18 Oct

Ecobox où comment l’entreprise Silvadec prend ses éco-responsabilités

Ecobox

 

Implantée à Arzal et spécialisée dans la fabrication de bois composite pour aménagement extérieur, la société Silvadec a depuis sa création en 2001 toujours placé l’environnement au cœur de son action.

Une préoccupation qui commence par la fabrication des lames de bardage, clôture ou tersasse qui sortent de son unité de production, (labellisée en 2003 « Installation classée pour la protection de l’environnement »). Toutes sont fabriquées à partir de copeaux, sciure de bois et de plastique recyclé selon un procédé importé des Etats-Unis. Du bois composite écologique qui ressemble fort aux essences exotiques et qui permet à Silvadec de « contribuer à la sauvegarde des forêts tropicales».

Un approvisionnement local

Deuxième étape, en 2014, Silvadec devenue depuis leader européen du bois composite se rapproche de la scierie Joss, leader de la palette et crée la Joint-venture C2J, une usine de fabrication de farine de bois. Cette collaboration permet à la scierie de trouver de nouveaux débouchés pour ses déchets de bois. À Silvadec de pouvoir s’approvisionner en bois au plus près de son site de fabrication et donc de réduire son bilan carbone.

Vers une économie circulaire

Enfin, dernière initiative, 2017 : Ecobox. Depuis le début de l’année, l’entreprise propose aux poseurs professionnels avec lesquels elle travaille de leur livrer des caisses métalliques dans lesquels ils pourront stocker les chutes de bois composite non utilisées qu’elle récupère ensuite une fois pleines. Silvadec produit chaque année plus d’un million de m2 de lames 100% recyclables et on estime à 5% le volume de chute de bois produit sur un chantier qui grâce à Ecobox pourrait ne plus partir en déchetterie.

04 Oct

Biocoop a le vent en poupe

Magasin Biocoop

 

C’est une réalité, le bio a vraiment la cote, et cela ne date pas d’aujourd’hui. Selon le baromètre Bio/CSA près de neuf Français sur 10 (89%) ont déclaré en 2016 en avoir consommé. Ils étaient 46% à ne l’avoir jamais fait en 2003. Une formidable croissance qui profite à l’un des acteurs historiques de la filière, Biocoop.

51 magasins aujourd’hui en Bretagne

Créé en 1986 par une poignée de consommateurs et producteurs militants, animés par une même volonté de soutenir une agriculture biologique de qualité, Biocoop compte à ses débuts 40 magasins. Ils sont regroupés en association loi 1901, pour mettre en place leur propre réseau d’approvisionnement.

Aujourd’hui, c’est plus de 400 magasins en France, une croissance de 25 % en 2016, 52 nouvelles ouvertures et 850 emplois directs créés. Un formidable engouement pour le bio qui se développe à vitesse grand V et dont profite la grande distribution, n’hésitant pas à se payer grassement au passage . Mais cet emballement pour le bio n’explique pas à lui seul la réussite de Biocoop.

Pour Biocoop, consommer est un acte politique

Si la bio est au cœur de ses préoccupations, Biocoop milite aussi pour une consommation responsable et respectueuse de l’environnement. Elle veille par exemple à ce qu’aucun produit vendu dans ses magasins n’ait été transporté par avion, bannit les OGM, accompagne et soutient filières de productions, entreprises bio, initiatives locales. La gouvernance même de l’association, devenue Société Anonyme Coopérative en 2002, est assurée par l’ensemble des acteurs du réseau, à savoir les agriculteurs, commerçants, salariés et consommateurs. Des valeurs qui trouvent échos auprès de « consom’acteurs » toujours plus nombreux. 

Enquête de Catherine Bazille Morgane Tregouet, Christine Pierret, Philippe Kocheleff.

Intervenants : Céline L’Epinette (co- gérante biocoop), Jean-René Picard (co-gérant biocoop Chapeau rouge), Ludovic Billard  (éleveur et administrateur Biolait), Marc Morelle  (président de la région Grand Ouest Biocoop), André Riaux (directeur de la plate-forme Grand- Ouest), Sébastien Schmitt (responsable adjoint réception des marchandises) et Marc Morelle (président région Grand-Ouest Biocoop)