"Tourisme social", l'expression décomplexée d'un racisme light

C'est l'expression de la semaine, celle qui résume un phénomène : les migrations de personnes qui cherchent à bénéficier de prestations sociales plus généreuses que dans leur pays. Mardi dernier, un arrêt de la Cour de Justice de l'Union Européenne a rappelé qu'on ne peut circuler dans un autre pays de l'UE juste pour bénéficier de l'aide sociale. Ca a été largement commenté. Pour évoquer le sujet en France et en Grande-Bretagne (Welfare ou benefits tourism), les hommes politiques et les médias ont recours massivement à l'expression "tourisme social". Concise, percutante, elle est idéale pour faire le buzz,

Four_children_help_load_tins_of_Meredith_and_Drew_Ltd._'Welfare_Biscuits'_onto_a_lorry_for_dispatch_to_civilians_in_liberated_Europe,_1945._V167

Migrer pour bénéficier des prestations sociales d'n pays plus généreux que le sien, c'est un vrai problème disent les uns. C'est un phénomène marginal disent les autres.... On peut débattre sur ce sujet… ce n'est pas mon sujet. Si vous voulez approfondir, les articles des Décodeurs du Monde et de l'Expansion  sont excellents. Moi, je n'ai pas à prendre partie. Mais, l'expression "tourisme social" prend déjà partie. Et là-dessus, j'ai mon mot à dire.

La formule provoque un malaise. Assimiler des personnes en difficulté à des touristes en villégiature, c'est cynique. Ça nie la souffrance à l'origine de ses migrations. Prenons un exemple de "touristes sociaux". En juin dernier, un article du Parisien  a révélé un trafic de prestations sociales : des Georgiens atteints de tuberculose ultra-résistante ne déclaraient leur maladie qu'au moment de l'expiration de leur permis de séjour afin de bénéficier de l'Aide médicale d'Etat (AME). Ca a pesé sur la sécurité sociale de la France. Mais, ces Georgiens ne étaient-ils pas eux-mêmes victimes d'un trafic d'une filière mafieuse qui exploite leur désespoir ?

Un touriste vient flâner et se dépayser. Mot dérivé du mot "tour" au sens de voyage, le tourisme  est une activité de plaisir. On vient visiter différents lieux intéressant pour satisfaire sa curiosité. Ici, les Georgiens viennent visiter des hôpitaux pendant six mois pour survivre l Leur maladie est lourde, longue à traiter. Une vraie partie de plaisir !.

L'expression "tourisme social" est d'autant plus néfaste qu'elle a une façade respectable. Elle fait penser à ces formules administrative neutres telles "en situation de précarité" pour parler des pauvres, ou "atteints de maladie grave" pour parler des malades. Ces expressions "politically correctes" ont au moins le mérite de ne pas vouloir heurter. L'expression "tourisme sociale", au contraire, cache son intention de vouloir heurter. Ce n'est pas pareil. Au moins, quand on entendait les mots "profiteurs", "voleurs de poule, "va-nu-pieds", "gueux", au moins, on savait à qui on avait affaire.

D'ailleurs à l'origine, "tourisme social" était une expression respectable. Elle désignait les formes de tourisme solidaire. Des vacances pour tous. C'est le sens que lui donnait le gouvernement français. Du tourisme durable. Elle a été détournée. Pour mieux comprendre, prenons une autre expression à qui Il est arrivé exactement le même sort : cas social. A l'origine, les cas sociaux désignaient les personnes se trouvant dans des situations si précaires qu'ils avaient besoin d'une prise en charge médicale ou sociale adaptées de la part de l'Etat Providence. Par discrimination, c'est devenu un terme méprisant. On traite aujourd’hui de "cas social" tous  les paumés, les marginaux qu’on soupçonne de ne pas se vouloir s’adapter pour  "profiter du système".

