Police nationale: quels nouveaux recrutements?

A l'heure où le Ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb communique sur le recrutement des policiers à venir, peut-être est-il temps de chercher un peu à quoi correspondent ces chiffres, et savoir comment se déroule la formation initiale des policiers.

Le ministre annonce donc, ce matin, un recrutement de "2500 à 3000 postes, en 2018 et 2019, dans la Police Nationale et la Gendarmerie". Ces chiffres découlent directement des propositions du candidat Macron, de créer 10.000 postes sur le quinquennat. Comment faut-il analyser ces chiffres ? Et surtout, la question la plus cruciale, quand seront-ils en activité ?

Les chiffres du recrutement

Difficile de savoir ce que contiennent ces chiffres. Quelle répartition entre policiers et gendarmes, S'agit-il d'un nombre de postes ouverts? En plus de ceux déjà prévus? A titre d'information, par exemple, en 2016, ont été formés:

  • 4731 Gardiens de la Paix (pour 59000 inscrits, sur deux concours) alors qu'ils étaient 2917 en 2015
  • 4310 Adjoints de Sécurité, alors qu'ils étaient 2273 en 2015
  • 238 Cadets de la République.

Donc, lorsque l'on parle de recruter un certain nombre d'agents, de quoi parle-t-on? On voit bien que le chiffre de 3000 (au mieux), et en admettant qu'il soit pour moitié dévolu à la police, soit 1500, et loin des quelques 10.000 personnels formés l'année passée. Donc, par rapport à quel référentiel sont donnés ces chiffres? Et ensuite, à l’intérieur de ce chiffre, quelle est la répartition dans les grades ? Combien de gardiens de la Paix ? d'Adjoints De Sécurité ? Sans vouloir dénigrer personne, et tout en admettant que les ADS nous sont très utiles, ils n'ont pas le même niveau de formation et, de fait, ne doivent pas remplacer (en théorie) un gardien de la Paix, par simple économie budgétaire !

Ensuite, lorsque l'on parle des années 2018 et 2019, de quoi parle-t-on ? S'agit-il de la date d'ouverture des postes et des concours? De l'incorporation en école de police ou de leur affectation en sortie d'école ? Sachant qu'il faut, à minima, pour un gardien de la paix, une année de concours, une année de formation, donc, avant d’intégrer le service actif en qualité de stagiaire.

Une fois, donc, que les candidats auront satisfait aux épreuves du concours,il leur faudra donc intégrer une école de police.

La formation

A ce jour, les structures de formation initale sont réparties sur 12 sites:

    • Bethune
    • Chassieu, au sein de la CRS45, dispose de 180 lits (formation ADS et Gpx)
    • Draveil (Centre Régional de Formation, CRF), dispose de 90 lits, où sont formés les Cadets de la République
    • Montbéliard (Ecole Nationale de Police, ENP), avec une capacité d'accueil de 320 élèves; y sont formés les Gardiens de la Paix, Cadets, et ADS
    • Nîmes (ENP), avec une capacité d'accueil de 2030 places, formant les élèves Gardiens de la Paix, Ads, cadets et agents de la PTS,
    • Rouen-Oissel (ENP), dispose de 961 places de formation, pour les élèves Gardiens de la Paix, ADS et cadets,
    • Périgueux (ENP), 413 places disponibles, formant les élèves gardiens de la paix, ADS et cadets
    • Reims (ENP), 145 lits, pour former les élèves Gardiens de la paix, ADS et cadets
    • Roubaix (ENP): 428 places, pour former les élèves Gardiens de la paix, ADS et cadets
    • Saint-Malo (ENP): 304 places, pour former les élèves Gardiens de la paix, ADS et cadets
    • Sens (ENP), 392 lits, pour former les élèves Gardiens de la paix, ADS et cadets
    • Toulouse (Eécole Nationale Supérieure d'Application de la Police Nationale): 200 lits pour former les Gardiens de la Paix et les Cadets de la République.

Au total, donc, 5463 places auxquelles il convient d'ajouter les  550 places pour la formation des officiers de police et 168 pour celle des Commissaires de Police. On peut donc considérer qu'il s'agit-là de la capacité de formation à taux plein; Sachant que la durée de formation d'un gardien de la Paix est d'un an pour les externes et 6 mois pour les élèves issus du second concours (AdS). En ce qui concerne les ADS, la durée de formation est de trois mois (18 mois pour les Officiers et 24 pour les Commissaires de police, le tout en alternance).

Si tant est si bien que le chiffre annoncé soit "en plus", ces écoles auront-elles la capacité d'absorber ce supplément de personnel? Sachant qu'il est arrivé qu'en période de forte affluence, certaines formations pratiques ont pu être quelque peu 'accélérées" devant l'affluence de telle école, afin que tout le monde puisse être formé dans les temps. Ce qui n’est ps sans conséquences ur al qualité de la formation.

Il faut savoir que la formation d'un gardien de la paix est échelonnée en 4 séquences distinctes: deux se déroulent en école, et deux en service actif. Étant précisé que la dernière période de la scolarité se déroule sur le site d'affectation de l'élève. Les élèves qui sont d'anciens ADS n'ont qu'un seul cycle de 6 mois, en école. Étant précisé que les scolarités des 244ème et 245ème promotions (sorties fin 2015) avaient été écourtées de quelques semaines.

Cette scolarité est donc découpée en quatre séquences:

  • une séquence de cinq mois, en école. Sont enseignés à l'élève, principalement, les fondamentaux: la culture générale policière (grades, organisation des services, fonctionnement général de l'administration), les différents cadres juridiques, la légitime défense, ainsi que l'étude des principales infractions auxquelles le futur policier sera confronté. A cela s'ajoutent, des séances de tir hebdomadaires, l'apprentissage des gestes techniques professionnels d'intervention, et le sport. A l'issue de cette première séquence, les élèves ont leurs premières évaluations.
  • une séquence d'un mois de stage, en service actif. l'idée est de découvrir le fonctionnement d'un commissariat de police, et de commencer à être sensibilisé sur certaines interventions; là aussi, les élèves sont notés par des référents
  • une séquence de deux mois et demi durant laquelle l'accent est mis sur le retour d’expérience du mois passé en stage.

A l'issue de cette première phase, intervient un classement national, et un choix des postes. A l'issue, les élèves se retrouvent par spécialité pour le MAPE, Module d'Affectation au Premier Emploi. Ainsi, ceux affectés en CRS se retrouvent dans un seul centre pour apprendre leur spécialisation, tout comme ceux qui sont affectés à la Police aux Frontières, et le reste des élèves, affecté en Sécurité Publique, reste en école.

Une fois ces élèves formés, ils rejoindront leur affectation. Ils seront ainsi, pendant un "stagiaire", période à l'issue de laquelle ils seront évalué et, selon leur niveau, titularisés (parfois non) dans leurs nouvelles fonctions.

Alors, comme qui dirait... y'a plus qu'à. Tous les services sont en attente de renforts. Mais quand arriveront-ils? Et combien? pour pallier quels manquements? Ce sont les questions, ainsi que celles évoquées plus haut, que nous nous posons désormais.

Related Posts:

  • No Related Posts