Aujourd'hui, 8 mars, ce n'est pas ma fête

626533-tumblr_n22dq6jgsk1tv6qfbo1_500Vous voulez m'offrir des fleurs, c'est gentil. 10% ou 30% de remise sur mes achats de parfum, cosmétique, lingerie, chaussures, c'est incitatif. Un relooking, je ne sais pas comment je dois le prendre. Une place gratuite pour le concert de Frédéric François, c'est peut-être un poil poussif*.

Aujourd'hui, nous sommes le 8 mars. Et ce n'est pas ma fête. Pas mon anniversaire. Pas mon Noël. Pas carnaval non plus (même si la reconduction de l'opération "mettez du rouge" qui n'engage à rien quelques célébrités masculines quand elles se fardent les lèvres pourrait le laisser croire). Pas ma kermesse.

Je n'ai pas besoin de cadeaux, d'animations, de bons de réduction ni de Frédéric François qui me chante "Petite Femme" (au hasard).

international-womens-day-logoJe suis une femme et j'ai des droits. Des droits en tant qu'humain-e, garantis par les grands textes fondateurs de la République française et des Nations Unies. Des droits qui peuvent tous se regrouper sous une seule et même idée, celle de l'égalité. Des droits reprécisés par un corpus de lois parfois très abouti dans des pays qu'on dit "politiquement matures".

Pourtant, ces droits ne sont pas effectifs, ni ici, dans mon pays qui se targue d'être le "berceau des droits de l'homme (!)" et où l'on me répète pourtant à l'envi combien j'ai de la chance de vivre (quand il est rappelé que je si me compare à mes soeurs afghanes, saoudiennes ou pakistanaise, force est de constater que je suis gâtée et qu'à ce titre, il serait de bon goût que je cesse de "réclamer" toujours plus, cesse de me "plaindre" de ces 27% d'écart moyen de rémunération, de cette sous-représentation de mon genre dans les instances de décision des entreprises comme en politique, du sexisme ambiant qui veut éternellement m'enjoindre de me comporter comme mon appartenance au féminin l'exigerait), ni ailleurs (où effectivement, des filles "manquent" dans le décompte des vivant-es parce qu'on ne les a pas fait naître, où celles qui sont là ne sont pas autorisées à étudier ni même à sortir de chez elles, où des femmes sont massacrées dans leur intimité par des coutumes barbares, d'autres défigurées et aveuglées au nom de l'honneur des hommes dont elles sont considérées comme la propriété, violées de façon systématique quand il faut envahir à travers elles les peuples ennemis...).

Oui, je sais, c'est pas rigolo. C'est pas très divertissant. C'est pourtant la réalité, qui ne s'embarrasse pas toujours de flatter nos yeux. Mais c'est cette réalité que la Journée DES droits DES femmes (que par pitié, n'appelez plus Journée d'la fâââââmme) porte sur le devant de la scène, au risque peut-être de gâcher un peu la fête.

anabellaestevez

Ana Bella Estevez

Pas d'intention victimaire, pour autant, car ici et comme ailleurs, les femmes ne sont pas les pleureuses que l'on dit (en se vautrant dans un des clichés sexistes les plus communs) : ici, comme ailleurs, les femmes sont des battantes. Ce sont des Malala qui vont à l'école coûte que coûte, ce sont des Ana Bella Estevez qui refusent de se concevoir en victimes de la violence conjugale mais s'affirment en survivantes capables de reconstruire leur vie et qui accompagnent les autres sur cette route de la résilience, ce sont des Bayan Mahmoud Al-Zahran qui vient d'ouvrir le premier cabinet d'avocate en Arabie saoudite. Ce sont aussi toutes celles qui, partout dans le monde, refusent de s'interdire d'être qui elles sont, de vivre leur vie comme elles l'entendent, de laisser quelqu'un d'autre ou bien les mentalités décider pour elles de ce qu'elles veulent être ou du moment auquel il sera opportun qu'elles réalisent cette humaine ambition.

Les femmes, voyez-vous n'ont pas plus besoin d'être plaintes que de recevoir des roses, des ritournelles mielleuses ou des manucures à prix sacrifié en cette 37è Journée Internationale des droits des femmes. Elles ont seulement droit, plein et entier, à être partout traitées à l'égal des hommes. Cela commence par le fait de supporter et d'estimer le fait qu'elles le rappellent en cette journée. Ca vaut pour aujourd'hui, ça vaut pour demain, ça vaut pour tous les jours de l'année.

 

 

 

* Pour une liste longue (mais hélas pas exhaustive, tant il y en a) des initiatives navrantes de contre-sens lancées pour la Journée Internationale des droits des femmes, voir le tumblr WTFJournéedelafemme.

A lire aussi

  • Aucun article
  • Perrine Benoit

    merci...

  • lyseam

    oui oui oui

    le mot victime a mauvaise presse ici comme ailleurs.
    Peut-être faudrait-il passer par une périphrase en prenant soin de nommer un chat un chat ?
    parce que quand il y a violence : il y a agresseur et agressé autrement dit victime.