Enfin, l'expression est douteuse parce qu'elle donne l'impression, avant même de l'avoir objectivement évalué, que c'est un phénomène de masse. Au secours ! Des hordes de voyageurs envahissent nos hôpitaux, profitent du RSA, détournent nos allocs. Ca participe à un fantasme. Ca suscite la rage décomplexée des Europhobes qui estiment que la France et l'Union européenne accueillent toute la misère du monde aux frais du contribuable. "Elle est pas belle la vie. Merci la France." "Tous ces Roumains qui viennent profiter du système". On lit ça dans les commentaires anonymes des articles, sur Tweeter ou sur les forums. On entend ça dans la bouche des hommes politiques décomplexés, qui ont déjà tranché avant même d'avoir examiné le problème. Tout ça ne contribue pas à l'union des Européens.

Bref, une expression douteuse à bannir. Et, comme le dit un twittos : "soit ses créateurs n'ont jamais fait de tourisme, soit ils n'ont jamais fait de social." Norden Gail (@nordengail)

 

 

 

 

 

 

 

Related Posts:

  • No Related Posts
  • simonet

    J'ignore l'auteur de cette contribution et je tiens à lui signaler que je ne suis nullement en accord avec ses propos.
    Je renvoie simplement cette personne aux divers comptes des débours que la France effectue dans le cadre de l'aide aux personnes étrangères en détresse.
    Oui, il est vrai de dire que la France paie beaucoup trop pour certains étrangers alors qu'elle laisse dans leur misère plusieurs milliers voire millions de français en désespérance.

    • Andre Azop

      Les handicapés mentaux français sont une catégorie
      cruellement désavantagée par manque d’établissements spécialisés.
      Ils sont des milliers a souffrir de situations inadaptées dans les familles ou à aller en Belgique (Cf. le reportage télévisé), ceci, malgré que leurs familles paient des cotisations sociales depuis des générations.
      C’est une honte pour ce pays qui ferait mieux de soigner la misère chez
      lui avant de se pavaner à l’international.

      • simonet

        Donc vous abondez dans mon sens !!!

        • Andre Azop

          Bien sur

    • des Isnards Alex

      Vous ne me lisez pas. Je n'ignore pas le problème, mais contrairement à vous, je ne dois pas prendre position. Je prends position sur l'expression même de "tourisme social" car c'est mon rôle. Vous avez certainement raison sur le fond. Des migrations intracommunautaires ou extra-communautaires pèsent sur notre sécurité sociale etc.., mais ce n'est pas moi qui pourrais vous dire dans quelle proportion, ni comment gérer la situation, ce que cela représente, ce qu'il faut faire, les priorités.... Mais, il n'en demeure pas moins que l'expression "tourisme social" me parait plus que douteuse.

  • Pingback: "Tourisme social", l'expression d&eac...()

  • Frederic Buono

    Des personnes qui entrent en France, en se déclarant "touristes", pour ensuite se déclarer malades ou nécessiteuses et profiter des prestations sociales, sont des "touristes sociaux". Leur détresse, réelle ou supposée, ne fait rien à l'affaire. Les politiques gauchisants du "vivrensemble" ont une main sur le coeur et l'autre dans notre poche. Ils n'ont pas été élus pour ça! Faisons donc un référendum sur l'AME, nous verrons bien combien de "racistes light" voteront contre de façon... "Décomplexée"!

    • Andre Azop

      En fait, ils ont une main sur le coeur et l'autre dans la poche des autres.
      Faire preuve de générosité, c'est donner son argent. Donner l'argent des autres, c'est voler!!!!!

    • SavoirPouvoir

      Votre Marie a parler de l'AME, donc tu la ressort à toute les sauce maintenant.
      Alors que cela existe depuis assez longtemps que tu ne disais mot.
      Et qui t'as permis de vivre plutôt correcttement sans problème sanitaire et pire encore.

      Si on demander un référendum de qui voudrais voir son salaire doublé, ca aussi il y a pas photos.
      Mais la vie c'est las ca.
      Et la référendum non plus, faut il encore avoir de vrai citoyens dans ce pays, et toi tu n'en es pas un.

