Ils sont candidats à l'élection présidentielle mais aussi députés : arrivent-ils à faire les deux ?


Ils sont députés et rêvent d’accéder à la Présidence de la République. Mais sont-ils tous assidus à leur tâche ? L’Oeil du 20h a compté les présences et surtout, les absences.

Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Yannick Jadot, Michèle Alliot-Marie et Vincent Peillon sont députés européens. Dans les commissions où sont écrits les textes de loi, nos députés candidats sont-ils présents ? Nous avons récupéré les procès-verbaux de ces réunions. Voici le résultat.

Le plus assidu est Yannick Jadot avec 70% de présence. Viennent ensuite, Michèle Alliot-Marie à 63% et Vincent Peillon avec 48% de présence. Pour le candidat écologiste, assister aux commissions, c'est tout simplement faire son travail : "A partir du moment où vous ne venez pas à Bruxelles dans les commissions,  vous ne bossez pas c’est tout. Cela veut dire que vous n’impactez aucune des décisions européennes."

"Je viens pour les débats qui concernent la spécialité qui est la mienne"

Qu’en dit l'ancien ministre socialiste, Vincent Peillon, présent une fois sur deux en commission ? "Quand il y a un débat sur la Chine ou le Chili je ne suis pas le spécialiste. Donc je viens pour les débats qui concernent la spécialité qui est la mienne depuis des années. De temps en temps, il faut être spécialiste des questions pour bien les traiter."

12% de présence pour Jean-Luc Mélenchon

Mais il y a encore plus absent. Marine Le Pen avec 36% de présence en commission. Elle nous a écrit ceci : "La statistique de présence que vous avez établie est une donnée bien trop partielle pour avoir du sens."

Quant à Jean-Luc Mélenchon, avec seulement 12% de présence, il affirme avoir mieux à faire : "Si je n’y suis pas, c’est parce que je suis quelque part qui me paraît plus utile, c’est ma conception du rôle c’est à dire dans une manifestation, en train de faire des conférences, de faire mon devoir de lanceur d’alerte."

Un secrétaire est toujours là pour pointer les présents et les absents

Et à l’Assemblée nationale alors ? Nos députés candidats font-ils mieux ? Pas vraiment. De Benoît Hamon avec 37% de présence en commission jusqu’à Jean Lassalle avec seulement 15%. Quelques élus mettent en doute ces statistiques mais à l’Assemblée nationale, on explique qu’un secrétaire est toujours là pour pointer les présents et les absents.

Le député des Pyrénées Atlantiques, Jean Lassalle est le moins présent des candidats. Comment explique-t-il ses 85% d’absence ? "Ça surprendra, j’assume mais je fais autre chose aussi et j’ai été élu et réélu". Il reste 5 mois à nos candidats députés pour améliorer leurs statistiques. Mais avec la campagne, ce ne sera peut-être pas leur priorité.

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié
  • Little Boy

    "Arrivent-ils à faire les deux" ?
    Ben pourquoi pas, s'ils sont "payés" au moins deux fois ! ... GO GO GO ! :-)))

  • jp

    C'est un scandale, à quand l'arrêt des cumuls des mandats ?
    salaire +salaire +salaire, la vie est belle !!!

  • allofme

    ... présent à 15 %, payé à 15 %

  • gat

    le problème c'est qu'ils sont payés même absent, je rêve

  • Jean-claude Decrop

    Quel député européen présent ou pas peut tenir et rendre public un compte rendu précis sur ce qui se passe au parlement européen? De quoi on y parle, des analyses des textes votés en session, des questions qu'il a posées à la commission et au conseil, des textes dont il est signataire, du pourquoi il a voté pour ou contre ces textes. Voir sur son site : http://europe.jean-luc-melenchon.fr/

  • Isa Oliv’ Lou-Madison Pierré
  • Condor

    Mal faire deux boulots en même temps est à la portée de n'importe qui.

  • mar supilami

    Honte à ces cumulards de la politique !
    Le moi-je en avait fait un sacerdoce, mais lorsque son guguss Harlem Désir a proposé publiquement d'aller vers un suffrage universel sur ce point, le moi-je s'est dépêché de le promouvoir aux instances européennes.
    Non au cumul des mandats de la part des politiques, c'est du vol, c'est la honte de la France.
    Liberté, Egalité, Fraternité qu'ils disent.....

