"Destiny 2", "Marvel vs Capcom", "Mario + The Lapins crétins" et "PES 2018"... Quatre jeux vidéo pour un automne à fond les manettes

Oui, c'est l'automne. Oui, les vacances sont déjà (trop) loin. Oui, il commence à faire froid. Mais arrêtez de vous plaindre, car c'est le moment idéal pour rallumer sa console et se flinguer les yeux avec un paquet de bons jeux sortis dans le courant du mois de septembre. Des odyssées spatiales, de la baston épique, du foot... Pop Up' vous propose de découvrir quatre jeux qui vont vous donner une bonne raison de vous réjouir de ce mois d'octobre exécrable.

"Mario + The Lapins crétins : Kingdom Battle" (Nintendo Switch)


Vous en avez rêvé, Ubisoft l’a fait. La rencontre improbable entre l’ex-plombier moustachu de Nintendo et la bande de lapins vraiment débiles imaginés par l’éditeur de jeux vidéo français est désormais une réalité sur la nouvelle console Switch. Avec quelques acolytes, vous êtes chargé de nettoyer le royaume Champignon, complètement sens dessus-dessous après le passage de quelques excités du "Bwaaaaaaah". S'il n'en a pas forcément l'air au premier abord, Mario + The Lapins crétins : Kingdom Battle est un jeu de stratégie ultrafun et beaucoup moins simpliste qu’il n’y paraît.

Concrètement, il s'agit de s'affronter au tour par tour en choisissant vos positions d’attaque et de défense. C'est ultra-tactique, mais la difficulté est gérée progressivement, ce qui en fait un jeu aussi agréable pour les adultes que pour les enfants. Suffisamment rare pour être souligné.

C'est pour vous si :

  • Vous aimez les échecs car vous devez cogiter et anticiper tous les déplacements
  • La vision de Peach version Lapin crétin suffit à vous plier en deux de rire

C'est à éviter si :

  • Vous pensez tomber sur un jeu de plateforme. Attendez plutôt la sortie de Super Mario Odyssey sur Switch, le 27 octobre.
  • Vous ne supportez pas le beuglement débile des Lapins crétins

"Destiny 2" (PS4, Xbox One, PC)

"Destinééée / On était tous les deux destinééés / A voir nos chemins se rencontrer / A s'aimer sans demander pourquoi / Toi et moi..." Les paroles de cette chanson mythique de Guy Marchand (pour ceux qui ne connaissent pas, c'est à découvrir par ici) collent à merveille à ce nouvel opus du FPS intergalactique développé par Bungie. Trois ans après un premier opus qui a fait passer des nuits blanches à des millions de joueurs, Destiny revient avec un nouvel épisode encore plus musclé que le précédent.

Au programme : des graphismes toujours aussi réussis, des tonnes de loots (ces récompenses laissées par les adversaires destinées à améliorer son équipement) à récupérer, des raids monstrueusement chronophages et une expérience multijoueurs au poil. Sans oublier que les studios Bungie ont soigné leur mode histoire, qui avait tendance à se déliter au fur et à mesure de l'aventure lors du précédent épisode. Bref, un immanquable de cette rentrée.

C'est pour vous si :

  • Vous avez aimé le premier opus
  • Vous avez des potes pour jouer en multi
  • Vous n'avez pas besoin de dormir beaucoup

C'est à éviter si :

  • Vous jouez en solo
  • Vous avez besoin de sommeil et vous ne pouvez pas jouer des heures d'affilée (bref, vous êtes un parent)

"PES 2018" (PS4, Xbox One, PC)

Il n'y a que deux choses que les fans de foot attendent comme des fous en septembre : cette célèbre musique et la sortie des deux meilleures simulations de football, Fifa et PES. Cette dernière, sortie le 14 septembre, réussit cette année encore à combler un peu plus son retard sur sa rivale d'Electronic Arts. PES parvient même à la dépasser dans certains domaines comme au niveau de la jouabilité, aussi fluide que jouissive, et des graphismes (la modélisation des joueurs stars est un poil plus convaincante sur le titre de Konami). Petit plus de cette année, la possibilité d'organiser des 3 vs 3 en ligne. Problèmes : PES 2018 souffre toujours des mêmes lacunes que ses prédécesseurs, à savoir un manque criant de licences (pas de championnat allemand, les noms de la majorité des équipes anglaises et espagnoles absents...), une Ligue des Masters pas très réaliste. Par exemple : en jouant avec l'OM, il est possible de vendre Rod Fanni 10 millions d'euros en quelques jours et d'acheter dans la foulée Kylian Mbappé pour 20 millions. Et si on y ajoute une interface tristoune, Fifa 18 peut dormir tranquille.

C'est pour vous si :

  • Vous en avez marre de Fifa
  • Vous aimez les parties de foot qui ont du punch

C'est à éviter si :

  • Vous avez déjà prévu d'acheter Fifa
  • Vous n'avez pas envie de passer deux heures à changer le nom des équipes de plusieurs championnats

"Marvel vs Capcom : Infinite" (PS4, Xbox One, PC)

Un cocktail explosif. Lancée il y a près de vingt ans, la saga Marvel vs Capcom a droit à un nouvel opus, intitulé Infinite, qui propose toujours la même recette : un bon gros jeu de baston opposant Captain America, Hulk, Spider-Man et compagnie à Ryu, Megaman, Strider et sa bande. La principale nouveauté de cet opus est de proposer un mode histoire scénarisé qui tente, maladroitement, de donner du sens là où il est difficile d'en trouver. Pas grave, la jouabilité reste toujours aussi jouissive et permet de maîtriser rapidement les combos les plus dévastateurs dans une avalanche d'explosions à vous rendre épileptique.

Deux bémols toutefois : tout d'abord, les hardcore gamers risquent d'être déçus par le côté trop accessible du jeu. Et ensuite, le passage à la 3D des graphismes n'est pas tout le temps heureux. Si certains personnages comme Ultron ou Iron Man en profitent pleinement, d'autres comme Ryu, Chris Redfield ou Captain Marvel sont beaucoup plus fades que dans les versions précédentes. Reste que Marvel vs Capcom : Infinite demeure une valeur sûre dans la baston et balaie sans souci la concurrence actuelle incarnée par Injustice 2.

C'est pour vous si :

  • Vous avez envie de poser votre cerveau après une journée de boulot
  • Vous aimez les Marvel
  • Vous savez faire un double quart de cercle avant

C'est à éviter si :

  • Vous aimez les scénarios travaillés
  • Vous vous éclatez sur Injustice 2
  • Vous êtes épileptique

A lire aussi