Mélenchon tente une "OPA" sur l'opposition politique et syndicale

Jean-Luc Mélenchon et les députés de La France insoumise Alexis Corbière et Clémentine Autain, lundi 3 juillet 2017 à Paris. (PATRICE PIERROT / CITIZENSIDE / AFP)

Défait à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon tente de se refaire sur le code du travail ! Il est à nouveau en selle ! Le découragement n'a été que passager, le porte-drapeau de la France insoumise repart à l'assaut. Persuadé de figurer au second tour de la "mère" des élections - il s'est finalement classé quatrième au premier tour -, Mélenchon a répété, en boucle, qu'il avait raté le coche... à "600.000 voix près". Les législatives lui ont mis du baume au coeur.

A la tête d'un groupe de 17 députés, l'ex-sénateur PS occupe le devant de la scène depuis le début de la XVe législature de la Ve République. Il multiplie les "coups médiatiques", parle du député Cédric Villani (La République en marche, Essonne), détenteur de la médaille Fields, comme du "matheux à qui on va expliquer le code du travail", arrive dans l'Hémicycle sans cravate, en forme de provocation, mais son port n'est pas obligatoire, fait brandir, tel le "petit livre rouge" de Mao, le code en question par sa troupe, au terme de sa réponse à la déclaration de politique générale du premier ministre...

Au locataire de Matignon, Edouard Philippe, il veut montrer où se trouve sa "vraie opposition". Déjà, il avait pris la main, en refusant de participer avec les députés insoumis, à la convocation du Parlement en Congrès, à Versailles, où le président de la République s'était exprimé un jour avant le chef du gouvernement pour "fixer le cap". Estimant probablement indécent d'avoir à répondre à Emmanuel Macron hors de sa présence - comme le fixe ppourtant la Constitution -, il avait préféré boycotter le Congrès et inviter ses partisans sur la place de la République, à Paris.

La présidente du FN a raté tout ce qu'elle a entrepris

Mélenchon se veut sur tous les fronts. Dans l'Hémicycle et en dehors. A l'Assemblée et dans la rue. Comme la nature a horreur du vide, le chef de file des insoumis veut le combler. Et prendre toute la place. Il aurait tort de se priver au vu de l'état des oppositions. Tout autour de lui, les opposants à la majorité macroniste sont en mille morceaux. Les socialistes, toutes tendances confondues, ont perdu pas loin de 90% de leurs effectifs. Le parti "Les Républicains" a éclaté en deux entités, une Macron compatible et une Macron incompatible trois fois plus puissante. Le Front national, privé d'alliance, s'est fait lessiver et se retrouve avec huit députés... non inscrits.

Alors que le secrétaire général du parti d'extrême droite, Nicolas Bay, promettait de "faire du bruit comme 100" avec huit députés, le FN fait du bruit comme huit. Et encore. Il fait surtout du bruit comme une. Mais il se trouve que sa figure de proue, Marine Le Pen, sa présidente, a raté tout ce qu'elle a entrepris depuis six mois. Elle devait faire 30% au premier tour de la présidentielle et sortir en tête. Elle ne devait faire qu'une bouchée de Macron lors de son face-à-face télévisée avec lui dans l'entre-deux-tours. Elle devait constituer un groupe autonome à l'Assemblée et devenir la principale opposante au chef de l'Etat.

Rien de tout cela ne s'est réalisé. Et pour tenter de le faire oublier, la patronne de l'extrême droite polarise l'attention sur un changement de nom du parti et une guerre larvée avec Florian Philippot, son vice-président, sur le point central du programme du FN, la pierre angulaire du projet souverainiste : l'abandon par la France de l'euro. Tout ce tintamarre est pain béni pour Mélenchon qui voit ainsi s'éloigner de la scène une rivale pour le titre de meilleur opposant. Il s'engouffre dans la brèche et il anesthésie un Front national devenu inaudible.

La CGT acceptera-t-elle de perdre son rôle de locomotive ?

Sur la gauche, il contemple l'éparpillement du PS. Avec un contentement certain. Largement aidé par la stratégie de Macron, Mélenchon est parvenu à ses fins : anéantir la représentation socialiste dans l'opinion. Alors que le Parti socialiste a perdu ses deux finalistes de la primaire de gauche - Benoît Hamon et Manuel Valls -, une guerre de chapelles est en train de prendre forme et aucun dirigeant ne semble en capacité d'imposer son leadership pour recoller les morceaux. De ce côté là aussi, le chef de la France insoumise à la champ libre, pour le moment.

Avec le Parti communiste, qui a formé son propre groupe distinct à l'Assemblée, les relations ne sont pas au beau fixe. C'est le moins qu'on puisse dire. Peu confiant dans les dirigeants du PCF à qui il reproche, implicitement, leur "opportunisme", Mélenchon veut les prendre de vitesse. Il sait que le "Parti" dispose encore d'un réservoir d'élus et d'une structure militante, certes très amoindrie, mais qui savent être efficaces quand la mobilisation sociale est nécessaire. En se plaçant, avant les vacances d'été, comme le champion anti-Macron, il veut donner le "la" à l'appareil du PCF et apparaître comme le leader naturel de la contestation contre la réforme du code du travail.

