America Chavez, Faith Herbert… Ces nouvelles héroïnes qui vont changer (un peu) notre monde

On connaît la chanson. Historiquement, le super-héros est plutôt un homme blanc qui, à la suite d’un événement inattendu (un accident, une expérience scientifique qui tourne mal...) a hérité de pouvoirs exceptionnels. Il décide ensuite d’en faire bon usage en combattant anonymement des méchants (pour préserver son identité d'homme et tenter d'avoir une vie personnelle épanouie).

Mais depuis quelques années, les scénaristes et éditeurs de comics cherchent à innover en insufflant de la diversité dans cet archétype peu représentatif de l’évolution de notre société. Si les super-héroïnes ne sont pas une nouveauté (Wonder Woman est née en 1941), elles sont désormais bien (trop, si l'on en croit les dernières déclarations de Marvel) représentées, ont de moins en moins besoin d’un groupe pour s’affirmer et s’efforcent de refléter notre monde dans sa pluralité ethnique, religieuse, sexuelle et même esthétique. La preuve avec nos chouchoutes du moment.

America Chavez alias Miss America

America001Cvr_Joe-Quinones

C’est qui ? Une étudiante de 18 ans qui suit un cursus un peu particulier à l’université (imaginaire) Sotomayor (en référence à Sonia Sotomayor, la première femme hispanique à être devenue juge à la Cour suprême des États-Unis en 2009). Brune, les cheveux frisés, America Chavez est dotée d’une force surhumaine et possède la capacité de voler.

Elle a été créée en 2011 par Joe Casey et Nick Dragotta et on l’a depuis aperçue à plusieurs reprises parmi les Young Avengers. Mais depuis mars dernier, cette nouvelle Miss America possède sa propre série dans laquelle elle n’hésite pas à envoyer Hitler au tapis.

IMG_0679

Pourquoi est-elle importante ? Parce qu’America Chavez n’est pas une brunette comme les autres. Affublée avec style de grosses créoles aux oreilles, America est, en dépit d’un prénom qui sent bon le nationalisme, d’origine latino-américaine. Une Latina donc. Mais pas tout à fait. C’est une “Latinx” comme la décrit sa créatrice, Gabby Rivera. Comprenez une héroïne d’origine latine non genrée. Car, si America Chavez a des origines latines, elle est également lesbienne. Et, comme le relève Vogue US, qui faisait récemment son portrait, ces deux communautés sont actuellement les plus menacées aux Etats-Unis par la nouvelle administration Trump.

Activiste queer, elle-même d’origine portoricaine, Gabby Rivera, 34 ans, est une nouvelle venue dans le monde des comics. Epaulée par le talentueux Joe Quinones (Howard le canard) au dessin, elle entend, par le biais d’America Chavez, “explorer la complexité de l’identité latinx”. Plus globalement, on peut compter sur la scénariste pour truffer de clins d’œil à la pop culture les histoires de sa super-héroïne, comme lorsqu’elle l'imagine en Beyoncé période Lemonade sur la couverture du deuxième single issue paru le 10 mai dernier.

Et puis, c’est peut-être un détail pour vous, mais chez Marvel, c’est la première fois qu’un personnage d’origine latino-américaine a sa propre série. Dans un pays qui compte 55,4 millions de Latinos, ça veut dire beaucoup.

America_2_Cover

Et on la trouve où ? Aux Etats-Unis, où les trois premiers single issues viennent de paraître en VO. Du coup, on peut raisonnablement espérer découvrir le premier tome en France chez Panini Comics au premier trimestre 2018.

Faith Herbert alias Zephyr

Preview_Faith1__Page_01

C’est qui ? Faith Herbert est une jeune orpheline qui s’avère également être une "psionique", comprenez une jeune femme qui possède des pouvoirs télépathiques et télékinésiques. Elle peut donc déplacer les objets et se déplacer elle-même en volant.

Le jour, elle coiffe une perruque rousse pour endosser l’identité de Summer Smith, une journaliste corvéable à merci dans un site d’actu people de Los Angeles. La nuit, elle enfile son costume blanc et se transforme en Zephyr, une super-héroïne qui tente avec la meilleure volonté du monde de sauver celui-ci. Le reste du temps, elle est juste Faith, une geek qui passe son temps à binger des séries télé et à lire des comics de super-héros.

Preview_Faith1__Page_09

Pourquoi est-elle importante ? Déjà parce que ce n’est pas une héroïne Marvel. Ça prouve que d’autres éditeurs sont en train de s’emparer de cette diversité, et c’est une excellente chose. Ensuite parce qu’elle se distingue de ses consœurs en ayant non pas une religion, une origine ou une sexualité singulière. Non, Faith est juste… grosse. Une particularité physique qui, aux Etats-Unis, n’est plus une exception étant donné que le pays compte 38% d’obèses chez les adultes. Et, fait étonnant, son physique n’est absolument pas évoqué dans la série, comme s’il n'avait absolument aucune importance.

Et alors que la plupart des super-héros ont choisi de se battre avec un groupe (les Avengers, les Defenders, les X-Men, etc.), Faith, elle, a quitté son groupe de justiciers, les Renégats. Fraîchement séparée de son fiancé, "psionique" lui aussi , elle a désormais un objectif très clair : assumer son célibat et sa condition de super-héroïne. Bref, Faith est la jeune femme moderne qu’on tente toutes d’être.

