Musée de l'Immigration : de Michel Sardou à Alain Souchon en attendant mieux

Le musée de l'histoire de l'immigration, à Paris, doit être inauguré par François Hollande le 15 décembre 2014, sept ans après son ouverture. (YVES TALENSAC / PHOTONONSTOP / AFP)

D'un côté, Nicolas Sarkozy qui dit  - que "l'immigration menace notre façon de vivre", de l'autre François Hollande qui inaugure - avec 7 ans de retard et moult rebondissements - le Musée national de l'Histoire de l'immigration.

Il y a vraiment une ligne de fracture entre les deux derniers présidents de la République, entre la droite et la gauche, et cela se traduit d'ailleurs par la question du vote des immigrés avec 71% des sympathisants de gauche qui y sont favorables contre seulement 16% à droite.

Situé dans le Palais de la Porte Dorée, le bâtiment abritait jadis le Musée de colonies. A l'entrée, une stèle célébrait "A la France colonisatrice et civilisatrice" ; on ne pouvait pas se tromper. Ah les colonies chantées par Michel Sardou, connu pour son amour de la France d'avant, avec son titre, Le temps béni des colonies. Le problème c'est que l'on ne sait pas si la chanson est à prendre au premier ou au second degré. Avec Michel, on peut imaginer le pire, mais si jamais vous le croisez, posez-lui la question :

Aujourd'hui, changement de paradigme et nouvelle affectation, le Palais abrite donc le Musée national de l'histoire de l'immigration" et Français Hollande célèbre l'apport des populations immigrées et leurs descendants à la grandeur du pays. Il y a eu les Italiens, les Polonais, les Espagnols...Et à partir des années 50-60, l'immigration maghrébine et portugaise puis sub-saharienne a participé à ces fameuses 30 glorieuses dont on nous rabat les oreilles avec nostalgie.

C'est important de le rappeler, au moment où certains aiment agiter le chiffon rouge de la peur. Il faut juste balayer les clichés liés à l'immigration récente (avec des chiffres Insee), et redescendre sur Terre, précisément en France, pays où la population musulmane ne représente par exemple que 8% de la population.

Et les immigrés, dans leur ensemble, peuvent encore apporter à notre pays.  Ils coûtent certes 47,9 milliards à la communauté (chiffre copieusement rappelé par Marine Le Pen) mais en rapporte 60,3 milliards (chiffre systématiquement oublié par la même personne) suivant une étude commandée par le ministère des affaires sociales...sous Nicolas Sarkozy.

Le musée, c'est bien (c'est juste "normal", si l'on peut dire) mais il faudrait quand même que les immigrés, certains chez nous depuis 50 ans, soient mieux considérés dans notre pays et mieux accueillis. Pour un peu, on penserait au Soudanais de la chanson d'Alain Souchon, c'est déjà ça.

Un demandeur d'asile, venu ici pour sauver sa vie et ne trouvant pas vraiment un accueil digne du pays des droits de l'homme. Le droit d'asile est actuellement débattu avec le sentiment d'un système à bout de souffle et ses deux constats, la France dépense moins pour les demandeurs d'asile que ses voisins européens et elle en accueille moins : 66.000, c'est plus qu'en 2013, mais c'est moins que les 80.000 en Suède (cinq fois moins peuplés que la France) et trois fois moins que l'Allemagne. Michel Rocard disait : "La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, mais doit en prendre sa part". En l'état, c'est moins que d'autres.

Related Posts: