Freakshake : le "milkshake monstre" qui inquiète le Royaume-Uni

Si vous aimez le milkshake, cette fameuse boisson frappée à base de lait, alors vous adorerez sûrement sa folle adaptation... le freakshake ! Récemment importé d'Australie au Royaume-Uni, il est LE dessert tendance du moment. Mais à 1600 calories la boisson, le "milkshake monstre" inquiète les médecins... et même la BBC qui s'est intéressée au phénomène.

Si sa créatrice australienne l'a surnommé ainsi, ce n'est pas pour rien. Freak se traduisant par "monstre", il est en fait la version XXL du milkshake en beaucoup plus copieux et légèrement plus... calorique !

Le concept est assez simple : un milkshake servi dans un bocal surmonté d'un ou de plusieurs gâteaux ainsi que de toutes autres sortes de sucreries. Cookies, gâteaux au chocolats, biscuits au spéculos, cheesecakes, boules de glaces, donuts, gaufres, pancakes, marshmallows, Bretzels, noix de pécan, noisettes, chantilly, M&M's... sans oublier le coulis : caramel, chocolat, ou bien fruits rouges pour ceux qui souhaitent se donner bonne conscience !

La consommation d'un freakshake aurait un apport calorique d'environ 1600 calories. En comparaison, les besoins quotidiens pour une femme sont en moyenne de 2000 calories, contre 2500 pour les hommes. Plusieurs spécialistes de la santé recommandent de ne pas abuser de ce "bloc de sucre" et de préférer tout autres types de desserts dont l'apport calorique varie généralement entre 300 et 500 calories. Comparativement, un repas à McDonald's composé d'un Big Mac (520 Kcal) + une frite moyenne (350 Kcal) + un coca moyen (220 Kcal) équivaut à 1090 calories.

Si le phénomène préoccupe particulièrement le Royaume-Uni c'est parce que le pays compte parmi les plus hauts taux d'obésité en Europe. «Le Royaume-Uni est l’homme gros de l’Europe», avait résumé en janvier 2014 The Academy of Medical Royal Colleges.

Ces incroyables desserts ont d'abord été popularisés par le biais de nombreuses photos postées sur Instragram par les consommateurs australiens. La créatrice, ancienne candidate de l'émission culinaire australienne My Kitchen Rules souhaitait "faire quelque chose qui fasse parler, si gigantesque que les gens prennent une photo avant de manger" admet-elle. Aujourd'hui, le succès s'étend notamment au Royaume-Uni et les rares cafés britanniques qui en proposent à leur carte voient leur file d'attente se rallonger en dehors du magasin, à tel point qu'on parle de "phénomène freakshake".

La BBC s'est rendue dans un café à Manchester, au Royaume-Uni, pour comprendre l'engouement autour de ce dessert révolutionnaire.

"Quand je suis en train de manger je ne pense pas à la quantité de sucre que cela contient, mais après coup, je pense qu'il y en a vraiment beaucoup. Mais ce n'est pas grave, c'est vraiment trop bon", confie une jeune consommatrice à la BBC.

Vous pourrez retrouver la vidéo de la BBC en cliquant sur ce lien : http://www.bbc.co.uk/news/uk-36432082

A Londres, une nouvelle boutique a ouvert ses portes dans le quartier de Covent Garden en février 2016. Vous pourrez retrouver leur site internet en cliquant sur ce lien : https://www.coventgarden.london/event/maxwell-s-brings-freakshakes-covent-garden

Bref, un dessert sucré, glacé, à partager, mais surtout à consommer... avec modération !

Freakshake aux fruits rouges, crédit photo : Elle à table Freakshake coloré, crédit photo : Elle à table Freakshake au pop-corn caramélisé et chocolaté, crédit photo : Elle à table Freakshake au brownie au chocolat Freakshake à la framboise Freakshake réalisé par Anna Petridis la créatrice australienne de ce dessert

Claire Perrodon avec Loïc de La Mornais

A lire aussi