A Puteaux, les cartables sont offerts... Mais genrés!

Tandis qu'une partie de la toile délire sur "la théorie du genre" à l'école dont on ne sait toujours pas de quoi il s'agit mais qui sera nécessairement mise en oeuvre par "l'idéologue" Najat Vallaud-Belkacem, les traditions de la rentrée scolaire se perpétuent, avec une infaillible invariabilité : couverture des manuels et plein de fournitures.

La ville de Puteaux a, en la matière, sa propre tradition, depuis quelques années : une grande distribution aux allures de Noël avancé et de kermesse animée, de cartables, trousses et autres crayons, feutres et ciseaux.

Quand on sait le budget que représente pour les familles les équipements d'une rentrée scolaire (cette année 189 euros pour un enfant de 6è, selon le dernier baromètre Familles de France), l'idée que la collectivité les achète en gros pour, sinon les offrir (ça reste une orientation de la dépense publique) à tout le moins les fournir, ce n'est pas absurde. Quand on s'interroge sur les inégalités sociales et leurs incarnations dans les possessions des enfants, ce n'est pas idiot non plus de chercher à mettre le minimum scolaire nécessaire à l'abri des expressions ostentatoires de la plus ou moins grande aisance des familles, quand même ça reposerait la fameuse question de l'uniforme à l'école.

cartable puteauxSauf que... La distribution de cartables à Puteaux, c'est rose pour les filles (avec en prime, petit livret girly pour apprendre à créer ses propres bijoux) et bleu pour les garçons (avec en cadeau, le petit manuel pour apprendre à fabriquer soi-même son robot). Il y a quelques années, avant que la question des stéréotypes sexistes à l'école ne soit publiquement exprimée et savamment débattue, ça aurait pu être attribué à un défaut de conscience et du maturité de la réflexion sur le sujet des inégalités filles/garçons. En 2014, ça ressemble à une provocation...

(c) Photo : Docshadok via Christophe Grébert/Monputeaux.com

A lire aussi

  • Aucun article