    • simonet

      je suis en entier accord avec vous

    • des Isnards Alex

      De ce point de vue, oui sur le visa, vous avez raison. De la même manière , on parle de "tourisme médical" pour bénéficier de prestations médicales moins chères ailleurs que dans son pays. "Tourisme médical ou "tourisme social", ces expressions servent à synthétiser un débat. Mais je les trouve inadéquates. Quant au registre de termes sociaux comme le "vivre-ensemble" ou "créer du lien social", "agent de proximité" je suis d'accord ces termes sont administratifs et froids, Il y aurait toute une analyse critique à faire sur ces termes. Mais c'est un autre sujet. Comme je vous dis, je ne prends pas partie sur le débat des migrations en vue de bénéficier des prestations sociales, mais sur le terme "tourisme social".

  • Condor

    C'est quoi cette expression "racisme light" ? Le racisme n'est jamais light.!

    • SavoirPouvoir

      Par contre les sanctions contre cette pratique, elles sont light.

    • des Isnards Alex

      Pour accrocher l'oeil ! Désolé de cette légèreté. Les Guignols parlaient de P. de Villers à une époque comme un "Le Pen Light" à l'époque de Jean-Marie. J'ai repris le terme. C'est un manque de rigueur un brin provocateur.

  • Xdreamy

    Ben dis donc, la France est vraiment très touristique.....!

  • AC2N

    Mrs les journalistes, pouvez-vous nous en dire plus sur le (tourisme social) a la Réunion, qui jusqu'à preuve du contraire est français et d'où elle vient d'accueillir 75 000 musulmans a qui on donne la nationalité, qui ont le droit a toutes les prestations et le bouquet final une villa a chacun toute neuve offerte par la France.....A bon entendeur

  • citron vert

    tout les jours a la poste on fait la queue pour expédier une partie des prestations par western-union si c'est pas de la fuite de devises propos de mrs Bruno Lemaire!!

  • AC2N

    La vérité dérange? ce message est pour la censure..........

  • AC2N

    Mrs les journalistes, pouvez-vous nous en dire plus sur le (tourisme social) a la Réunion, qui jusqu'à preuve du contraire est français et d'où elle vient d'accueillir 75 000 musulmans a qui on donne la nationalité, qui ont le droit a toutes les prestations et le bouquet final une villa a chacun toute neuve offerte par la France.....A bon entendeur

    • phil1975

      La France est un pays laïque où chacun à le droit de pratiquer (ou de ne pas pratiquer la religion de son choix. Je ne vois donc pas ce que vient faire ici votre commentaire sauf être un propos xénophobe.

  • SavoirPouvoir

    Cela me fait bien rire, parce que ce mot est sorti par l'extrême droite suite à un jugement dans un que pays contre la perception de cotisation social pour une immigré.
    Acte tout à fait normal, puis que la loi est clair il faut être actif pour les percevoir.
    Donc pourquoi parler d'un truc comme un phénomène nouveau alors que toutes les mesures sont là depuis bien longtemps et qu'il y a pas ce tourisme sociale de terreur que veux mettre en place l'extrême droite par un truc qu'il ne maîtrise pas du tout, comme beaucoup de chose en économie mondiale.

    Comme d'hab, ca met la peur chez les gens, pour les faire venir vers les extrêmes.

    La peur est vendeur !
    Et il y a des moutons pour se faire encore avoir.
    1930 ne leur a pas suffit.

    • clement44

      Et comme d'hab...commentaire pratiquement illisible en Français !!!
      Faites "d'exprès"... ou quoi ? l.o.l.

    • PAO

      "un arrêt de la Cour de Justice de l'Union Européenne"

      C'est clairement l'extreme droite... (bruit de coussin peteur).

      • SavoirPouvoir

        Non, la cour elle a juste parler d'interdiction de versement de cotisation à une personne nouvellement arrivé et sans emploi.