En clair, Mélenchon souhaite être le phare de l'opposition dedans et dehors. Dans l'Hémicycle et dans la rue. Il veut tenir les deux bouts de la chaine. A côté de la "bataille verbale" à l'Assemblée nationale, il compte diriger aussi la contestation dans la rue, quand le temps sera venu. A l'automne. C'est pourquoi, il multiplie les rassemblements de rodage sur le pavé. Comme ce sera encore le cas le 12 juillet. La question finale est de savoir si la CGT acceptera de gaité de coeur de perdre son rôle de locomotive. De se défaire d'un rôle dont elle estime qu'il lui revient naturellement. Et de droit. Pas sûr.

Publié par Olivier Biffaud / Catégories : Actu

A lire aussi

  • Aucun article
  • Elfriede Knopp

    votre tentative de chercher à diviser ceux qui marchent ensemble restera vaine.

    • PAO

      Et tellement prévisible de la part de journaleux vendus. Macron a déjà 20 pts de retard sur Hollande en popularité a la même période... Pas d'article?

      • olivierbiffaud

        Pour votre information, la cote de popularité de Macron est de 54% en juillet 2017, via TNS Sofres. Selon le même institut, elle était de 55% pour Hollande en juillet 2012. Pour le reste, je ne réponds pas aux insultes gratuites. Bonne journée.

        • FranceUnie

          Faux, la cote de popularité de macron est en dessous de la barre des 50%. Bien en dessous.

          Merci de revoir vos infos.

          • olivierbiffaud

            Vous avez parfaitement le droit d'être un adepte des "faits alternatifs"... http://www.tns-sofres.com/cotes-de-popularites

          • P.732

            Comme à la clinique psy, FU a son monde à lui: FI - surtout ne pas le déranger dans ses illusions derrière ses lunettes rouges, sinon il va nous en remettre de plus bel! Il nous tartine déjà pas mal et depuis longtemps avec ses lecons et ses remontrances permanentes - surtout mal écrites - et je finis même par me demander (et pas qe moi) s'il on ne lui accorde pas ici toute liberté de dévider ses pamphlets soporiphiques qui ne font que tourner en rond sans aucun contrôle.

          • FranceUnie

            Non, juste des faits réels, même s'ils vous dérangent, c'est ainsi.
            Faites donc avec.

          • Gégé Cagouille

            on s'en fout complètement , hollande a été à la ramasse les trois quart de son mandat cela ne l'a pas empêché d'aller jusqu'au bout et de nous laisser un gros souvenir !!

          • PAO

            Son souvenir a même réussi à se faire élire à sa place. Comme quoi...

          • FranceUnie

            Et avec macron ca sera pire.
            Vous songez vraiment à continuer ?!

          • Vidoz2

            Et toi bien en dessous du troisième sous-sol , la vrai place
            des cocos nostalgiques de la faucille et du marteau .

        • PAO

          https://bembelly.files.wordpress.com/2017/07/img_20170704_214037.jpg
          J'ai un sondage Elabe sous le coude. Ca vous dit?

      • FranceUnie

        Tien, justement j'y pensé.
        Merci à vous de le dire.
        Les medias ne font plus leur job.

        • SOCRATE

          Du Canard enchainé à Google, ils sont tous d'accord pour attaquer FI. La preuve que Mélenchon dérange. n'est ce pas l'essentiel.

          • marieb19

            Même le canard enchaîné, vous plaisantez ? Fillon d'accord mais pas Mélenchon !

          • Vidoz2

            Le mégalo de service ne dérange pas , il ne fait que se
            rendre chaque jour un peu plus ridicule , et donner de plus en plus une image négative de sa fonction de Député parachuté .

          • Romain Grasser

            Je suis très satisfait de la manière du "megalo de service" de me représenter à l'Assemblée. Je pense que ça en fait un bon député, si il représente bien le peuple, non ? Des arguments quelque part sur ce site ou on va devoir fouiller dans le code ?

          • FranceUnie

            Pour les medias, si.
            Démolir le Liberté pour laisser leur poulain en Liberté qu'il puisse agir pour eux.

      • Gégé Cagouille
      • barij61

        Euh...je ne vois pas bien le "rapport" avec "la tentative d'OPA par Mélenchon" ?
        pourriez-vous svp argumenter , sources à l'appui ? merci d'avance.

    • Romain Grasser

      Je marche avec le peuple perso mais j'ai quand même mis j'aime car c'est une belle phrase

  • Philippe Lebel

    Melenchon c est pas celui qui prétendait siéger à la place de Jaures à l assemblée ? Après Jean Luc veut devenir président, Jean Luc devient député sans porter de cravate, Jean Luc refuse d aller au congrès, le prochain épisode sera Jean Luc se laisse pousser la moustache et remplace Martinez. Quel homme ce Jean Luc

    • FranceUnie

      Il fait ce qu'il veut, on est pas en dictature.

