Salon du livre, dans les coulisses du concours de dédicaces


Les personnalités politiques adorent le salon du livre. Et pour cause, c'est l'occasion de multiplier les rencontres avec les lecteurs, et les électeurs. L’Oeil du 20h a regardé entre les lignes des dédicaces des candidats à la primaire à droite. 

Dédicacer un livre, c'est un travail d’équipe. Alain Juppé par exemple ne se trompe jamais sur le nom de ses lecteurs, mais il a un petit secret. Un de ses collaborateurs lui a tout noté sur un petit pense-bête jaune. Et quand il n’y a plus d’amateurs de dédicaces, en coulisse un homme joue les rabatteurs. Dans l’équipe d’Alain Juppé, cette tâche a un nom : c’est de l’optimisation de déplacement.

Du monde, il y en avait aussi beaucoup pour la dédicace de François Fillon, comme pour celle de Nathalie Kosciusko-Morizet. Chez Jean-François Copé par contre, la foule ne se presse pas. En plus d'une heure de présence sur son stand, l'auteur du "Sursaut français" a signé moins de dix dédicaces. Et toujours la même question : "Vous n'étiez au courant de rien sur les factures de Bygmalion ?" Décidément, Jean-François Copé ne gardera pas un bon souvenir de son passage au salon du livre.

Publié par L’Œil du 20 heures / Catégories : Non classé

A lire aussi

  • Aucun article lié
  • http://www.cd-lmdp.fr Dechartres

    Et pendant ce temps, de très bons ouvrages peinent à se vendre. Fautes de rabatteurs, peut-être. La qualité n'est pas - hélas - synonyme de succès...

  • Ourson

    ok