30 Juin

Résumé autour du rapport Piveteau et de la société inclusive

Le rapport Piveteau sur les habitats inclusifs vient d’arriver, nous indique Mme Cluzel, secrétaire d’état au handicap. Encore une fois, ce rapport va relancer le débat de la société inclusive à propos des personnes handicapées. Pour le moment, beaucoup trop de personnes ne comprennent pas ce qui est entrain de se préparer. Alors voici un petit topo, pour les parents, professionnels et personnes novices à ce sujet :

                                               

Depuis des années, la France a accumulée trop de retard de prises en charge, il y a trop de problèmes liés aux manques de places dans les centres médico-sociaux, les écoles, manque de moyens de professionnels, etc… Et cela malgré la grande loi de 2005 qui parfois est remise en doute alors qu’elle est là pour respecter les droits des personnes handicapées. Alors le gouvernement, depuis l’élection de Mr Macron est formel : on ne recule pas et on avance coûte que coûte. Le but par la suite est d’avoir une société entièrement inclusive :

  • Chaque personne handicapée pourra utiliser son auto-détermination (ses choix)

Il pourra choisir d’aller à l’école si il le veut (Obligation de la part des écoles de l’accepter car d’après la loi 2005, tous les enfants sont obligatoirement scolarisés.) et non l’IME obligatoirement. 

-Chaque personne handicapée pourra travailler normalement dans une entreprise, avec son RQTH et son aide, il devra avoir un poste adapté mais il ne sera pas obligé d’aller travailler en milieu protégé (ESAT etc…) et le patron a obligatoirement un quota de personnes handicapées sinon il doit payer une amende.

  • Chaque personne handicapée a le choix d’aller habiter où il veut. Soit un foyer adapté ou dans le milieu normal, dans un appartement, maison… Avec une prise en charge à domicile ( Aide à domicile, auxiliaire de vie, aide soignante, éducateurs…) et vivre sa vie comme il veut (faire ses courses, aller où il veut comme bon lui semble) 

Le gouvernement a dans l’idée (avec les associations gestionnaires) de réduire les flux dans les centres médico-sociaux (IME, MAS, FAM etc…) mais pas de les supprimer.

L’idée est de mettre les personnes avec handicap légers dans le monde normal afin de laisser la place aux plus démunis, aux plus handicapés et non refaire d’autres établissements en plus. Serait-ce un choix politique ou économique ? Certains parents le voient de cette façon, d’autres le voit comme une avancée !

C’est en tout cas un véritable débat de société car même les personnes lambdas (non concernés par le handicap) le seront à partir de maintenant. Il est tout à fait possible d’avoir un voisin qui a une trisomie ou un autisme actuellement. Beaucoup ont encore peur de la différence. Et les parents les plus réfractaires à ce nouveau monde pensent que leur enfant n’est pas capable d’avoir une vie plus autonome, ont peur des représailles du monde normal… Entre ceux qui veulent à tout prix que leur enfant aille à l’école et hurlent quand on parle d’IME et ceux qui ne voient que par l’IME alors que leur enfant peut aller à l’école. C’est pour ça que je ne ferais pas de généralité car c’est surtout une solution adaptée qu’il faut pour chaque être et il n’y en a pas une plus mauvaise qu’une autre.

Moi, ce que je vois se profiler, c’est d’avantage de choix et de liberté, avec cette société inclusive, à condition qu’elle soit faite sans être au rabais. Et que chacun trouve une solution pour le bien-être de ces personnes et qu’ils soient tous enfin respectés comme des citoyens à part entière.

Peter Patfawl