  • yam

    les cumulards comme disent les raleurs sont bien élus non? suffit de pas voter pour un type qui a déja un mandat.. C 'est tout simple.

  • Wilfried Serre

    Encore une fois l'œil du 20 h n'apporte que du vent chargé que de quelques brides de bonnes vérités. Dommage l'idée est bonne....mais il faudrait être plus exacte et plus complet. D'abord, en réponse aux commentaires précédents, il n'y a pas de scandale car un candidat à la présidentielle n'a pas pour sa campagne d'indemnités mensuelles ; donc pas de cumul. De plus le député absent de l'hémicycle doit faire une croix sur une partie de son indemnité de parlementaire.
    Donc, quelle période est la base de ces pourcentages ? 5 ans ? 1 mois ? Pour exemple, Jean Lassalle est peu à l'assemblé depuis un mois et demi, c'est vrai.... et pour cause, il doit arpenter la France pour rechercher les 500 parrainages dont le Conseil constitutionnel a décidé de compliquer l'obtention. Et avant il s'est absenté en 2013 plusieurs mois, pour aller à pied la rencontre des Français, et pour cela il a dû puiser dans ses réserves personnelles. Enfin
    quand il dit faire d'autre chose, il s'oppose ainsi à tout ce qui, certes
    présents, mais n'y font pas grand chose, présents que comme des ombres, pilotés par leur parti et les intérêts de la finance et des lobbies. N'est-ce pas aussi révoltant d'avoir surtout des élus préoccupés par leurs indemnités et leur réélection ? Et pour les autres parlementaires candidats, cela doit être à peu près pareil. Par contre, le haut fonctionnaire Emmanuel Macron, qui le paye pendant sa campagne ? Est-il à son poste de travail ? Qui paye Manuel Valls pendant sa campagne à la Primaire ? A la question, peut-on être candidat à l'élection présidentielle et parlementaire, la réponse est : pas plus qu'un salarié du privé ne peut l'être. La question reste pour un haut fonctionnaire.

  • Wilfried Serre

    Encore une fois l'œil du 20 h n'apporte que du vent chargé que de quelques brides de bonnes vérités. Dommage l'idée est bonne....mais il faudrait être plus exacte et plus complet.
    D'abord, en réponse aux commentaires précédents, il n'y a pas de scandale car un candidat à la présidentielle n'a pas pour sa campagne d'indemnités mensuelles ; donc pas de cumul. De plus le député absent de l'hémicycle doit faire une croix sur une partie de son indemnité de parlementaire.
    Donc, quelle période est la base de ces pourcentages ? 5 ans ? 1 mois ?
    Pour exemple, Jean Lassalle est peu à l'assemblé depuis un mois et demi, c'est vrai.... et pour cause, il doit arpenter la France pour rechercher les 500 parrainages dont le Conseil constitutionnel a décidé de compliquer l'obtention. Et avant il s'est absenté en 2013 plusieurs mois, pour aller à pied la rencontre des Français, et pour cela il a dû puiser dans ses réserves personnelles. Enfin
    quand il dit faire d'autre chose, il s'oppose ainsi à tous ceux qui, certes faisant acte de présence, n'y font en fait pas grand chose, circulant que comme des ombres, pilotés par leur parti et les intérêts de la finance et des lobbies. N'est-ce pas aussi révoltant d'avoir surtout des élus préoccupés par leurs indemnités, leurs avantages et leur réélection ? Et pour les autres parlementaires candidats, cela doit être à peu près pareil que pour Jean Lassalle (Fillon ne doit pas avoir beaucoup de parrainage à chercher). Par contre, le haut fonctionnaire Emmanuel Macron, qui le paye pendant sa campagne ? Est-il à son poste de travail ? Qui paye Manuel Valls pendant sa campagne à la Primaire ? A la question, peut-on être candidat à l'élection présidentielle et parlementaire, la réponse est : pas plus pas moins qu'un salarié du privé ne peut l'être. La question reste à coup sûr pour nos hauts fonctionnaires candidats.

    • ratz21

      et si vous voulez savoir plus il suffit d'aller sur le site de l'assemblée nationale vous saurez nominativement tout sur votre député ce qu'il a présenté ou juste soutenu histoire de dire qu'il a fait quelque chose...

  • DURANT

    Marine le pen encore ...marine le pen...on se doute que c est elle en priorité qui est visee suivi de pres par melanchon...mais ayant une si petite representation a

    Comparer des socialistes ou 2 voir 3 votent avec leur....clef pour le s 200 ou 250
    autres ....il serait plus judicieux de payer tout ces gens a la taches ..present payé pas présent ...pas payé....