Par ailleurs, la série, que l’on doit à Jody Houser (au scénario), Francis Portela et Marguerite Sauvage (au dessin), vient d’être nommée dans la catégorie meilleure nouvelle série aux Eisner Awards 2017. Big is beautiful.

Preview_Faith1__Page_15

Et on la trouve où ? Aux Etats-Unis, Faith est édité chez Valiant Comics. En France, le premier tome, qui regroupe les épisodes 1 à 5, vient de sortir aux éditions Bliss Comics. Le tome 2 est attendu le 24 août.

Kamala Khan alias Miss Marvel

F1MNF01217_cvr.indd

C’est qui ? Une adolescente d'origine pakistanaise qui grandit dans le New Jersey au sein de sa famille immigrée. A 16 ans, la jeune fille est en admiration devant Carol Denvers, connue désormais sous le pseudonyme de Captain Marvel. Mais après avoir été exposée à un nuage de brume tératogène, la jeune Kamala Khan développe des super pouvoirs et décide de devenir Miss Marvel, l'héroïne autrefois incarnée par son idole. Capable désormais de changer la taille de son corps ou seulement d’une partie (son bras peut par exemple devenir extrêmement long), elle endosse un costume et commence à se faire remarquer par les Avengers. Et si elle a la capacité de s’autoguérir comme Wolverine, Miss Marvel est une inhumaine et non une mutante.

Pourquoi est-elle importante ? Parce que Kamala est une adolescente d'aujourd'hui, prise en étau entre son désir de liberté et une famille dans laquelle la culture et la religion musulmanes occupent une grande place. Elle est consciente des problématiques modernes comme l'écologie ou la gentrification, se moque des hipsters de Williamsburg mais reste une petite geek accro à World of Warcraft. Les albums de Ms. Marvel (tous écrits par G. Willow Wilson, une Américaine récemment convertie à l'islam) sont drôles et parlent autant aux ados (en les valorisant) qu'aux adultes (en abordant des thèmes concernants). Mention spéciale aux dessins limpides et fun confiés à chaque albums à des artistes différents (même si notre préférence va au travail du Canadien Adrian Alphona).

Avec Dust et M (également chez Marvel), Kamala Khan est un des rares personnages de comics musulmans à être représentés de manière positive. Preuve de son influence, son image a déjà été reprise par un collectif d'artistes américains "pour détourner des publicités anti-musulmans et prôner la tolérance" souligne Libération. Et le festival international de la bande dessinée d’Angoulême a décerné à Ms. Marvel le Prix de la série en 2016.

Capture d’écran 2017-06-01 à 09.34.47 copie

Et on la trouve où ? Aux Etats-Unis, chez Marvel, qui publiera cet été le septième tome de Ms. Marvel. En France, chez Panini Comics, où les cinq premiers tomes sont déjà disponibles. Le sixième sortira le 8 novembre.

Violet, Delilah, Hannah et Betty alias les Rat Queens

CV1_RAT QUEENS_02

C’est qui ? Quatre jeunes mercenaires employées pour mettre de l'ordre parmi les monstres qui rôdent autour de leur ville de Palissade. Composées d'une naine, d'une humaine, d'une semi-elfe semi-tieffelin et d'une gnome, les Rat Queens sont réputées pour être totalement ingérables. Adeptes de grosses beuveries, de bastons et de jurons, elles ne font pas dans la finesse mais finissent toujours par régler les problèmes. Rien à voir avec les univers développés par Marvel et DC Comics, mais une série qui rend hommage à Donjons & Dragons tout en donnant un bon coup de jeune à la fantasy.

Pourquoi sont-elles importantes ? Parce qu'en dépit d'un décor et d'une intrigue plutôt classiques dans la fantasy, Rat Queens explose le genre et cache en fait un petit bijou queer. On adore que Betty la gnome arbore ses dreads aussi fièrement que ses petites copines. Et que dans Quatre filles et un poulpe, le deuxième tome de Rat Queens, on découvre que Violet la naine a rasé sa flamboyante barbe rousse (oui, oui !) pour s'affirmer face à un père qui refusait qu'elle prenne les armes. Mais aussi que ces quatre énergumènes ne trouvent rien de mieux qu'arracher le pénis de la statue emblème de leur ville lorsqu'elles sont bourrées. Bref, on les adore, même si aucune d'entre elles ne sait voler (ça serait franchement dangereux, vu comment elles adorent picoler).

Et on les aime d'autant plus que la série a failli s'arrêter prématurément après que son dessinateur, Roc Upchurch (aux commandes des deux premiers tomes), a été arrêté pour violence conjugale (un comble pour une série féministe). Son scénariste, Kurtis J. Wiebe, avait alors poursuivi l'aventure le temps d'un troisième tome (encore inédit en France) avec de nouveaux dessinateurs avant de jeter l'éponge, prétextant un désaccord créatif. Près d'un an plus tard, l'éditeur américain Image Comics annonçait avoir embauché Owen Gieni, le dessinateur de Manifest Destiny, pour relancer la série. On croise les doigts très fort car on a hâte de continuer à lire les aventures de ces quatre sacrés gonzesses.

 

9_RAT QUEENS_02

Et on les trouve où ? Aux Etats-Unis chez Image Comics, où les singles du quatrième tome sont en cours de publication. En France, dans la collection Urban Indies chez Urban Comics, où deux tomes sont pour l'instant disponibles.

A lire aussi