La France, championne de l'incinération

© Edouard Marchal

L’incinération est un procédé de “traitement” des déchets basé sur la combustion en milieu fermé, à plus ou moins haute température selon le type de déchets concernés. En France, on ne compte pas moins de 128 incinérateurs destinés aux ordures ménagères, soit un quart du parc européen. À partir des années 60, la relative saturation des décharges ont favorisé le développement de ces installations.

Incinère-t-on à foison ?

La France compte 128 incinérateurs en service, alors que l’ensemble de l’Europe en compte 470. Nous détenons donc un quart du parc européen, et nous plaçons au 7e rang en termes de quantité de déchets incinérés par habitant chaque année. Selon l'Ademe, nous incinérons 30% des déchets gérés par les collectivités, nous en envoyons autant en décharge, alors que nous en recyclons et compostons respectivement seulement 20% et 15%.
Si la France n’est pas la championne de l’incinération en Europe, l’incinération quant à elle est bien la championne en France.

Une méthode généralisée mais risquée

Pourtant, ce procédé pose quelques problèmes.
Lorsque l’on parle de l’incinération, on parle d’un procédé dit “d’élimination” des déchets. Pourtant, « rien ne se perd, rien ne se crée  tout se transforme » disait Lavoisier. Il avait raison car, loin d’éliminer nos déchets, l’incinération ne fait que les réduire. Et encore ! Elle diminue leur volume, mais pas leur toxicité. Sur 1000 kg d’ordures incinérées, on retrouve à la sortie du four environ 300 kg de résidus solides (appelés mâchefers), 40 à 80 kg de résidus d’épuration des fumées (les REFIOM), et quelques milliers de m3 de fumées. Les résidus toxiques sont ensuite orientés vers des sites de stockage des déchets dangereux, en décharge donc. On ne peut donc pas parler “d’élimination” des déchets, qui sont toujours présents et même encore plus polluants du fait de la combustion.

Incinération rime avec pollutions

L’incinération génère des émissions de polluants atmosphériques (dioxines, métaux lourds, etc.) qui, sur le long terme, peuvent avoir un impact sur la santé (cancers, troubles de la reproduction, etc). En 2001, l’incinérateur de Gilly-sur-Isère fait scandale. Des concentrations de dioxine 750 fois supérieures aux normes européennes de l’époque sont relevées autour de cet incinérateur !
L’année suivante, un arrêté fixant des normes d’émissions contraignantes aux incinérateurs est enfin publié. Il ne réglemente cependant qu’une vingtaine de polluants sur plus de 2000 molécules recensées en sortie de cheminée. Certains polluants dont les effets, y compris combinés, sur la santé sont mal ou méconnus, sont donc émis dans l’atmosphère en dehors de tout contrôle. Les incinérateurs ont beau être aux normes, ils représentent des risques sur le long terme pour la santé et l’environnement et on ne connaîtra leur impact réel que dans plusieurs années.

Le gaspillage des ressources

Pour allumer un four, il faut un apport de combustible extérieur, généralement du gaz ou du fioul qui sont issus de ressources fossiles. Outre cette utilisation importante mais ponctuelle de combustible, c’est l’ensemble du procédé qui constitue un gaspillage de précieuses ressources naturelles.
En brûlant les déchets, on détruit les matières premières dont ils sont composés ainsi que les ressources (énergie, eau) nécessaires pour les extraire et les transformer en biens de consommation. Les procédés de “valorisation matière” (recyclage ou compostage) permettent au contraire de préserver ces ressources.

Alors pourquoi choisir l’incinération ?

En France, ce sont les collectivités qui choisissent les solutions de traitement pour leur territoire et qui en assument les coûts, même si la construction et l’exploitation sont le plus souvent déléguées à des entreprises privées. Le développement de la filière industrielle d’incinération des déchets est aussi la conséquence des avantages financiers et fiscaux mis en place par les gouvernements successifs, pour encourager les collectivités à faire le choix de l’incinération.

Le doigt dans l’engrenage

Or, une fois que l’on a fait le choix de l’incinération, il peut être très long, coûteux et difficile de faire machine arrière.
La construction d’un incinérateur, dont on estime la durée de vie à 20 ans minimum, est en effet un engagement financier de long terme pour les collectivités. Elles doivent non seulement rembourser les crédits contractés pour la construction de l’infrastructure, mais aussi assumer les coûts d’entretien et de mise aux normes régulières. De plus, les incinérateurs sont de véritables aspirateurs à déchets qui sont construits pour fonctionner avec une quantité de déchets constante, mettant ainsi un frein à la mise en place de politiques ambitieuses de réduction des déchets, de recyclage, de compostage

Pourquoi pas une société zéro déchet ?

Dans la mesure ou l’incinération n’apporte rien de bon d’un point de vue sanitaire et environnemental, et qu’elle apparaît problématique en terme de gestion des ressources, il est nécessaire de promouvoir des modes de traitement alternatifs et viables sur le long terme, tels que le compostage ou le recyclage.