      • Charles Marcilly

        MERCI pour bien souligner que nous ne sommes pas en dictature, car parfois certains propos font plus que le laisser entendre...

        • Georges Robreau

          Mais non nous sommes en démocratie ! La démocratie (démos : peuple Kratos : pouvoir) grecque est née d’une crise économique ; elle privilégiait les hommes libres, citoyens par droit du sang, excluait les étrangers, – les métèques – , les femmes et les esclaves ; les hommes libres étaient catégorisés en fonction de leur fortune, etc. et leur pouvoir dépendait de la catégorie à laquelle ils appartenaient … Le droit du sang est devenu droit du sol, la condition féminine s'est améliorée depuis 72 ans, les métèques, on voit ce que l'on en fait à Vintimille, Calais et Porte de La Chapelle, les esclaves trop cher d'entretien sont devenu des prolétaires auxquels on a donné le droit de vote, pour les "hommes libres" et leur pouvoir en fonction de leur fortune, c'est le statut-quo ! Notre démocratie est bien l'héritiére de la démocratie grecque, démocratie mise en place au lendemain de l'écrasement sanglant de la commune par la bourgeoisie et qui depuis perdure. Rien à voir avec une dictature, ses procédés sont bien plus subtils, je vous l'accorde !

          • Charles Marcilly

            c'est pénible vos éternelles ritournelles de leçons récitées, aucune perception personnelle, du préchi précha de petit contestataire qui ne sait que redire toujours les mêmes choses.. vous devez avoir une vie triste, très triste pour vous réfugier derrière un tel langage pseudo intellectuel...

          • Romain Grasser

            Y'a quoi de pseudo intellectuel à dire que la Démocratie c'est pas "les riches qui dirigent" pour nous ? Encore une fois, 5 lignes, et que dalle dedans. Choppez des arguments svp au lieu de dire "Mélenchon parle fort il veut le siège de Jaurès ; c'est la Corée du Nord"

          • FranceUnie

            Pour être exacte, nous sommes en république (des col blanc seigneuriaux qui gouvernent à notre place)
            D'où l'intérêt de mettre en place une Démocratie.

            La Démocratie n'a rien à voir avec le droit du sang, mais au contraire le droit du citoyen. Et le but était et à ete fait, de supprimer tout état pour laisser le peuple gérer et décider pour le pays.

            Les esclaves, plèbes, hommes en tout genre, étrangers, femmes, etc. Pouvait obtenir le droit d'être citoyens, ils En était pas interdit revoyez votre histoire monsieur.
            Et rien à voir avec l'argent, je ne sais où vous avez été cherché cela.

            C'est quoi le rapport avec les métèques ?! Parce que géographiquement et temporellement, on est pas on bonne endroit.

            Et puis un droit de vote En République, c'est comme ecrire au president, vous avez 99,99% de chance de ne jamais avoir ce que vous voulez.
            D'où l'intérêt de mettre en oeuvre une Démocratie.

    • ILG

      vous avez oublié : Jean-Luc va à la plage ! mdr

    • marieb19

      Il ne prétendait pas siéger à la place de Jaurès, il l'exigeait (article paru dans le canard enchaîné je tiens à le préciser).
      C'est finalement un homme très simple ce JLM.

    • Georges Robreau

      On voit que vous avez des lettres, Martine aux champs, Martine à la plage, Martine en marche …

      • Philippe Lebel

        Oui mais Martine est restée à Lille

  • G3D

    Bonjour
    S'il se met à porter la moustache, toute ressemblance avec un personnage du passé serait bien sur fortuite !!!!!!!

  • Michel

    Moi je serais a la place du Président de la République toutes les personnes qui refusent de s'habiller correctement seraient exclu de l'Assemblée Nationale ?

    Ces gens là sont élus pour montrer le droit chemin ce qui n'est pas le cas !!

    Monsieur le Président veux diminuer le nombre de Députés , il faut espérer que ces gens là seront dans le nombre de personnes a supprimer ? Que ça plaise où nom c'est pareille , il y que la vérité qui blesse .

    Certains Français ne sont pas fier , que ce soit Mélenchon , Lepen , tous cela est a supprimés , ils se plaisent qu'a semaient la terreur et malheureusement certains les écoutent , ils doivent toujours croîre au Père Noël .

    • FranceUnie

      Et c'est quoi s'habiller correctement ?!

      Il n'existe pas de loi sur la tenues vestimentaires, et s'il y en avait une se serait une déclaration de guerre contre la Liberté du peuple et sa Démocratie.

      Et alors ?!
      Montrer que l'on est libre, n'est elle pas la première vocation d'une elus de notre republique française !

      Supprimer l'opposition.
      Le langage des macroniste s'étoffe à ce que je peux voir.
      C'est le même langage que tenait les régimes autoritaires.
      Ils n'aimaient pas trop l'opposition et la Liberté des autres, vous vous ressemblez de plus en plus.

