Quel est le logiciel de François Hollande ?

Ce matin sur France inter, 8h50, Serge Raffy, rédacteur en chef du Nouvel Obs, vient parler du livre sur François Hollande à Léa Salamé. Malgré tout le travail qu'il a accompli pour ce livre, il confesse à la jeune journaliste  qu'il est comme les autres. Il n'est pas  dans les secrets de François Hollande.

Pour que tout le monde comprenne bien ce qu'il a voulu dire, Léa Salamé reformule le propos de Serge ainsi  : « Vous n’avez toujours pas trouvé le logiciel..."   Percutant, pro, parlant. Pourquoi est-ce la bonne expression ?

Femme-ordinateur

De prime abord, cela peut paraître dérangeant de dire "logiciel". Même s'il a un programme, François Holande n'est pas un robot.  En réalité, le "logiciel"  désigne le mode de fonctionnanement, la manière de penser et d’agir du Président. Lorsqu'on en a la clé, on peut décrypter l'attitude. Sans le logiciel, on ne peut qu'interprêter. L’opinion publique pense que son silence est de l’indifférence. Pour Serge Raffy, c’est de la pudeur. Chacun tente d'analyser, mais personne n'a "trouvé le logiciel" de François Hollande, sa boîte noire, sa matrice.

Au sens propre, un logiciel est un programme informatique. Au sens figuré c’est un schéma directeur politique ou économique Aujourd’hui, quand un homme politique réclame un changement radical,  il prône un "changement de logiciel". C'est percutant. Tout le monde saisit. Récemment Michel Chassang, président de l'Union nationale des professions libérales résuma sa position sur la libéralisation de ces professions ainsi : "Le gouvernement doit changer de logiciel." C'est porteur, c'est dans l'air du temps.

On pourrait filer la métaphore des termes informatique et l'appliquer au président. François Hollande a "buggué". Il faut qu’il "reboote". Il est "en mode" autiste pour les uns, "en mode" réservé pour les autres. Il switche de l'un à l'autre comme un commutateur.

Chaque époque est influencée par une industrie.  Au XIXème, apogée du textile en Europe, on disait : "C’est cousu de fil blanc", "broder", "dérouler la pelote de l’intrigue".... On le dit encore. Aujourd’hui, nous sommes à l’ère de l’informatique. On bugge, on est "en mode" déconnexion, comme Firefox. On critique Patrick pour sa lenteur en disant qu'il "n'est pas un pentium". On a la "mémoire vive" affectée par le manque de café...

Qu'on les aime ou non, ces expressions demeureront, elles font partie du nouveau français, en tout cas je les ai consignées dans le Dictionnaire du nouveau français.  Qu'on le veuille ou non, c'est l'industrie dominante. Elle est à la source de nos activité sociales, politiques et économiques. Plein de mots viennent et viendront de l'informatique.  Le fait qu'on les applique à l'individu, signifie--t-il que l'on devient machinal ? Et surtout, question cruciale, quelle est la version du logiciel de François Hollande ?

Related Posts:

  • dynosaure

    logiciel du lapin crétin...

    • SavoirPouvoir

      destiné pour toi et tes copains, spécialement

  • Pierre Gradit

    J'ai clairement le sentiment d'être ultra-minoritaire, voire parfois carrément seul, mais je comprends et je parle le Hollande sans difficulté. C'est pas sorcier, pour l'hémisphère droit (ethos), il faut lire ses premiers écrits, ceux de 1983 sous pseudonyme, puis ceux du mouvement des "trans-courants". La phase premier secrétaire permet de comprendre l'hémisphère gauche (logos). Ensuite, une fois que vous savez faire vos gammes éthologiques sommaires à la guitare à quatre cordes, reprendre la pointe aux premiers discours du printemps 2011, sans oublier le discours du Bourget. La référence du hollandisme, que personne n'a lu, personne se satisfaisant apparemment de le ramener à une phrase qui n'est pas dedans... Une fois parvenu au terme de cette odyssée intellectuelle assez palpitante, il faut le dire, vous parlerez le Hollande sans peine, et vous comprenez que le drame de Hollande c'est qu'il dit tout ce qu'il y a savoir, mais une seule fois. Il ne se répète jamais. Le Hollande aime le verbe comme le jazzman aime la musique, pour tutoyer la substance changeante du monde. Evidemment, pour ses collaborateurs, ce manque cruel de classicisme doit peser.

    • rienkimail

      eh oui ... c'est le jeu " des perles de verres " ...

      • SavoirPouvoir

        c'est comme le jeu du foulard, de la tomate, pareil.

  • SavoirPouvoir

    les articles de m.....
    y a pas a dire

    ils ont tellement rien a mettre sous la dents, que c'est partie dans des farandoles de délire.

  • SavoirPouvoir

    censure et toujours censure

  • SavoirPouvoir

    Franchement, les journalistes ont tellement rien à dire qu'ils préfèrent créer des farandoles de m... plutôt que de faire passer correctement l'information et le renseignement.

  • FIERZA

    Windows 98 ou Vista ;-)))