Les collectivités peuvent profiter de l’arrivée en fin de vie de certaines installations pour mettre en place une politique ambitieuse de réduction et de tri des déchets. Cela permettrait aussi de créer plus d’emplois ! Pour incinérer 10 000 tonnes de déchets, il faut 3 employés alors que pour traiter la même quantité de déchets en centre de tri, ce sont 10 fois plus de postes qui doivent être créés.

On pourrait alors voir la France, non plus comme la championne de l’incinération, mais comme le fer de lance d’une gestion pérenne et soutenable de nos déchets.

Auteur : Corentin Mele - Zero Waste France

Related Posts:

10 thoughts on “La France, championne de l'incinération

  1. Pingback : La France, championne de l’incinération des déchets, un procédé pas si propre | Actualité du jour

  2. Pingback : La France, championne de l'incinération ...

  3. Pingback : La France, championne de l'incinération ...

  4. Très bien, très bien.
    En plus des classiques conteneurs sélectifs, j'ai la chance de pouvoir épandre mes épluchures sur le champ ou sont cultivés nos légumes.
    Et comme j'achète pas de yaourts (désolé Donatien, mon coup est bas, pardon ;-)), ma balance pèse un petit sac de 800 g de déchet pas recyclable par mois : blisters ou sachets plastiques du muesli à l'intérieur du carton... (je viens de passer au sac papier 5kg muesli : ça devrait baisser)
    Le premier qui arrive à zéro, y gagne quoi ?
    Bonne bourre !
    Patrick

  5. Les élus et beaucoup de citoyens croient que les gaz de combustion sont quantités négligeables. Pour beaucoup, un mètre cube de gaz ne pèse rien. Or, quand on brûle une tonne de déchets on rejette en moyenne 7 000 m3 c'est à dire 7 tonnes de gaz plus ou moins toxiques.

  6. Effectivement, l'incinération rime avec pollution ! nous sommes bien placés pour en parler dans le nord Isère puisque nous vivons à proximité d'un co incinérateur autorisé depuis 2006 à incinérer 240 000 tonnes/an de déchets industriels dangereux !
    D'après un élu qui se qualifie lui même de primate réfractaire à l'environnement, comme la population est habituée à respirer de " la merde ", on pourrait lui faire supporter un supplément avec un site Chimirec, tri-transit-stockage et pré-traitement de 30 000 tonnes/an de déchets industriels dangereux, doublement dans 5 ans ...
    Chimirec, rappelez vous, société condamnée en décembre 2013 pour faux, usage de faux, trafics d'huiles polluées aux P.C.B et revendues aux cimenteries pour incinération, durant plusieurs années, dans plusieurs sites dont celui de GREZ EN BOUERE, , tristement célèbre , voir terre et vie d'Anjou !
    RESPIRER nuit gravement à la santé dans notre canton ! et les appels au secours auprès des responsables politiques régionaux sont restés sans réponses, CHANTAGE à l'emploi oblige ! 65 emplois actuellement chez le cimentier, 20/25 hypothétiques emplois chez Chimirec ...
    Sachez également que jusqu'à l'année 2013, les normes en ce qui concerne les rejets de cheminées de la cimenterie datent de 2002 ! on attends encore les comptes rendus de l'année 2013 ....
    Suivre le blog http://www.sansnaturepasdefutur.fr

  7. Je partage l'idée que l'incinération des déchets - et ses partisants - freinent les efforts pour la réduction des déchets, ou pour le recyclage et le compostage. Alors que le gaspillage que représente l'incinération massive n'est plus possible. Alors que les français progresse(rai)ent dans la baisse des déchets ménagers.
    Nous devons faire bouger les collectivités.

    François / Ivry (94)

  8. J'habite près de Paris, j'attire votre attention sur le projet de reconstruction d'un incinérateur : C'est celui situé à Ivry - Paris 13. La reconduite d'un mode de gestion des déchets totalement dépassé est en jeu. Sa reconstrution conforterait le choix de l'incinération pour plusieurs décennies ! Et son coût serait exhorbitant. Paris et environ 60 communes sont impliquées ds la décision.
    Un Collectif baptisé 3R (Réduire, Réutiliser, Recycler) informe et mobilise pour une alternative à un tel choix. Nous appelons les habitants à se mobiliser, à nous soutenir et à nous rejoindre. Merci de consulter le site pour plus de détails : http://collectif3r.blogspot.fr/

    François / Ivry (94)

  9. Bonjour,

    Je travaille pour un incinérateur qui traite plus de 250 000 tonnes de déchets par an. Le taux de mâchefers y est de 25% (un peu plus bas que les 30% de l'article). Les métaux ferreux et non ferreux qui en sortent sont tous valorisés et recyclés.

    Je suis convaincu que l'incinération n'est pas une solution d'avenir mais l'article oublie aussi, surement sciemment, de préciser que les incinérateurs produisent de l'énergie à partir de cette combustion, la loi l'oblige. Ainsi nous chauffons à l'année plusieurs HLM, écoles, infrastructures sportives et publiques, soit plusieurs centaines de personnes. Nous produisons et vendons également beaucoup d'électricité (l'usine est auto-suffisante en électricité).

    Je confirme en revanche que nous consommons beaucoup de gaz.

  10. Pingback : Tribune : Pour une politique ambitieuse de réduction des déchets à Strasbourg - Rue89 Strasbourg

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *