"Ça ne peut plus durer"

À l'usine, beaucoup savaient que Franck était musicien. Ils avaient déjà vu ses clips. Kash, de son nom d'artiste, avait même donné un concert, avec son groupe Tango et Kash, dans l'atelier montage. Alors, le 12 juillet 2012 lorsque la sentence est tombée : la fermeture de l'usine d'Aulnay. "Ils étaient tous tristes, rebellés, énervés" explique l'ouvrier rappeur " Ils m'ont, tout de suite, dit Kash est-ce que tu peux faire une musique, parlant de ce qui se passe aujourd'hui ? J'ai dit d'accord, je fais la musique mais à la rentrée vous vous devez tous être dans le clip". Pari tenu, six mois de travail acharné et exigeant avec deux autres complices, ouvriers eux aussi passionnés de Hip-hop et de vidéo, Sébastien et Régis. Et le 30 janvier,"Ça ne peut plus durer", le clip a été lancé sur internet.

Gréviste ou non gréviste ?

Tu es gréviste ou pas ? C'est la phrase que l'on entend le plus souvent dans les couloirs de l'usine, ces jours-ci. Alors que l'usine d'Aulnay est bloquée depuis le 16 janvier. Sandrine a une boule au ventre, chaque fois qu'elle passe la grille de l'usine. Mais cela ne date pas de la grève, même si ces derniers jours n'ont rien arrangé. Avec Didier, son mari, ils sont tous les deux non grévistes. Tous les deux délégués du SIA (Syndicat Indépendant de l'Automobile), le syndicat maison qui n'appelle pas à la grève. Sandrine n'a plus le moral : "J'en peux plus, je n'ai plus envie de me battre ça dure depuis trop longtemps". Cette angoisse d'un avenir trop incertain après la fermeture de l'usine ne la lâche pas.

Les anciens de Melun se rappellent au bon souvenir de PSA

Naïma Hammoumi, ex-salariée du site de PSA à Melun a tellement envie de parler et de raconter ce que sont devenus les salariés de l'ancien site de pièces détachées. Elle est, aujourd'hui, leur porte parole : "À Aulnay ils ont raison de se battre, nous on s'est pas battu parce que personne n'a parlé de nous, on n'a eu aucun soutien" explique-t-elle. En effet, aujourd'hui 400 salariés de l'ancien site PSA de Melun-Sénart, situé à Moissy-Cramayel (Seine-et-Marne), sont toujours sans emploi.

Une journée de grève "encadrée"

Un drôle de face à face entre les grévistes et l'encadrement de PSA, à l'intérieur de l'usine d'Aulnay, aujourd'hui. D'un côté les ouvriers en grève, de l'autre des bataillons de cadres, venus de plusieurs usines du groupe, pour les surveiller. De part et d'autre on s'observe en chien de faïence.

Lundi retour à l'usine sous haute surveillance

"Nous vous attendons lundi pour la reprise de la production", les 3 000 salariés d'Aulnay ont trouvé ce matin dans leurs boîtes aux lettres un courrier signé du directeur du site, Laurent Vergely. "Nous sommes prêts à vous accueillir et à vous offrir les conditions de sécurité et de travail que vous êtes en en droit d'attendre, ainsi le site et tous les ateliers seront protégés. Nul ne peut empêcher un salarié qui souhaite travailler de le faire, et encore moins sous la menace verbale et physique" écrit-il. Avant d' ajouter qu'à partir de lundi 'le site et tous les ateliers seront protégés".

Guerre de tranchées

Usine toujours fermée ce matin à Aulnay. En appelant un numéro vert mis à la disposition des salariés par la direction du site, hier soir, les ouvriers d'Aulany ont su que le site d'Aulnay n'ouvrirait ses portes ni aujourd'hui, ni demain. La direction de PSA Peugeot-Citroën a décidé de maintenir l'arrêt de la production de l'usine d'Aulnay-sous-Bois, au moins, jusqu'à lundi prochain. La grève paralyse la chaîne depuis mercredi dernier, le 16 janvier.

Renault, Peugeot : même galère

"C'est pas bon ce qui s'annonce" Francis travaille à l'usine de Flins depuis 30 ans, il n'a pas le moral."Ce qu'ils sont en train d'annoncer ça fait froid dans le dos" nous explique-t-il. Le plus dur pour l'ouvrier qui a passé 33 ans à l'usine de Flins c'est de "voir partir les usines automobiles à l'étranger, ça fait mal " nous confie Francis. Il est surtout inquiet pour ses enfants, "comment vont-ils s'en sortir, ça craint."

Privés d'usine

Privés d'usine depuis lundi matin. Au cinquième jour de grève, les ouvriers grévistes d'Aulnay s'efforcent de faire parler d'eux. Ce matin collage d'affiche chez un concessionnaire Peugeot de Sevran, cet après-midi opération péage gratuit à Senlis.