Députés : des indemnités chômage avantageuses !

A quelques semaines des élections législatives, certains députés ne reviendront plus à l’Assemblée nationale. Après la séquence un peu nostalgique des adieux au palais Bourbon, il est l’heure pour eux de chercher du travail. Pour les députés issus du secteur privé, pas de panique, ils bénéficient d’une indemnité chômage très confortable !
Il s’agit du FAMDDRE : “Le fonds d'assurance mutuelle, différentielle et dégressive de retour à l'emploi”. Comparée aux allocations chômages dans le privé, elle est très avantageuse !

D’abord sur le montant :
Les 6 premiers mois, l’ancien député touche 100 % de son salaire, 5599 euros brut. A salaire égal, un salarié du privé, lui, ne touche que 66 % de son revenu : 4100 euros.

Deuxième avantage : la durée
L’indemnité du député-chômeur est dégressive mais elle dure 3 ans. Dans le privé, elle est fixe, mais le plus souvent elle ne dure que deux ans.

Troisième avantage : la cotisation salariale sur la feuille de paie. Elle est moins lourde chez les députés. 28 euros cotisé par mois, contre 173 euros dans le privé.

Ces avantages sont prévus par une loi. Philippe Gosselin en a été le rapporteur. Il les trouve indispensable pour attirer les salariés du privé sur les bancs de l’assemblée.

Combien de députés en ont bénéficiés ?
En 2007, 30 députés ont touché cette indemnité chômage. En 2012, ils étaient 44.

Parmi eux, un ancien parlementaire qui préfère rester anonyme nous confirme qu’il a touché cette allocation pendant 1 ans ½. Il n’y trouve rien à redire. Sauf peut-être à souligner le manque d’accompagnement et de suivi quand il cherchait du travail. Personne ne contrôlait non plus sa recherche effective d’un emploi. Vous l’avez compris, cela n’a rien à voir avec les salariés du privé qui eux rendent des comptes à Pole emploi !

Un régime jugé trop avantageux par certains parlementaires comme Charles de Courson qui souhaite sa disparition, mais ils ne sont pas nombreux dans ce cas.
Les indemnités chômage des parlementaires seront-elles supprimées par la loi sur la moralisation de la vie publique ? Pour l’instant personne n’en a parlé!

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié
  • Emma

    Le Maire a annoncé de grandes restrictions à venir, mais apparemment pas pour ces parlementaires. Et de plus je n'ai aucunement envie d'être traitée comme la Grèce !

  • enfaitpourquoi

    un nouveau lézard découvert par nos habiles journalistes? pas le temps de faire encore un commentaire sur cet article, TGV oblige... mais continuez à creuser et à nous informer SVP!

    • Claude

      Vos journaliste (ceux qui sont de vrais journalistes) connaissent cette loi depuis qu'elle est en vigueur.

  • éPiCurien

    Ce système, certes avantageux, permet aussi de compenser une inégalité entre les parlementaires issus du privé et ceux du public qui peuvent retrouver leurs postes s'ils ne sont pas réélus. Je trouve important que le secteur privé soit représenté à l'assemblée...

  • Mist8k

    Autre vision. Dans les années 199x, mon député du coin, un ingénieur, n'avait pas été réélu. Revenus 0 F. Il faisait remarquer que les employeurs potentiels ne retenaient pas son passage à l'Assemblée, très éloigné des critères pour l'embaucher.
    Il était considéré comme quelqu'un n'ayant pas exercé d'activité depuis des années.
    Ce qui a justifié une modification des règles d'indemnisation quelques temps après.
    Les agents de la fonction publique se mettent en congés, puis reviennent à leur poste.
    En se limitant à l'aspect financier, l'article va attirer du monde sur ce prétendu scandale.

    • Claude

      Cela a été le cas de Dominique VOYNET, médecin, qui n'a pas pu reprendre son métier après la députation et est restée au chômage sans indemnité pendant de nombreuses années.

      • Claudeaussi

        Nouveau défi pour Dominique Voynet. Après avoir renoncé à la mairie de Montreuil, l'ex-maire EELV de la ville a été nommée ce mercredi en Conseil des ministres inspectrice générale des affaires sociales.