      Supprimer tout le monde et ne garder que macron.
      Prochainement la chemise de même couleur pour tous, le defilé bien aligné et les mêmes relents d'hostilité contre les autres.
      Vous vous en approchez.

      • marieb19

        Bon il faudrait savoir ! Vous parlez de régime totalitaire et dans un de vos précédents commentaires vous dîtes que JLM peut faire ce qu'il veut car on n'est pas dans une dictature.

        • Romain Grasser

          Mais t'es sérieux ?? On parle de s’asseoir sur un siège pas de virer des élus par ordonnance...

          • marieb19

            Je pense qu'il faut lire tous les commentaires associés et non se focaliser sur un seul.

    • AL1.D.CôS

      En tout cas, Père Fouettard pour l'orthographe !

  • Mist8k

    JLM c'est comme les attaques d'indiens dans les western. Beaucoup de bruit, de fumée. Après, rien.
    Il pourrait faire une opa sur la revue qui a perdu son propriétaire : L'idiot international.

    • Georges Robreau

      Ha ! Jean Hedern Hallier, que de bons souvenirs ! La qualité des gens qui écrivaient dans ce journal ! Être idiot de cette façon n'est pas donné à tout le monde !

  • Gégé Cagouille

    n'ayant pas fait d'étincelle au parlement européen , il va faire quoi à l'assemblée à part se comporter comme un roquet ?

    • FranceUnie

      Pour votre mémoire :
      l'assemblée européenne est en majorité à droite et extrême droite, avec un serieux relents capitaliste pro-finance. Sous l'emprise de lobbyistes.

      Vous allez pas nous dire que vous l'aviez déjà oublié !!

      Pour votre info :
      Plusieurs choses que vous dites sur le changement de l'europe, cela vient de la gauche democratique (JL Mélenchon en autre), sans vous en rendre compte. Comme quoi vous ne vous informez pas convenablement.

  • marieb19

    Vous êtes d'une mauvaise foi évidente. Contrairement à ce que vous dîtes la presse est loin d’être bienveillante vis à vis d'EM et de son gouvernement .
    Il ne se passe pas une seule semaine sans que la presse parle de nouvelles "affaires" les concernant.
    Par contre dès qu'il y a un article sur JLM , vous criez au complot et à la machination affirmant même que le journaliste "n'aime pas Mélenchon" .
    On ne peut pas et ne doit pas émettre la moindre critique sur le leader de la FI. Il est irréprochable !

    • Nicolas Feld

      La presse, autre chose que bienveillante envers le gouvernement et son chef ? Vous plaisantez ? Ou alors vous lisez L'Humanité, auquel cas vous avez raison. Mais pour le reste, ça a été un lit de roses depuis plus d'un an. Alors ensuite, oui, quand on leur explique que l’Élisée va décider qui suit le président en déplacement, ils râlent. Quand des affaires qui n'ont rien à envier à celle de M. Fillon entachent l'exécutif, ils les exposent, avec même un peu plus de retenue. Quand le président lâche des propos indigne sur une partie de la population, ils le relèvent (et encore, ils n'en font pas un pataquès). Quand ce dernier ou un de ses ministres exige de la presse de se "calmer" au sujet des affaires contre tel ou tel, évidemment elle se cabre. Et quand des poursuites en justice sont intentées contre des journaux, ils crient à l'abus de pouvoir. Mais enfin c'est tout de même normal, vous ne trouvez pas ? Même une presse ultra-parti-pris doit faire un minimum son travail ! Et ça, après avoir été portés sur un nuage pendant des mois, M. Macron et sa bande de co-animateurs vont finir par s'en rendre compte...

      • Romain Grasser

        Même l'Huma c'est plus vraiment ce que c'était..Y'a plus que de la bouche des gens qu'on est sûr d'avoir un avis non filtré

        • Nicolas Feld

          Et dans le Monde Diplomatique, seul journal aujourd'hui digne d'intérêt tant dans la ligne que dans la profondeur et la rigueur des articles. Si vous n'avez pas encore franchi le pas, je vous le conseille chaudement. Il faut soutenir l'une des dernières maisons de presse indépendantes de notre pays. Bien qu'elle fasse partie du groupe Le Monde, elle dispose d'une réelle liberté d'expression en raison du poids de sa société des rédacteurs, poids qui dépend avant tout des recettes du journal, et donc des abonnements (à un prix tout à fait raisonnable soi dit en passant).

    • FranceUnie

      Boaboaboa, laissez moi dire 2 minutes s'il vous plait.
      Si comme vous dites la presse n'est tembre avec E. Macron, vous m'expliquez alors pourquoi ils font un cercle d'intime tous les hautes cadre des medias autour de E. Macron.

      C'est seulement la presse libre qui en parle, les autres ne font que reprendre sinon ils vont être accusé de manipulation, mais quand vous lisez bien, ils ne font aucune enquête par eux mêmes et retourne allègrement les mots pour les mettre dans le sens de E. Macron, si même cela vous ne voyz pas, qui st de mauvaise foi.

