Patrimoine : Jean-Luc Mélenchon, l'homme aux 12.000 livres

Jean-Luc Mélenchon s'est plié à la quasi-obligatoire déclaration de patrimoine par un billet de blog railleur qui commence par un autoportrait hérissé de piques  ("mes cheveux sont naturels et ils ne sont pas teintés") et se conclut par sa recherche d'appartement.

Arrêtons-nous sur une phrase et une seule : "Je possède 12 000 livres de toutes sortes que j’ai commencé à accumuler dès mes quatorze ans." On laissera aux croisés du fact-checking le soin de vérifier si 12.000 livres tiennent entre les murs de son trois pièces parisien ou si le député européen inclut ceux de sa maison de campagne du Loiret.

Mais notons surtout que, dans le surréaliste déballage de ces derniers jours qui a vu Arnaud Montebourg mentionner son fauteuil Eames et Eva Joly ses kayaks en carbone, le président du Parti de gauche est le seul à évoquer, fût-ce en plaisantant, sa bibliothèque comme richesse.

12.000 livres, mais lesquels ?

Dommage d'ailleurs que Jean-Luc Mélenchon n'ait pas poussé assez loin l'opération transparence. Douze mille livres -supposons le chiffre exact- mais lesquels ?

Faute de liste, restent les indices : sur ses lectures, l'homme s'est volontiers trahi. Selon ses biographes Lilian Allemagna et Stéphane Alliès (Mélenchon le plébéien, Robert Laffont), le député européen a tout dévoré sur la Révolution Française. En spécialiste, il a ainsi conseillé au comédien Fabrice Luchini - rapporte Le Lab Europe 1-  la lecture de Jules Michelet (Histoire de la Révolution française) plutôt que celle de Jean Jaurès (Histoire socialiste de la révolution française),d'Albert Soboul (1789, L'an I de la liberté) ou d' Eric Hazan (Une histoire de la Révolution française).

Il lui arrive aussi de déclamer Victor Hugo, comme l'a raconté Pierre Assouline pendant la campagne présidentielle. "François Hollande reconnaît qu’il lit Les Misérables bien qu’il se garde de trop le citer en public, mais lorsque Mélenchon à Villeurbanne dit de mémoire des extraits du 'plus grand roman populiste', la salle surchauffée l’écoute religieusement comme s’il était la réincarnation de Hugo ! Et lorsqu’il récidive le lendemain à Montpellier en citant des vers tout aussi révolutionnaires du poète, l’effet de sidération est le même" ("L'axe Hugo-Mélenchon", billet du blog La République des livres).

Un grand lecteur, combien d'électeurs ?

Si souvent traité de "populiste", Jean-Luc Mélenchon a donc été le seul à s'enorgueillir d'une bibliothèque particulièrement riche. L'idée ne semble pas avoir effleuré les très littéraires Laurent Wauquiez (normalien, agrégé d'histoire et député UMP de la Haute-Loire) ou Bruno Le Maire (normalien, agrégé de lettres modernes, député UMP de l'Eure et auteur d'un Jours de Pouvoirs qui s'arrache en librairie). Tous deux ont pourtant été parmi les plus prompts à rendre public leur patrimoine (ici et là).

Non, l'idée ne les a pas effleurés et ils ont probablement raison. Des livres, ça vaut quoi et ça intéresse qui ? Ca ne vaut rien ou presque (sauf livres rares): la plupart des bibliothèques familiales partent en dons ou au pilon. Ca intéresse qui ? Quelques profs qui ont, comme l'ex-candidat du Front de gauche à la présidentielle , dépassé la soixantaine ? Osons la vraie question : une vaste bibliothèque est-elle électoralement payante ? Pour un grand lecteur, combien d'électeurs ?

Bonus :

Débat le 2 octobre 2011 entre Jean d'Ormesson et Jean-Luc Mélenchon sur France 2. Il y est notamment question du dernier livre de l'écrivain, La conversation (sur Napoléon).

Publié par Anne Brigaudeau / Catégories : Actu / Étiquettes : Mélenchon

A lire aussi

  • Frédéric Dumont

    J'ai prêté "Devenez un grand trader en douze leçons" à monsieur Mélenchon ; il ne me l'a jamais rendu !  😉
     

    • Lionel de France

      il ne faut jamais prêter : un livre, un stylo et une ... femme.

  • lyseam

    Non l'idée ne les a pas effleurés et ils ont sûrement tort,
    parce que cette boutade de Mélenchon elle a une valeur : celle de rappeler que l'on peut être riche d'autre chose que d'argent ou de pouvoir, riche de lecture, riche de culture, riche de l'intérieur (et que la richesse d'un livre n'est pas sa valeur pécuniaire).
    Je ne connais pas Mr Mélenchon comme personne bien entendu ni ne puis de ce fait certifier le compte de ses livres ni leur contenu

    mais j'apprécie à sa juste valeur non monétaire le fait de citer une bibliothèque comme une richesse, (alors que justement ce n'est pas à la mode et donc pas électoraliste),
    je le suppose comme vous (au su de votre blog) mais au contraire de ce que laisse filtrer votre article (disons que vos regrets ne sont pas très nets)

    Et je suis triste que justement cela n'ait aucune valeur dans notre société, contrairement à une page Facebook ouverte à tout venant, véritable publicité ou déballage autocentré(s) ou autre aberration de nos jours.

  • $19177952

    12000 livres ! sterling par mois pour beaucoup d'incompétence ça fait cher payé !

    risible le Mélenchon, risible... il les range où ? dans son 72m² à Paris ? dans sa petite masure du Loiret de 92000 euro (valeur 1996) ?

    quel érudit, il ferait bien d'être moins dru, moins cru, de mieux parler, d'être courtois et poli ça irait mieux...

  • gwennkabell

    Alors à l'image de Monsieur Mélanchon (dont je suis loin d'être un fan) je suis riche car ma bibliothèque est aussi conséquente que la sienne  j'ai environs 12000 volumes. je précise que je n'ai pas d’incunable mais pas non plus de comics de Marvel.  J'ai des livres anciens pas forcements chers chinés chez les bouquinistes au cours d'une existence déjà longue ou qui me viennent de mon grand père "petit épicier" et grand amateur de victor Hugo j'ai les œuvres complète de Hugo, celle de Shakespeare et d'autres, j'aime Chateaubriand et Lamartine,  des livres de science et même des livre politiques pour la petite histoire beaucoup de mes livres "socialistes" viennent de la bibliothèque du père de Mme Huguette Bouchardeau. Et je suis d'accord avec lyseam pour considérer cela comme une richesse.  Richesse de l'esprit plutôt que du porte monnaie à une époque ou les gens ne lise plus et ou les enfants savent a peine lire Je n'aime pas les idées de Monsieur Mélanchon, mais voila un trait qui me le rend plus sympathique.