Le "Loft Story" musulman débarque ce soir sur la BBC

Le casting de "Muslims like us", le Big Brother version musulmane

A peine lancée, la nouvelle série de la BBC 2 fait déjà polémique. "Muslims like us" présente dix candidats britanniques musulmans dans une maison, dont les profils varient du gay au potentiel jihadiste. Une production choc et audacieuse comme les Britanniques savent le faire, et qu'on a peine à imaginer en France.

"Muslims like us" est un peu le Big Brother version musulmane. Une conversation entre dix musulmans, une immersion totale dans la foi musulmane, mais surtout une volonté de comprendre la diversité des points de vue des 2,7 millions de musulmans vivant au Royaume-Uni, au-delà des labels "sunnite", "chiite", "libéral", conservateur" ou "modéré" qu'on leur colle et qui, selon la BBC, ne leur rendent pas justice.

La recette ? Une maison, neuf jours, dix volontaires. "Mettez dix musulmans britanniques dans une maison, qui ont des visions du monde différentes, et appuyez sur "enregistrer". Ce qui émerge est un débat passionnant, des désaccords honnêtes, de l’humour et des moments plus profonds qui révèlent ce que signifie être musulman an Royaume-Uni aujourd’hui", annonce la chaîne sur son site.

Et pour comprendre cette diversité, la BBC a opté pour un casting de choix. Parmi lesquels, un comédien qui dirige un refuge de sans-abris, un top model, une prof qui prie tous les jours mais se dit considérée comme "la musulmane qui a mal tourné", un gay, une femme de 76 ans, mais aussi un ex-boxer qui se trouve être un associé d’Anjem Choudary, un prédicateur radical, avec qui il apparaît sur des vidéos justifiant les actes de Daech. Abdul Haqq, de son vrai nom Anthony Small, est un musulman converti qui a été acquitté l’année dernière après avoir tenté de rejoindre l’EI en Syrie. Son passeport lui a été confisqué par les autorités britanniques mais il a dit aux réalisateurs que s’il le récupère, il partira.

Vivement critiqués, les producteurs ont affirmé que ceux qui tiennent ces arguments extrêmes sont en fait des êtres humains, mais que la grande majorité des musulmans les condamnent. Mobeen Azhar, le producteur de la série, a dit qu’ "il est important pour quelqu’un comme Abdul Haqq d’être vu comme un personnage réel, pour comprendre d’où il vient." Fatima Salaria, directrice éditoriale de la BBC a quant à elle prétendu qu’il aurait été totalement irresponsable de ne pas représenter un tel point de vue. "Il était très important pour moi que cette voix soit représentée, mais surtout contestée. Il y a des gens dans ma propre famille qui ont des points de vue radicaux. On s’assoit autour de la table et on en parle. Nous aurions eu tort de ne pas l’avoir", s’est-elle justifiée.

La série se découpe en deux épisodes : un premier ce soir, de 21h à 22h (heure anglaise) et le second mardi soir. Dans ce premier numéro, les candidats se rencontrent et s’installent dans leur nouvelle maison dans le York. Ils discutent de leur foi, mais aussi de leur quotidien, entre cuisine, prière et tenue vestimentaire. A la différence du Loft, ils ne sont pas enfermés et il n'y a pas d'expulsion. Déplacée pour certains, captivante pour les plus curieux, une chose est sûre : la série est audacieuse et 100% britannique.

 

Laure Van Ruymbeke avec Loïc De La Mornais

A lire aussi