis très longtemps) se retrouvent sur un blog. Elles ont un point commun: elles sont mamans, mais elles font ça très mal. Elles en parlent. C'est parfois drôle, parfois culpabilisant, il y a des jours où on s'écharpe, d'autres où on se tombe (virtuellement) dans les bras. C'est ce qui se passe depuis deux ans et demi sur www.mauvaisesmeres.fr.

Les lectrices ont été plusieurs à nous dire que les commentaires valaient autant le détour que les posts, alors, quand Michel Lafon nous a proposé de les regrouper dans un même bouquin, on n'a pas pu dire non. Beaucoup des témoignages se recoupaient, se ressemblaient, nous n'en avons donc pris qu'une petite partie, qui composent un tiers de ce livre, Mères indignes, qui sort demain. Nous avons aussi voulu garder l'humour pour fil rouge. MauvaisesMères.fr a été la machine à café de toutes ses mamans, j'espère que vous retrouverez dans Mères indignes, si ce n'est vos mots, en tout cas votre état d'esprit.

Emma

PS: comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, on a appris que Mauvaises Mères sortait en poche à la même date. Notre premier éditeur a totalement omis de nous tenir au courant, c'est l'une de nos lectrices qui nous a mis la puce à l'oreille. Vous avez désormais l'embarras du choix!

A lire aussi