    Il ne faut pas tomber dans le piège du féministement correct (selon qui ?) non plus. Je comprends bien que dans la bouche d'un sexiste lambda la phrase "les femmes se font passer pour des victimes" vous hérisse le poil (le mien aussi)

    Mais pour que toutes les victimes d'une violence (H ou F, violences conjugales ou sexuelles ou pas) puissent dépasser le stade de victimes, il faudrait peut-être :

    ne pas commencer par les culpabiliser de se présenter telles qu'elles sont (victimes),

    ensuite se battre ou les aider à se battre pour que ce qui s'est passé soit reconnu -si ce n'est puni - devant la loi et devant la société éduquée alors à pointer du doigt l'agresseur et non l'agressé qui ose parler.. en tant que victime

    peut-être faudrait -il alors aussi donner vraiment les moyens à la victime de devenir une EX-victime et non la laisser à la merci de l'autre*. peut-être que toutes n'en ont pas les moyens sociétaux ou même psychiques.

    Parce qu'en ce dernier cas*, qu'elle réagisse de façon adaptée (ou pas) , se défende (ou pas) se mette en colère même à ce sujet dans son entourage privé (ou pas, d'autant que c'est très mal vu chez une femme), il n'empêche qu'elle se retrouve encore victime et qu'au delà de ses réactions, elle subit de nouveau tout pareillement ou différemment la violence de l'impuni.....dans l'omerta protectrice pour l'autre.(non :, le conseil "faites comme si de rien n'était" quand "de rien" n'est pas n'est pas un bon conseil)

  • CharenCharenCharentais

    Les images collectées sur le Tumblr dont vous nous donnez le lien montrent bien l'incompréhension autour de cette journée que l'on prend pour une fête plutôt que pour ce qu'elle est censée être : une invitation à réfléchir sur l'état des lieux des droits des femmes dans notre pays et dans le monde entier. Plus navrant, certaines affiches de ce Tumblr me pousseraient presque à croire que l'on tente de transformer cette journée militante (s'il en est) en occasion, par le biais de la récupération commerciale, de prolonger et de renforcer le sexisme ambiant (je pense par exemple à l'affiche du B-Box Club de Clermont-Ferrand) ou les stéréotypes qui l'accompagnent (je pense cette fois-ci à l'affiche du Clermont Foot 63). Édifiant et aberrant. Et pour finir, je suis tout à fait d'accord avec votre manière de penser cette journée. Les derniers paragraphes de cet article m'ont même éclairé, donc je vous remercie.

    • Marie D .

      Juste pour vous dire que ma mère est Auvergnate et mon père Charentais ( Fonciron ) et qu' il n' y a pas autant de machisme que l' on pourrait croire en Auvergne !
      Curieusement, je le subis plus à Paris, qu' en Auvergne !

  • galateya

    s si ! moi c'est mon anniversaire !!!! offrez moi tout ce que vous voulez ! 😀

    • Takumo

      Eh bien, sans doute trouverez-vous cela bien peu ....
      Mais je vous souhaite un EXCELLENT anniversaire et de passer une SUPERBE journee!
      Sincerement

  • Takumo

    pas ma fête. Pas mon anniversaire. Pas mon Noël. Pas carnaval non plus [...] Pas ma kermesse .. non plus.
    Et quand je suis nee Frederic Francois etait deja un "horrible" vieux sans rapport avec mes gouts musicaux d'enfant ou plus tard d'ado encore moins de femme adulte (ce qui ne veut pas dire que je stigmatise celles ou ceux qui l'apprecient)
    Je crois que vous avez ENCORE une fois tout dit la.
    Comme pour vous, la journee des droits des femmes... c'est tous les jours.

    • Marie D .

      Takumo, c' est con ! Ce F François, même macho, j' aime bien l' entendre !
      Je ne suis pas dupe, mais c' est agréable de l' entendre !

      • Takumo

        Mais vous aimez les chansonnettes gnangan et lenifiantes que vous voulez, je m'en tape!
        Agreable a entendre? Oui surtout quand ca s'arrete!

  • Takumo

    Permettez-moi une petite digression... inspiree par mes eleves japonais(e)s dont la langue n'a pas de feminin ni de masculin.
    Quand je leur sors que le masculin l'emporte sur le feminin y en a toujours un(e) pour me demander "pourquoi"
    La seule reponse honnete que j'ai trouve pour l'instant est "JE NE SAIS PAS" ou "AUCUNE IDEE" pour les debutants.
    Pour les niveaux avances je leur explique le pourquoi du comment et je vois a chaque fois leur visage estomaque.
    Mais soyons honnete jusqu'au bout... le sexisme sait prendre divers chemins... en japonais aussi.

  • yam

    vivement une journée de l'exploitation… ça permettrai d'englober pas mal et de ne pas oublier la misère du prolétaire qui semble de plus en plus s'apparenter au dahut pour les bonnes âmes boboisantes...