  • Thibault Nepsis

    Il serait intelligent de vérifier vos chiffres. Car ils sont malheureusement, excessivement faux! Comment pouvez-vous décemment balancer des chiffres si vagues, sans explications et sans ne citer aucune source... Un exemple : http://www.mepranking.eu/mep.php?id=96742

    • Pince

      c'est ce site internet qui est faux puisqu'il compatibilise les questions écrites, les explications de vote dont sont particulièrement friands certains députés pour masquer leur inaction. Le vrai travail c'est d'influence la législation, avoir des rapports ou être réponsable pour son groupe d'un texte de loi et d'avoir de l'influence...au Parlement européen comme il n'y a pas de majorité naturelle (puisqu'aucun groupe n'a la majorité), il est possible de faire avancer ses idées si on est bosseur (c'est le critère principal au Parlement européen) et malin pour convaincre des députés d'autres groupes. Mélenchon, Le Pen, Fillon se contente de ramasser l'argent de leurs indemnités et ne mettent que très rarement les pieds en commission parlementaire là où se fait tout le travail d'influence. Un exemple très clair, c'est le CETA et le TAFTA, Mélenchon dit qu'il est contre mais il a rien fait au Parlement européen pour faire bouger la majorité. Alors que les Verts ont réussi à obtenir une consultation publique sur le TAFTA qui a permis aux associations de se mobiliser en masse, ils ont posé des questions, en session, convaincus beaucoup de leurs collègues, au centre et chez les socialistes de s'opposer au TAFTA et au CETA. Ils ont fait un grand sommet contre le CETA avec toute la société civile, ils ont en permanence étaient de toutes les batailles pour créer le débat inlassablement en étant présent au Parlement européen. Et on peut multiplier les exemples, ils ont fait en sorte que la Commission européenne fasse bientôt un texte de loi pour protéger les lanceurs d'alerte. Qu'est-ce qu'à Mélenchon à part encaisser l'argent ? S'il pense que ça ne vaut pas le coup d'être au Parlement européen car c'est impossible de changer les majorités, alors pourquoi il a accepté d'y aller ? Pourquoi il a accepté d'être réélu ? C'est bien parce que c'est l'argent qui l'intéresse, comme Marine Le Pen. Et ça ce sont nos impôts à tous. Alors perso, je préfère avoir un député qui fait son travail, le travail pour lequel il est rémunéré. C'est sur c'est moins sexy que de faire de grands discours sur les plateaux télé en se plaignant d'être jamais invité (alors que c'est complètement faux), mais au moins, ceux qui bossent produisent du changement. Imaginez si les Verts étaient un plus grand groupe politique, ce qu'on pourrait faire de l'Europe...Et ça c'est notre responsabilité à tous, quand on met le bulletin dans l'urne

  • Hervé

    Le député représente, de part son élection, sa circonscription et par le biais de la mission qui leur a été confiée, la nation toute entière.

    Si leur action doit passer par leur participation aux commissions, leur action de représentation de leurs concitoyens est néanmoins primordiale.
    Celle-ci doit passer par un échange avec le peuple afin de comprendre leurs attentes et les représenter au plus niveau législatif.

    Assez des politiques qui prennent des décisions derrière leurs bureaux sans ne jamais mettre le nez dehors si ce n'est à l'approche des élections!
    En conséquence, si la présence aux commissions est essentielle, celle auprès des concitoyens l'est tout autant, si ce n'est plus.
    Comme le député ne peut être "partout à la fois", il doit optimiser ses actions en ciblant au mieux ses différentes interventions: c'est ce que l'on appelle l'efficience, terme tellement usité ces temps-ci mais, semble-t-il, méconnu de ce média.
    Jugeons donc avant tout les politiques sur leurs actes, sur la réalité de leurs actions et non uniquement sur des chiffres lancés sans aucune pertinence.
    Nombreux sont les politiques qui se limitent à paraitre et à ne pas agir pour le bien commun (de tous); et non communautaire (d'un groupe en particulier).
    Changeons notre vision (et notre approche) de la politique et de ceux (médias, sondages, ...) qui en sont les rapporteurs!

    • ratz21

      et s'il commençait par faire son boulot de député?? et s'il a trop de mandats il n'a qu'à pas les cumuler pour cumuler les indemnités...