        C'est bien l'extrême droitre, qui au rendu de ce compte rendu à parler de "tourrisme sociale"

        Surtout que je ne vois pas pourquoi ils en parlent comme une victoire. Puisque la droite n'y est pour rien, et que ce principe existant depuis les debut du sociale.
        Il faut travailler pour cotiser pour percevoir.

        Donc très loin de la volonté de l'extrême droite et droite.

        • clement44

          En Français ? Humour...

  • omiagut

    Ce qui est absurde, c'est de rendre ces quelques pauvres hères responsables de nos malheurs. C'est vrai : ce qu'ils nous coutent ce compte en millions, çà impressionne. Mais pendant ce temps, 340 multinationales trouvent refuge au Luxembourg, et profitent gratuitement de nos infrastructures, ce qui nous coute des dizaines de milliards. Des centaines de milliers d'européens viennent travailler en France, mais paient leurs charges sociales dans leur pays d'origine. Les entreprises qui travaillent en France doivent 20 milliards d'euros à la sécu, ce qui la plonge dans un déficit permanent. Les entreprises françaises oublient aussi de payer environ 1 milliard d'heures supplémentaires à leurs salariés, estimation de TF1, chaîne gauchiste bien connue.
    Par pitié, essayez au moins de savoir qui sont vos ennemis.

    • PAO

      Je pense qu'il faut exiger de chacun ce qui est dû : des entreprises comme des touristes sociaux.

  • pirette

    arrêtez avec le "racisme" beaucoup de gens comme moi ne sont pas racistes mais obligés de constater, hélas, que la France ne peux plus accueillir toute la misère du Monde,de plus il suffit de travailler dans des services sociaux pour voir que beaucoup de concitoyens auraient besoin d'aide, malgré qu'ils travaillent, sont en retraite sont nés ici ou sont là depuis des années mais n'y arrivent plus comparativement à d'autres qui viennent, désolée de le dire, en connaissant bien leurs droits et les aides auxqu'elles ils peuvent prétendre et profiter. Pour moi continuer à leur verser des sommes pour les aider n'est plus possible et surtout les encourage à un assistanat

    • Un passant

      Eh bien après tous ces commentaires à la limite racistes, je préconise que chacun reste chez soi. bandes d'ignares vous pensez que la France est rentré sans avantage à l'UE, vous pensez que votre fameux Cac 40 fait des bénéfices en France ? En plus relisez- vous bandes de nullards même les "colonisés" sont plus instruits que vous.

    • Alexandre des Isnards

      Sur le problème des migrations pour bénéficier des prestations sociales, je ne me prononcerai pas. Je ne suis pas compétent pour ça et ce n'est pas ce qu'on attends de moi. Vous avez le droit d'exprimer votre point de vue sur le sujet, mais moi je dis juste que dans ce débat, utiliser l'expression "tourisme social" est déjà une prise de position avant même de le lancer. Je ne nie pas le problème, vous avez probablement raison, il faut s'en occuper. Je critique la façon d'énoncer ce problème. LA Cour de Justice Européenne se positionne sur le problème et ce, sans faire de bien-pensance (comme on entend souvent) mais elle n'utilise pas l'expression "tourisme social" pour évoquer le sujet.

    • des Isnards Alex

      Je ne prétends pas que vous êtes raciste en exprimant une telle position sur le sujet. .Ce n'est pas ce que je dis. Le sujet est sûrement préoccupant. C'est l'emploi de l'expression "tourisme social" pour lancer le sujet que je dénonce. La CJE s'est prononcée, mais sans utiliser cette expression, (comme le remarque justement plus haut le commentateur "Savoirpouvoir).

  • Sylphis Farheit

    Les phénomènes de migration sont rarement acceptés - dans tous les pays.
    Mais le problème n'est pas que les français - entre autres - deviennent racistes, et pointent du doigt les étrangers venant en France pour nombre de problèmes; c'est surtout le fait qu'il y ait des "nécessiteux" - en nombre - dont une partie non négligeable vient de pays membres de l'UE, et d'autres de pays où la politique extérieure devrait avoir une influence forte - en Afrique.