Non, vous ne rêvez pas, ces "experts" britanniques affirment bien que les fantômes sortent quand il fait chaud

Une représentation de fantôme. Credits : Futura-Sciences.

Et si la canicule avait des conséquences paranormales ? C'est en tout cas l'avis de certains experts britanniques, pour qui les fortes températures tirent les fantômes hors de leurs cachettes.

Depuis le mois de juin, une intense vague de chaleur parcourt le Royaume-Uni. Et si cette dernière est synonyme pour certains de coups de soleil, elle serait également à l'origine de phénomènes paranormaux selon d'autres.

C'est en tout cas "l'information" relayée par différents quotidiens britanniques, dont The Sun et The Daily Star, qui rapportent que les mois de juin et de juillet ont été marqués par des pics "d'activité fantomale". Une thèse notamment défendue, selon les tabloïds, par Gary Parsons, un "détective paranormal professionnel" qui serait également directeur du "Plymouth Paranormal Investigators (PPI)", institut dont on ne trouve pourtant pas de trace sur la toile.

D'après Gary Parsons, le PPI aurait observé un nombre record de signalements de phénomènes "surnaturels et effrayants" depuis le début de l'été. "Nous avons même été contactés par un couple qui avait peur de rester dans sa propre maison en raison des esprits et des énergies résiduelles faisant bouger les objets" a-t-il confié au Plymouth Herald.

Selon ce même quotidien, le PPI est "dans le business fantomatique depuis des années" et utilise un "équipement technique spécialisé afin de libérer les propriétaires des esprits importuns". Une technique détaillée par Robert Bryant, spécialiste autoproclamé en détection de fantômes interrogé par le Plymouth Herald. "Nous utilisons divers objets afin de communiquer avec les énergies et de découvrir les sources de lumière inexpliquées, les esprits mortels et les voix sinistres" a-t-il ainsi expliqué.

Et si tout cela semble assez peu probable, on peut au moins y voir une nouvelle raison de lutter contre le réchauffement climatique...

 

Anouk Helft, avec Anne-Claire Poignard

Publié par Bureau de Londres / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article