      Dès qu'il y a un article sur JL Mélenchon, ba à vrai dire les seul article sur JL Mélenchon sont tournés pour descendre un maximum. Alors il est légitime de se poser la question pourquoi une telle déferlante. Mais comme monsieur n'apprécie pas la Démocratie, normal que vous réagissiez ainsi.

    • Romain Grasser

      On s'en fout des affaires !! Les médias ne parlent jamais du programme dévastateur de Macron qui est en marche et ça c'est une réalité ! Même là, on parle de code du travail, mais à aucun moment on retrouve les éléments de la réforme catastrophique qui nous arrive dessus... Et les affaires, c'est dur de les inventer quand y'en a pas 😉

  • Alain35

    Il y en a marre des titres racoleurs des médias contre Mélenchon.
    Heureusement qu'il est là pour animer le débat et faire des propositions concrètes et non pas utopistes comme celle du mouvement "en marche arrière".
    Les Français en ont soi-disant marre de la langue de bois, mais plébiscitent Macron !
    Du n'importe quoi !

    • Vidoz2

      La meilleure du jour , le bateleur de foires , ne serait pas utopiste , lui
      qui est le symbole même de l'irréalisme et de la démagogie maladive .
      Le guignolo de service n'anime pas les débats , il les perturbe , uniquement pour montrer qu'il existe .

  • Neo

    JLM un parano narcissique radicalisant des complexés des Sisyphe. 🙃

    • FranceUnie

      Narcissique ?!
      Vous connaissez au moins la définition de ce mot avant de l'utiliser.
      De toute evidence non
      Mais ca vous dérange un melenchon tribun qui soulève le peuple, avec en face un macron mou qui plombe le morale.

  • Vidoz2

    Contente toi de brandir ce drapeau rouge , qui lui est la marque de la dictature Bolchevique , que tu vénères .

    • Romain Grasser

      Oula mais c'est bientôt du troll là. Ou tu vois un drapeau rouge ? Y'a même pas de rouge dans la couleur du parti ! Et je me demande qui la dictature Bolchévique fascine le plus entre celui qui n'en parle pas et celui qui la rabâche à longueur de journée

  • Vidoz2

    Une " mélenchonnade " de plus , traiter le PC d'opportunisme relève de la
    franche rigolade , lorsque cette critique émane d'un marchand d'illusions à l'égo surdimensionné !

  • Vidoz2

    L'illusionniste JLM ne peut être que généreux , puisqu'il a les dons de transformer des dépenses en recettes , des déficits en excédents , des dettes en créance , et de la récession en croissance !

    • FranceUnie

      Si vous n'aimez pas la Démocratie, nous comprenons mieux que vous souteniez macron.
      Dans vos propos, on y voit que vous n'aimez pas le peuple.
      Vous decez vous enfermez chez vous pour autant vouloir restreindre sa Liberté et sa joie de vivre.

    • Nicolas Feld

      La transformation des dépenses en recettes est liée au facteur multiplicatif de la dépense publique. C'est un mécanisme bien connu en économie, qui ne marche pas tout le temps, peut même conduire à des catastrophes en période de prospérité, mais est réputé plutôt efficace en temps de crise. D'ailleurs, le FMI, organisation ultra-gauchiste et altermondialiste par excellence, a justement recommandé à l'UE de faire un peu jouer ce facteur et de s'écarter des politiques de rigueur, qui ne portent leurs fruits que dans une économie déjà relancée (voir le contre-exemple de la Grèce qui ne parvient pas réduire sa dette malgré une rigueur toujours plus sévère). Comme quoi, quand on n'est pas idéologue ou démagogue, on peut adopter des idées intelligentes qui "transforment les dépenses en recettes", mais ça demande de voir plus loin que le bout de son nez... et les exigences de Bruxelles.

  • Charles Marcilly

    pour votre information le plan Macron comporte effectivement la suppression d'un certain nombre de fonctionnaires pour alléger la charge de l'état, ce n'est pas 280.000 mais 120.000 ce chiffre est connu de tout le monde et depuis longtemps, tout comme le gel du point d'indice.. alors que vous n'aimiez pas Macron, c'est votre droit le plus légitime mais dire des Hénaurmités comme votre brillant tribun là je dis que je ne suis pas d'accord, et halte à la désinformation.. ce n'est pas parce que JLM crie fort qu'il a raison.. la preuve en a été faite par les urnes, ne vous en déplaise

  • FranceUnie

    Wouais parce que macron qui impose, ca c'est mieux à vos yeux.
    Vous faites la même chose que ceux qui croyait en hitler, tout est bien tout est beua tout est merveilleux.
    Ouvrez donc vos yeux laintenant avant qu'il ne soit trop tard.

    • Romain Grasser

      Surtout que ces mecs qu'on voté pour Macron s'intéressent pas du tout à la politique et savent pas encore qu'ils vont perdre 70% de leurs acquis sociaux et de leurs libertés dans les 3 mois qui arrivent, c'est pêut-être ça le plus triste.

      Mais bon si c'est au nom de la compétitivité alors c'est bon

  • FranceUnie

    Citez nous donc (noir sur blanc) avec références les regimes qu'il aurait soutenu !!

