Episode 25: "Un cerveau normal ne peut pas imaginer cette humiliation"

Jusqu'au 15 juillet, deux reporters pédalent à travers le Brésil, de la côte nord jusqu'à Rio, pour rencontrer la population et brosser au quotidien un portrait brut, décalé et intime du pays, au-delà de la folie du ballon rond.

maricaLe foot, c'est un jeu qui se joue à onze contre onze. Et à la fin, l'Allemagne vous met sept buts…

Eh oui, cette historique demi-finale Brésil-Allemagne force à réviser les vieux adages de footeux. Seleção terrassée, pays humilié, peuple hébété.

Après le premier but allemand, Marco, un habitant de Marica (dans l’état de Rio de Janeiro), est optimiste :

“C’est pas plus mal que le Brésil ait pris un but. Ça va les réveiller.”

Lors des six buts suivants, son hébétude va crescendo. Puis c’est la fin, l’humiliation :

“Qu’est-ce que je vais faire, après que mon Brésil a perdu ? Que faire ? Tu sais comment un Brésilien noie son chagrin après une telle demi-finale ? Avec une bière bien fraîche ! En plus c’est un truc d’Allemands, la bière... Décidément !”

Un de ses camarades se dit “triste et heureux”, heureux “parce qu’ils l’ont mérité”... Un autre :

“On vient de subir une humiliation qu’un cerveau normal ne peut pas imaginer.”

Publié par Vélo do Brasil / Catégories : Non classé

Related Posts:

  • No Related Posts
  • sixquatre

    pour tout dire, j'avais été très surpris du manque de combativité du Brésil quand la France a remporté la coupe du monde! Déjà à cette époque, il y avait anguille sous roche!

  • newsoftpclab

    Doit-on comprendre qu'après le premier but qu'ils aient baissé les bras?