Ils ont tenu dix jours sans écran

La télé, ils n'ont jamais été aussi fiers de dire qu'ils s'en sont passé!

A Nanterre, en région parisienne, les élèves de l'école Elsa-Triolet, ont relevé un sacré défi: dix jours sans regarder un seul écran. Pour certains, cela s'annonçait comme une mission impossible car pour plusieurs élèves la télé "c'est comme une amie".

Pour les encourager, les enseignants ont imaginé une grille à remplir et à colorier. Chaque jour de la semaine où l'enfant n'a pas regardé la télé, il gagne 5 points. Les jours de week-end, où la tentation est la plus grande, valent 7 points. Toutes les classes de l'école ont participé au défi, c'était à qui marquerait le plus de points. Pour Stéphanie Lesénéchal, l'institutrice d'une des classes de CE1/CE2:

"Ce système permet à chaque enfant de prendre conscience du temps qu'il a pu passer devant la télé, et surtout de prendre conscience de sa réussite."

Mais pas facile de résister, surtout quand, parfois le soir, les parents sont plus accro à la télé que les enfants. Alors certains élèves ont dû déployer bien des stratégies !

Le défi sans écran, c'est un parent d'élève de cette école de Nanterre qui en a eu l'idée. David Morgant avait du mal à limiter la consommation de ses enfants: jeux vidéo le soir, dessins animés le samedi matin... Il avait parfois l'impression de mettre ses enfants devant la télé pour de mauvaise raisons:

"On culpabilise un peu car c'est la solution de facilité, on sait bien que ce n'est pas la bonne solution tout le temps, donc on hésite toujours entre l'aspect bien pratique et le fait de se dire qu'il faut faire autre chose."

Sa fille Axelle a redécouvert des jeux de société un peu oubliés. Elle s'est même amusée à fabriquer sa propre télévision en carton, car ainsi qu'elle l'explique du haut de ses 9 ans :"Je peux ne pas rester plantée, je peux faire autre chose, comme jouer avec mon petit frère, faire travailler mon cerveau... Je ne suis pas obligée de regarder la télé"

Sa mère admet volontiers qu'elle a redécouvert ses enfants sous un nouveau jour, et que l’expérience les a rapprochés, à tel point que la famille envisage de poursuivre l'expérience après l'arrêt du défi.

Dans d'autres familles, l’expérience aura peut-être même permis d'entamer un premier "sevrage télévisuel". A 9 ans, Deynnis n'a pas colorié toutes les cases de sa grille, car il a "craqué" 4 fois, avant de le regretter. Pour sa mère, Nathalie Rupert, c'est le plus important.

L'école espère renouveler l'expérience l'année prochaine, même si beaucoup d'enfants se sont empressés, une fois le défi terminé... de se jeter sur la télécommande.

 

Voici le sujet diffusé, avec les images de Florian Le Moal

A lire aussi