Mauvaise nouvelle pour le PS, Nancy pourrait rester à droite !

Crédits photo: Francis Gerardin pour France 3.

Nancy, ville de droite depuis toujours -1945- pourrait contrairement à ce qu'annonce le dernier sondage Ipsos - Steria pour France 3 Lorraine, ne pas basculer à gauche. Electionscope vous dit pourquoi en 8 points.

 

1. Le socle électoral du bloc de droite est robuste

En témoigne son score de premier tour, depuis 1983 la droite lato sensu n’est jamais descendue au-dessous de 62%.

2. Mais les victoires se font souvent dans la douleur ...

Depuis 1995, la droite lato sensu a toujours fait au moins 59,5% au second tour (sauf en 2008). Mais, l’équipe sortante a été réélue en triangulaire en 1995 (45% des voix), en 2001 (50,8%) et en 2008 (50,74%).

3. Le modèle Electionscope envisage un duel

L’absence de dissidence explicite à droite laisse envisager un potentiel électoral moyen de 57%. Cependant le positionnement des SE (sans étiquette) n’est pas clair, si l’on devait les assimiler à des dissidents, il conviendrait alors de réduire de 5,5%  le potentiel de la droite. Soit une droite à 51,5% à l’issue du second tour.

Des critères qui font pencher la ville à droite: 
4. Le taux de logements sociaux

Le taux de HLM est de 15,1% pour une moyenne de près de 26% sur notre panel des 236 villes de plus de 30000 habitants. Un faible taux est plutôt la marque des villes positionnées à droite.

5. La démographie socio-professionnelle

Notre indicateur classe Nancy timidement à droite.

6 . Le potentiel fiscal

Le potentiel fiscal moyen est de 847€ à Nancy contre 935€ en moyenne sur notre panel. Pour la région c’est plutôt un score de ville moyennement riche.

7. Il y a aussi, le bilan des sortants de droite

Côté fiscalité,  c'est la modération, la performance est jugée « bonne » par Electionscope. La mobilisation du potentiel fiscal s’établit à 0,43 soit, bien en deçà des 0,7 de la moyenne de notre panel.

8. Et une gestion honorable des finances locales

L’indice de qualité de gestion d’Electionscope classe Nancy au 40° rang sur 236. C’est un score honorable même si la tendance est en baisse comparée à 2001 et 2008 (voir http://www.electionscope.fr
Touts ces éléments plaident en faveur du dauphin d’André Rossinot. Laurent Hénart saura-t-il transformé ces atouts en voix? Certains annoncent sa défaite au motif qu’il a déjà perdu deux élections par le passé. Mais il ne s’agissait pas d'élections municipales, « comparaison n’est pas raison ».
Dernière inconnue, Pierre Ducarne candidat FN, sera-t-il présent au premier tour ? Il semblerait avoir du mal à boucler sa liste. Si oui, sera-t-il présent au second tour ? Probablement non. Mais s’il en était autrement, alors dans ce cas il pourrait renverser la situation et donner un coup de pouce à Mathieu Klein le candidat PS…mais cela fait beaucoup de « si ».

Related Posts:

  • No Related Posts