    Vous ne faites que répéter ce que disent les medias, sans apporter le moindre éléments, arguments ou même preuve

    Les seuls points que JL Mélenchon a soutenu, c'était l'alliance ALBA et la libération de Cuba (anciennement avant castro sous un regime d'extrême droite de terreur que les médias ne disent jamais curieusement)

    Donc au final vous ne brassez que votre agressivité, vous n'avez rien à dire parce que vous ne savez rien vous même. Vous suivez et vous répétez.

  • marieb19

    Vous avez mal lu vous aussi, je ne parlais pas de sa tenue vestimentaire (et le commentaire concerné non plus d'ailleurs) mais de son exigence à vouloir occuper le siège de Jaurès à l'assemblée nationale.

    • Nicolas Feld

      Il n'a rien exigé, il a demandé à savoir où il était, en disant qu'il "aurait bien aimé" s'asseoir au même siège. Mais sans doute de manière symbolique, car Mélenchon n'est pas inculte en matière d'histoire. Il sait très bien qu'à l'époque de Jaurès, l'Assemblée était beaucoup plus jacobine et que cet homme, pourtant très à gauche dans notre système de valeurs actuel, passait à l'époque pour relativement modéré ! Donc que son siège doit être quelque part au milieu de LREM ou du Modem, ironie du sort...

  • FranceUnie

    Ba ca change que des les deux assemblées, vous n'avez pas de place et que le capitalisme vous prendra tout. Voila

    • Gégé Cagouille

      quand je vois la quantité de messages produits par vos soins , j'espère que mélanchon vous en sait gré et qu'il vous dédommage du temps passé , ou alors c'est une addiction et comme toutes les addictions il faut trouver le bon remède !

      • Nicolas Feld

        Sans aller jusque là, le Parlement européen a un mode de fonctionnement assez particulier et la plupart des gens l'ignorent. En séance, on est censé voter un nombre impressionnant de textes, avec cinq secondes par vote. Ce qui fait qu'on ne peut, pratiquement, rien faire d'autre que suivre une consigne et appuyer sur un bouton, consignes que les partis européens centraux s'empressent de fournir. Dès lors, il ne sert pas à grand chose d'être présent en session si on est dans la minorité (sauf à tenter de prendre la majorité par surprise, mais ça ne marche qu'une fois), à part perdre du temps. Du point de vue de cette métrique, clairement, Mélenchon est un grand absent, et il n'en fait pas mystère.

        Par contre, du point de vue des résolutions de loi proposées (1 par an depuis 2014), des questions parlementaires (10 par an) et des interventions en séance plénière (près de 200 par an !), il fait figure de député très actif ! Si vous doutez de mon propos, fiez-vous aux statistiques du parlement lui-même : http://www.europarl.europa.eu/meps/fr/96742/JEAN-LUC_MELENCHON_home.html
        Comme quoi, les chiffres, on leur fait dire ce qu'on veut... et il est toujours bon de se renseigner par soi-même, les journaux ayant l'habitude de simplifier pour coller à leur thèse du moment.

  • FranceUnie

    Les medias n'ont pas prendre position !
    Ils doivent diffuser l'information.

    Le cas contraire, c'est du totalitarisme.

    • Nicolas Feld

      Hum, non, n'exagérons rien. Le fonctionnement des "médias à la française" repose sur la prise de position assumée, car ils arguent qu'il n'existe pas d'information objective. Les anglo-saxons ont une conception différente. Bref, il n'est pas choquant que certains journaux aient eu une certaine affection pour Macron. Au contraire, elle est légitime et parfaitement logique pour des journaux comme Challenges, l'Express ou Le Point, dont il est l'incarnation rêvée.

      Il est en revanche choquant que 80% de la presse française ait eu cette affection, y compris des journaux historiquement et prétendument de gauche, comme le Monde, l'Obs, Libération ou même Marianne ! Il est encore plus choquant que 90% de cette presse soit au main de quelques hommes d'affaires milliardaires, dont une bonne moitié entretenait d'emblée d'excellents rapports avec le candidat Macron, à commencer par MM. Neil et Draghi, propriétaires des journaux "de gauche" susdits. Dès lors, le problème n'est pas dans l'objectivité de l'information, mais de son honnêteté et de sa pluralité. Des journaux de gauche qui soutiennent en sous-main un candidat de centre-droit, et ce de manière uniforme, ça c'est choquant !

      Et dernier point, qui touche peut-être au détail mais qui mérite d'être souligné : le rôle du service public. Là où je rejoins FranceUnie, c'est que le service public étant financé par nos impôts, il devrait avoir une intention d'objectivité, fut-elle imparfaite, plus élevée que les autres médias. Or, ça a été tout le contraire. Entre les matinales de M. Cohen sur France Inter, l'Emission Politique de M. Pujadas sur France 2 et l'émission de M. Bourlanges* sur France Culture, on a nagé dans une pensée unique pire que dans les pages du journal de Jean Daniel (alors que Dieu sait qu'il y a des allumés dans la nouvelle génération macro-compatible) ! Bref, là aussi, il y a matière à réflexion.

