LA MORT DE STEPHAN VILLENEUVE ET BAKHTIYAR HADDAD...

Alors que l'offensive de la coalition pour reprendre la ville de Mossoul à Daech est en cours, deux journalistes, le Français Stéphan Villeneuve et son collègue kurde, ont été tués par l'explosion d'une mine. La journaliste Véronique Roberts est grièvement bléssée.
Ce groupe de reporters couvrait une guerre que peu de journalistes ont l'occasion de vivre de l'intérieur. En pleine offensive contre Mossoul, bastion de l'organisation Etat islamique en Irak, l'explosion d'une mine a coûté la vie au Français Stephan Villeneuve et à son "fixeur" kurde Bakhtiyar Haddad. Véronique Robert, elle, a été grièvement blessée. Les journalistes, travaillant pour le compte de la société de production #5bis et préparant un reportage pour l'émission Envoyé Spécial, on été surpris par l'explosion, dans les faubourgs de la vieille ville, une zone particulièrement dangereuse.

Mardi 20 juin, ses amis et collègues se sont réunis pour traverser ce moment très difficile. Tous évoquent un grand professionnel lorsqu'il s'agit de décrire le journaliste de 49 ans. "Ce n'était pas une tête brûlée et encore moins un suicidaire. Il aimait la vie, sa famille et ses enfants", explique Richard Puech, grand reporter pour l'agence Capa.

Related Posts:

  • No Related Posts
  • Herve Loquerie

    Il faut remercier ceux qui prennent des risques, même calculés, pour nous informer. Malgré cela,force est de constater que cette profession paie un lourd tribut pour des reportages certes éclairants mais vains puisque les horreurs perdurent, partout .
    La question s'impose alors : faut il continuer à aller dans ces endroits dangereux ? Les images valent elles une vie ?