"Duel de femmes" et "bal des débutantes", quand la presse ne s'en remet toujours pas de la parité

Ca fait déjà quelques semaines que ça m'énerve sérieusement, d'entendre parler des Municipales à Paris comme d'un "combat de femmes" (pourquoi pas un combat de boue, tant qu'on est dans les fantasmes?).

D'abord, parce qu'étrangement, dans les Municipalités où il n'y a que des hommes qui se présentent (ce qui n'est d'ailleurs pas le cas à Paris), on n'entend jamais parler de "combats d'hommes", comme si c'était une évidence et que le vrai sujet état ailleurs. Ensuite, parce que précisément, tout le temps passé à se préoccuper de savoir si ça fait ou pas une différence que des femmes fassent campagne (vous espérez quoi? Que la course au pouvoir sera plus "propre", plus "polie", plus "feutrée"?) et à imaginer que ça en fera forcément une, de différence, en termes de gouvernance quand l'une d'elles sera élue (Là encore, qu'imagine-t-on? Qu'elles seront plus "conciliantes", plus "attentives" ou au contraire sujettes à des crises "d'hystérie" leurs jours de ragnagnas?), tout ce temps et toute cette énergie perdus à bavasser sur le genre des candidates ne sont pas occupés à parler des vrais sujets qui intéressent les électrices et électeurs et des projets que ces candidates comme les autres portent. Cette façon de traiter des femmes politiques comme d'une fantaisie exotisante, ça commence un peu à fatiguer. Pour rappel, la loi française sur la parité a quand même quatorze ans!

télégrammeCe matin, dans la série "la femme candidate, cette curieuse espèce à part", je crois que le Télégramme a cependant décroché la palme du titre condescendant à l'égard des femmes qui briguent un mandat de maire : "Nantes. Le bal des débutantes".

C'est supposé valorisant pour les trois têtes de listes "jeunes et féminisées" qui sont présentées dans le papier. C'est oublier que les "débutantes" en question ont entre 35 et 39 ans, tout de même. En tant que femme dans cette tranche d'âge, qui a déjà, mine de rien et sans vouloir la ramener, un petit brin d'expérience de la vie et des responsabilités qu'elle m'a vue prendre en divers domaines, j'avoue que je n'apprécierais guère de me faire nommer ainsi, façon courge poussée après la dernière pluie, si je devais m'engager en politique.

C'est aussi oublier que ces femmes dont on parle ne vont pas vraiment au "bal" dimanche prochain, elles n'ont pas prévu d'enfiler leur plus jolie robe et leurs petits escarpins pointus pour aller danser la valse avec le Prince charmant. Ben non, elles ont réuni leurs forces, leurs idées, leur énergie, leur talent et aussi une équipe dans l'intention de se faire élire démocratiquement au poste de premier-e magistrat-e d'une ville de 288 000 habitant-es.

Quant à l'expression "le bal des débutantes", pour la culture générale de qui se sera flatté-e de son brillant esprit en pondant un jeu de mot aussi peu élaboré pour titrer son papier, elle désigne un événement d'une désuétude accomplie qui de présentation de la fraîche chair féminine aristocratique juste sortie du couvent aux monarques en vue de préparer les mariages arrangés s'est mué en défilé de haute couture qui pomponne et enrubanne les "filles de" (bonne famille, dirigeants...) du monde entier dans le but de récolter des fonds pour des oeuvres caritatives. En d'autres termes, "le bal des débutantes", ça n'a strictement rien à voir avec la démocratie et moins encore avec la parité... Merci aux électrices et électeurs de Nantes de se montrer un peu plus fin-es que les journalistes de leur quotidien régional, quand dimanche prochain, ils iront choisir l'une de celles qui les représentera dignement et les gouvernera avec sens des responsabilités pendant les six prochaines années.

A lire aussi

  • Aucun article
  • LEVADOUX

    Merci, ma chère Marie, de remettre quelques idées en place !

  • gloubiboulga

    >>>>
    elle désigne un événement d'une désuétude accomplie qui de présentation
    de la fraîche chair féminine aristocratique juste sortie du couvent aux
    monarques en vue de préparer les mariages arrangés s'est mué en défilé
    de haute couture qui pomponne et enrubanne les "filles de" (bonne
    famille, dirigeants...) du monde entier dans le but de récolter des
    fonds pour des oeuvres caritatives. En d'autres termes, "le bal des
    débutantes", ça n'a strictement rien à voir avec la démocratie et moins
    encore avec la parité
    >>>>

    très marrant, et après ce déversement de haine et de stéréotypes, vous voulez nous apprendre la tolérance et l'acceptation des différences..... pour ça , vous repasserez (je parle bien sur d'un fer à repasser vapeur dernier cri pour vous Madâme)

    • Marie Donzel

      Que ce renvoi à mes casseroles (pardon, à mon fer à repasser) est drôle! Et tellement original dans la rhétorique anti-féministe.