      * Pour ceux qui ne sont pas au courant, M. Bourlanges, après avoir défendu sans vergogne la candidature de M. Macron pendant toute la campagne, s'est ensuite présenté sous les couleurs du Modem et de la majorité présidentielle dans les Hauts de Seine, où il l'a emporté haut la main (il avait été élu Modem par le passé). Ah, il est beau le conflit d'intérêt !

  • FranceUnie

    Melenchon proche des dictateurs ?!
    C'est uniquement ce que veulent faire croire les medias.
    Curieusement ces medias ne disent jamais tous les rendez vous que melenchon tient avec plusieurs dirigeants et ministres venus des 4 coins du monde.
    D'ailleurs melenchon ne soutient aucune dictature.
    Les seules références qu'il a tenue c'est l'alliance ALBA et la libération de Cuba avec castro (que justement les medias ne disent jamais que c'était avant cette libération un regime de terreur nationaliste)
    Et niveau soutient envers les dictatures, le PS, LR et FN sont sacrément mal placé. J'invite les citoyens honnêtes qui restent lucides à s'informer sur les rapports qu'ils tiennent, vous allez être surpris.

  • FranceUnie

    Donc vous aimez louis XVI, ba voila quand vous voulez, allégeance à macron flagrante

  • Romain Grasser

    Justement. Si on s'y oppose, c'est qu'on pense que ces réformes ne fonctionneront pas. En tout cas, la qualité de vie moyenne en France n'augmentera pas, et la pauvreté ne reculera pas. Vous savez ce qui arrive quand on se fait courser par un Zombie ? Même si on est loin, il finit par vous rattraper si vous ne l'arrêtez pas. C'est pareil pour la pauvreté, si on la laisse proliférer, elle vous atteindra tôt ou tard, même si comme moi vous vivez paisiblement (en tout cas pas dans le besoin).

    Pour ce qui est de Poutine, c'est incroyable ce que vous dites, puisque c'est exactement ce que les médias braillaient pendant l'élection présidentielle. Vous savez ce qu'il répondait à chaque fois ? "Mes amis russes sont en prison à cause de Poutine".

    Et oui, parce que Poutine est un dirigeant de droite. Je suis ûr que vous ne le saviez pas. Alors forcément quand c'est Mélenchon qui dit qu'il veut parler avec les Russes au lieu de les menacer constamment via l'OTAN, on le qualifie de communiste. Honnêtement, qu'est-ce que c'est que ces conneries ? C'est même pas que c'est pas crédible comme argument, c'est juste faux !

    Je rappelle que nous ne sommes que 49ème mondiaux sur la liberté de la presse, donc merci de pas s'arrêter au titre et à l'image d'un article (Mélenchon sans filtre c'est sur Youtube et tu y verras bien plus clair sur sa façon de penser), parce que c'est à cause de ça que des gens font le raccourci Mélenchon = Corée du Nord (encore une fois WTF ?)

    Je trouve ça vraiment absurde que des gens dénigre à ce point quelqu'un qui se revendique pour la paix, qui condamne toutes formes de violences, qui pense à la planète en comprenant les enjeux de notre temps malgré son age (tout l'inverse de Macron qui pense qu'à la libéralisation de l'économie qui ne fait ses preuves qu'en payant les travailleurs de moins en moins), et qui a un avis très "humain" sur pas mal de sujets importants.

    Bref, je sais très bien qu'avec des gens comme toi, même l'argumentation suffit pas..

    • Philippe Lebel

      à priori 83% des électeurs du 1er tour pense comme moi

      • Nicolas Feld

        83% ? C'est quoi ce chiffre ? Ce n'est même pas le total de tous ceux qui n'auraient pas voté pour Mélenchon. Et encore, de là à en déduire que tous pensent comme vous, c'est audacieux ! Les électeurs d'Arthaud et Poutou seront ravis. Mais effectivement, je constate que Romain Grasser avait raison. L'argumentation ne sert à rien avec vous, puisqu'à court de réponse, vous vous réfugiez dans des chiffres... inventés.

  • Vidoz2

    Les organismes " mondiale " ont validé , et le coco de service, lui , a

    " certifié "

  • Vidoz2

    Et moi il y a longtemps , que je considère celle qui usurpe un pseudo
    respectable , contraire à ses croyances totalitaires .

  • Vidoz2

    Mieux vaut fantasmer que délirer , comme une débile mentale .

  • Nicolas Feld

    A ma connaissance, le seul "ami" de Mélenchon plus au sud est le président Bolivien, qui n'est sauf nouveauté pas un dictateur. Mais peut-être faites-vous partie de ceux qui s'imaginent (ou qui véhiculent volontairement la calomnie) qu'il est un soutien de Maduro, alors qu'il a déjà dénoncé les dérives autoritaires du régime. Je dis ça car vous faites déjà preuve soit d'une spectaculaire mauvaise foi soit d'une ignorance crasse quant à la photo à laquelle vous faites référence. Lorsque Mélenchon reçoit Assad, c'est en tant que ministre de la République, devoir auquel il est tenu et dont il a déjà dit ne tenir aucune gloire. Et on était en 1999, bien avant qu'Assad n'exerce l'horrible répression de ces dernières années. A la limite, si ça vous défrise toujours, vous pouvez demander des comptes... mais à Lionel Jospin, qui l'avait invité.