        Médecin-anesthésiste de formation, Dominique Voynet, âgée de 55 ans, prendra donc la tête de l'Igas. Une information confirmée dans le compte-rendu du Conseil des ministre diffusé par l'Elysée.
        "L'Express"
        Effectivement, elle est restée au chômage sans indemnité pendant de nombreuses années...

  • Saroumane

    La fameuse "fin des régimes spéciaux et autres privilèges"... Pour tout le monde, sauf pour eux!

    • Claude

      Je suis sûr que vous profitez souvent des indemnités de chômage pour avoir un tel point de vue.

      Vous avez du mal a trouver du boulot ? Que penseraient vos éventuels employeurs si vous n'aviez pas exercé pendant 5 ans ? Voire 10 ou 15 ans ?

      • Saroumane

        Parce que le Monde devrait se préoccuper de ce que veulent et exigent les employeurs? Que serait l'Univers sans eux!

        Ne serait-ce pas plutôt à eux de s'ouvrir un peu plus au monde réel?

  • Verso44

    À n'en pas douter cet article scandaleux vient d'un fonctionnaire qui trouve normal de retrouver son poste sans baisse de salaire bien que n'y en pas travailler pendant 5 ans au moins.

  • Claude

    Si vous quittiez votre travail pendant 5, 10 voire 15 ans, est-ce que vous retrouveriez un travail équivalent en deux ans ? Si vous étiez médecin, est-ce que vous pourriez encore exercer après 10 ans sans voir un seul patient, sans subir un seul stage de mise à niveau ?

    Etc.

    Cette mesure est une bonne mesure pour ne pas décourager les non fonctionnaires d'accéder à la députation.

    Que vous soyez jaloux n'y change rien. Mais cette loi doit vous permettre de quitter votre boulot pour la députation avec moins de craintes. Mais à voir votre réaction, je doute que vous ayez la mentalité de vous sacrifier pour votre pays.

  • Claude

    Pourquoi ne pas vous présenter à la députation ?

    Peur de bosser trois fois plus ? Peur de ne pas retrouver vos indemnités de chômage à la fin du mandat ? Peur d'être critiqué par les ignorants ?

    • cgvmm

      Là, vous parlez d'une MINORITE de personnes pour qui j'essaie de voter, quel que soit leur parti (ou presque), quand j'en rencontre, et j'en ai rencontré, mais ils ne sont pas légion !

      • Claude

        Parce que vous n'en connaissez pas. Quel que soit leur bord ils travaillent 3 fois plus qu'un salarié ordinaire.

        Ceux qui ne sont pas fonctionnaires sont de plus en plus rare et c'est vrai qu'on en rencontre de moins en moins et c'est pour eux que cette loi a été faite.

        On reproche aux députés de "s'accrocher" à leur siège mais si on les protégeait mieux "après" ils ne seraient pas effrayés par l'après.

  • Verso44

    Pourquoi ne pas obliger les fonctionnaires à démissionner quand ils se font élire sous une étiquette politique, sous le prétexte de conflit d'intérêt (les députés, représentant du peuple sont censés diriger l'état et l'administration) ainsi tous les députés se trouveraient sous le même régime en fin de mandat.

    • Daniel

      Au moins, les fonctionnaires se mettent en congé pendant l'exercice de leur mandat. N'oubliez pas que d'autres poursuivent leur activité professionnelle, comme l'actualité nous l'a rappelé récemment...

  • HEPHENDY

    Si l'on prend chaque chose individuellement. Ça peut paraitre convenable. C'est lorsque l'on regarde globalement que ça devient difficile à avaler et que l'on a un sentiment d'injustice.

  • hashk

    Quelques précisions d'importance:
    pour un cadre du privé à 5599 € bruts, le salaire net est d'environ 20% de moins soit € 4479 EN ACTIVITE !
    Au chômage on tourne donc entre € 2688 et € 2956 dès le PREMIER MOIS PERCU avec pour le délai de carence 2 à 6 mois sans RIEN toucher !!!
    Ou comment manier les chiffres en "enfumant" les lecteurs, bravo !
    Je NE vais PAS les plaindre, surtout que la plupart sont des politiques professionnels ....
    PS: Pour info, les calculs ci-dessus ( 2688 à 2956) correspondent à ce que j'ai touché en étant au chômage; le calcul est donc juste et indiscutable en termes de valeurs ....