Gouvernance des grandes entreprises: où sont les femmes ?

 

C'est la loi Copé-Zimmerman qui le dit : depuis le 1er janvier 2017, il doit y avoir au moins 40% de femmes dans les conseils d'administration et de surveillance des grandes entreprises françaises ! La loi est-elle respectée ? L’œil du 20h a fait les comptes!

Ça nous a pris un peu de temps mais nous avons interrogé toutes les grandes entreprises françaises concernées par cette loi ! 118 exactement ! D’après nos calculs, 4 entreprises sur 10 ne sont pas encore en règle! BIC par exemple : 30% de femmes au conseil d’administration ! JCDecaux, le spécialiste du mobilier urbain : 25%. Carrefour : 23% seulement.

La loi a pourtant été votée en 2011 ! Alors pourquoi six ans après, le compte n’y est pas ? Pour Marc Sanglé-Ferrière, directeur général du cabinet Russell Reynolds France, chargé de recruter de futures administratrices, ce ne sont pourtant pas les profils qui manquent : "On n’a pas enregistré de difficultés particulières dans un secteur ou un autre. A chaque fois que nous avons cherché à recruter une administratrice avec un profil particulier nous l’avons trouvé”.

Alors où est le problème ? Chez Genfit, société biopharmaceutique, il y a 20% de femmes au Conseil de surveillance. Pour le patron, il faut du temps pour changer les mentalités: "Ce n’est pas facile dans ce milieu là, je ne dis pas que c’est impossible, mais ce n’est pas facile. Malheureusement je pense que l’industrie pharmaceutique est peut-être traditionnellement un peu machiste".

Pour d’autres, changer les têtes, ça se fait étape par étape. La société Innate Pharma, installée à Marseille, compte 2 femmes sur 7 membres dans son Conseil de surveillance. Son patron explique renouveler les membres à mesure que les mandats arrivent à échéance: "il est hors de question de proposer à un administrateur qui fait bien son travail de partir", dit-il.

Toutes ces entreprises ont jusqu’à leur prochaine assemblée générale pour se mettre en règle. Et toutes nous affirment qu’elles le feront.
Malgré ces retardataires, la loi a permis des avancées : en 2014, seules 8% des grandes entreprises françaises comptaient 40% de femmes dans leur conseil, elles sont plus d’une sur deux aujourd’hui, d'après le dernier rapport du Haut Comité de Gouvernement d’Entreprise.

Comité exécutif: encore peu de femmes !

Problème : là où il n’y a pas de loi, il y a beaucoup moins de femmes. Par exemple dans les comités exécutifs, la direction des entreprises, on y trouve très souvent que des hommes!
Chez Capgemini par exemple, leader en informatique, l’entreprise affirme, sur son site internet, vouloir “promouvoir les femmes (...) et accroître leur visibilité à tous les niveaux de l’entreprise". Pourtant sur 22 membres, on ne trouve que 2 femmes au comité exécutif. Chez Lagardère, l’entreprise de média, on veille aussi à " la promotion de la place des femmes au sein de l'entreprise", mais il n'y a pas une femme au comité exécutif. La banque BNP Paribas : une seule femme pour 17 hommes. Mais promis, pour Barbara Levéel, la responsable en charge de la diversité, un jour ça va changer: "On aura une partie des membres du comité exécutif qui partira à la retraite. Alors nous ne privilégierons pas uniquement les femmes, car on ne fait pas de concession sur les compétences, mais on s'assurera qu'il y ait des candidatures féminines".

L’année dernière, d'après le cabinet Russell Reynolds, dans les comités exécutifs des grosses entreprises, il n’y avait que 13% de femmes!

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié
  • FranceUnie

    Non lais ca suffit là franchement.
    On leur à deja donné la cuisine, le repassage, Le ménage, la garde des enfants.
    Ellesont voulu en plus le droit de vote, la politique, le droit de travailler et l'armée
    Maintenant il faudrait leur donner les conseils dans les entreprises.

    Mais, mais, il ne va plus rien nous resté à nous les hommes.
    On sera obligé de nous mettre dans le canapé devant la télé à sigler une bouteille.

    Ca y-est messieurs, l'heure est arrivée, on ne sert plus à rien.

    Je trouve que l'égalité homme femme est encore trés longue à se faire en France. Ca traine des pieds.