  • Nicolas Feld

    Encore une fois, vous prenez des raccourcis qui vous arrangent. Mélenchon a perdu les présidentielles, c'est un fait. En revanche, d'un point de vue personnel, il a gagné les législatives, ou peut-être ne l'avez-vous pas vu au Palais Bourbon ?
    Vous dites que les français ne veulent pas de lui ? 19.6% ont voté pour lui au premier tour de la présidentielle, 23% pour notre président élu... S'ils ne veulent pas de Mélenchon, doit-on en déduire qu'ils ne veulent de personne ? Parce que passer de tout ou rien en moins de 4%, c'est peut-être la conséquence de notre système électoral, mais ça n'en fait pas un plébiscite populaire.

    • Philippe Lebel

      Ne jouez pas sur les mots, lorsque je disais que Melenchon avait perdu les législatives je faisais référence à son mouvement, quant à l abstention vous l évoquez lorsque cela vous arrange car quel taux d abstention dans la circonscription où Melenchon a été élu ?
      En dernier lieu, la réaction de Melenchon, du jamais vu lors d un premier tour d une élection présidentielle, contestant pendant 3h des estimations de résultats qui se sont avérés justes par la suite est symptomatique de son idée de la démocratie. Même lepen n avait osé faire ça

  • Nicolas Feld

    Bon, on dirait que vous avez déjà compris pour Assad, y'a du progrès. Continuons l'exercice.

    Vous avez parlé "d'amis" dictateurs de Mélenchon. Castro n'a jamais été son ami. En revanche, à sa mort, Méluche a fait un éloge funèbre que certains considèrent maladroit. Mais c'est parce que le propos est complexe et qu'il faut bien prendre les mots pour ce qu'ils sont, sans extrapoler à outrance (ce que là encore, à votre crédit, les médias ont fait sans se gêner). Dans son éloge, Mélenchon glorifie le mouvement populaire et la révolte contre les intérêts de l'argent qui a poussé les américains hors de Cuba et mis en place un dirigeant issu du peuple, qui a su résister pendant des décennies contre un ennemi infiniment supérieur en termes de puissance économique et militaire. Il ne fait pas le même compliment au règne de Castro, qui s'est rapidement transformé en dictature, ni à l'homme lui-même. Mais il faut voir le problème et l'Histoire dans son ensemble : Castro, c'est le dirigeant qui a subi le plus de tentatives d'assassinat contre sa personne au cours de sa vie, l'immense majorité décrétée par les États-Unis, évidemment sans l'aval de l'ONU. C'est le dirigeant qui a vu une petite armée de la CIA débarquer clandestinement sur ses plages. Mais pas seulement. Les sanctions économiques contre Cuba, qui en ont fait un pays du tiers monde pendant un demi-siècle (et que beaucoup d'atlantistes reprochent à Castro lui-même) sont là encore des décisions américaines unilatérales condamnées par l'ONU. Donc vous voyez, la réalité est complexe. Castro a-t-il été un dictateur ? Sans aucun doute. La vie des cubains aurait-elle été meilleure si l'île était tombée sous la coupe des USA ? Regardez l'état de Porto Rico et comparez... Franchement, ce n'est pas évident.

    Quant à Chavez, l'histoire se répète me direz vous. Et vous auriez raison. Le Vénézuela se révolte contre la mainmise américaine sur les principales ressources du pays. Chavez prend la tête du pays avec un positionnement très anti-atlantiste. Les américains établissent un embargo, notamment sur le pétrole qui est la principale exportation, et de loin, du petit pays. Dépression économique, effondrement des prix, etc. Encore une fois, est-ce la faute de Chavez ? Et malgré l'effondrement économique, il a fait reculer la pauvreté, l'illettrisme, a favorisé l'accès à l'eau potable, à l'électricité, aux soins, etc. En revanche, la dérive autoritaire de son gouvernement en fin de vie est clairement condamnable, mais pas moins que les méthodes de ses opposants, qui ont là encore eu recours à des tentatives d'assassinats à de nombreuses reprises. De toutes façons, l'amitié de Mélenchon pour Chavez a largement été exagérée et sur-médiatisée, parce que Chavez est un dirigeant qui cristallise les différences entre la gauche altermondialiste et la gauche américano-compatible. Il s'en explique notamment dans cet article : http://gauche.blog.lemonde.fr/2012/07/16/m-melenchon-transporte-au-pays-de-hugo-chavez/ où il évoque notamment sa plus grande proximité avec Rafael Correa, président de l’Équateur, dont tout le monde se fout parce que l’Équateur... n'a pas de pétrole !