    • ouverture38

      Où est la haine? Où sont les stéréotypes dans ce texte? Je ne les vois pas. J'aimerai bien savoir où ils sont? Ce sont des questions sérieuses pour comprendre. Je te précise que je suis un homme.
      Sur ce texte perso, je n'ai rien à redire. Je suis en accord. Alors, explique moi en quoi il y a un déversement de haine et de stéréotypes.

      • Hugo Cohen

        de toute facon quand on prend la peine de tout conjuguer au féminin c'est qu'on est débile.
        Le féminisme est tellement faux cul. Quand votre mec vous prend en levrette et vous met des fessées vous vous plaignez pas que je sache.

        • ouverture38

          Je ne suis pas une femme ni un intello donc si une féministe passe par là elle me corrigera mais il me semble que la domination masculine est ancrée de partout souvent de manière très inconsciente. De nombreuses personnes ne le voient pas. Pourtant, c'est bien réel et moi je comprend que des femmes ne veulent plus subir cette domination. Mettre plus de féminin dans la langue ne me semble ainsi pas illogique.

          Par contre, il a aussi la domination consciente, ordurière, outrageante, dégueulasse quoi... comme tu le fais! Autant parfois, certains positionnements féministes m'interrogent, me heurtent.... j'ai du mal tout simplement. Mais autant là, quand je te lis cela me donne sacrément envie d'être pro-féministe.

        • Elena Blum

          Ce dont vous parlez concerne des pratiques sexuelles propres à l'intimité d'un couple. Ce que le féminisme -intelligent- dénonce, c'est le patriarcat ambiant, le fait qu'une femme exerçant la même profession qu'un homme ne sera pas perçue de la même manière.

          Ce qui se passe dans la chambre à coucher n'a rien à voir avec ce qui se passe sur le devant de la scène politique. D'autant qu'un partenaire sexuel peut jouer un "rôle" lors d'un rapport. Si, comme vous dites, il mettra des fessées, pour faire plaisir à Madame, ça ne veut pas dire qu'il lui foutra des claques après. Ca ne signifie en rien qu'elle n'a pas le droit de se battre pour ses droits en tant qu'individu. Et n'oublions pas que les hommes sont également très nombreux à aimer subir des violences durant l'acte ;)

          • Hugo Cohen

            le probleme avec notre société c'est 1) qu'on veut tout déconstruire 2) qu'on croit qu'on peut séparer les parties d'un tout. La philosophie extreme orientale a compris depuis des millenaires qu'on ne pouvait diviser un tout comme nous les faisons par exemple avec la science, car le tout vaut plus que ses parties. Concernant l'homme et la femme ils ont les principes du yin et du yang, féminin et masculin qui s'harmonisent. Au lieu de rejeter betement les differences du feminin et du masculin par deconstruction. Donc si il y a un certain rapport au lit je ne vois pas pourquoi il changerait ailleurs sauf si des gens ne s'assument pas. C'est pour ca que je parle de faux cul. Je dis pas bien sur que les fessées doivent se faire partout, j'ai parlé d'harmonie. Notre societe s'est formée sur la deconstruction et la science occidentale (entre autres) et a donné quelque chose qui selon moi ne correspond pas à l'humain c'est pour ca que les femmes se lancent dans de mauvais combats (et les hommes dans d'autres). Il n'y a qu'à regarder l'état des gens dans notre société.

        • florence larroque

          Savez-vous comment je m'y prends pour expliquer la bêtise à mes enfants ? je commence par repérer les commentaires des "hugo Cohen" sur internet... je vous assure qu'ils font une excellente base de réflexion

          • Hugo Cohen

            merci flo mets une photo de tes enfants aussi c'est tres interessant

    • Luug

      Pareil qu'Ouverture : je ne vois pas grand chose à redire à cet article. "Bal des débutantes", c'est franchement méprisant, on parle quand même d'élections dans une grande ville. Je comprends que M Donzel soit énervée. Par contre l'argument de l'âge n'est pas très pertinent : on peut avoir 65 ans et être débutant en ski ou en politique. Ce qu'il faudrait plutôt relever, c'est leur expérience et les responsabilités publiques qu'elles ont eu à exercer, ce qu'elles ont fait.
      Je ne vois pas de haine dans cet article.