    • Marie D .

      Merci, c' est sympa, mais l' idéal serait qu' on arrête de raisonner en cloisonnant ! Il existe le 1er Mai depuis longtemps , vous avez remarqué une évolution dans le monde du Travail ?
      J' ai vite compris que toute l' année, j' étais à la disposition du patronat, et que le 1er Mai, je devais être à la disposition du syndicat !
      J' attends encore le jour où les syndicats nous diront, : C'' est une journée pour VOUS ! Profitez-en et faites ce que vous voulez ! ( plutôt que de nous demander de descendre dans la rue pour faire nombre et montrer qu' on existe !
      Y' a longtemps que le patronat sait qu' on existe, et combien on est dans la rue, il n' en a rien à foutre ! Ce qui compte, c' est combien seront demain à leur service dans leur entreprise ! Hé bien, on y est tous !
      C' est y pas de la connerie, tout ça ?

  • fredcho1

    Revenons à cette idée que "le masculin l'emporte sur le féminin": en France, le genre neutre n'est pas défini comme en allemand (das). C'est la forme masculine qui est utilisée en guise de neutre. Donc le masculin est assimilé au neutre, qui est en réalité "neutralisé". Le seul sexe réellement "sexualisé" est le sexe féminin. Le masculin est noyé dans la masse.
    Autre chose : j'en ai assez qu'on dise "l'homme" pour spécifier tous les individus. Là encore, j'aimerais qu'on dise "l'humain, l'être humain, le genre humain", c'est-à-dire qu'on utilise la forme neutre. Sinon, pour les mêmes raisons que précédemment, alors que le masculin est confondu avec le neutre, il apparaît comme privilégié. Insidieusement, tout en se victimisant, les femmes deviennent donc des individus socialement supérieurs, puisqu'elles bénéficient de davantage de droits, ceux de l'homme en plus des droits de la femme. Quant aux hommes, que pourraient-ils réclamer comme droits? Ils ont déjà les droits de l'homme, voyons!

  • Germanicus33

    Il s'agit de droits à faire respecter: égalité des salaires chez nous, liberté dans beaucoup de pays comme l'Arabie saoudite...
    Cette journée est pourtant commémorée depuis 1945 dans le monde.

    • Marie D .

      Depuis 1945 ? Où ça ? Je suis née en 1943, et je n' en ai eu connaissance que récemment, et en plus, je trouve cette expression méprisante ! Vous croyez faire avancer le schmilblick avec une journée comme ça ?
      C' est aussi ridicule que la St Valentin, ou la fêtes des grands mères, ou celle des gds pères ! Et pourquoi pas, pour perfectionner l' imbécilité de cette journée , faire la journée de la godasse, celle du slip, celle du cheveu, celle du moulin à café ?A la limite, j' accepterais la journée des bistros , avec musique et apéro gratos ! Le reste, c' est insultant, minable et misérable , ridicule grotesque tout autant que cette histoire de parité obligatoire ! ça ne change rien à rien !
      Conclusion : 1 jour pour la femme, 364 pour le mec ! Charmant programme !
      OUBLIEZ MOI pour cette festivité qui ne fait que entretenir le nombrilisme macho et celui des nymphos !

      • Germanicus33

        En fait c'est plus vieux que çà, ce que je ne savais pas...

        Journée de la femme : 90 ans de lutte pour l’égalité, la paix et le développement

        Soutenue par l’ONU, la Journée internationale de la femme est célébrée chaque 8 mars. Dans certains pays, c'est même un jour de fête nationale. En France, au-delà des clichés féministes, l'égalité reste à conquérir. C'est aussi l'occasion de saluer le parcours de femmes exemplaires.

        Mais en 1945, après avoir enfin le droit de vote, des associations de femmes ont choisi ce jour pour manifester, comme ma mère. On l'accompagnait et c'était la barbe pour des gamins!...

        Ce n'est pas normal qu'un homme soit payé plus qu'une femme pour le même boulot...
        Ça n'a jamais été une fête...

  • Audrey

    Bravo pour ce billet.

    La journée "de la fâââme", je trouve cela infââââme ! On ne fête pas les femmes 1 jour par an, à quoi cela rime-t-il ?

    Alors que la journée internationale des droits des femmes, c'est tellement nécessaire qu'on devrait en célébrer 365 par an. Un jour pour rappeler au monde que les femmes sont des humains, et non des choses, et non des bêtes, que l'on lapide, que l'on répudie, que l'on viole, que l'on séquestre, que l'on bat, qui ne peuvent voter, qui ne peuvent accéder à un médecin, ou à l'éducation, qui sont contraintes à obéir, à être mariées de force, à être excisées au nom de leur "impureté", mon dieu, oui, c'est indispensable. Et transformer la journée internationale des droits de la femme en une vulgaire "fête des femmes", commerciale à souhait, c'est abject et réduit à néant l'objet de cette journée.

    • Luug

      ce sont le dérives de notre société capitaliste et consummériste, elles sont nombreuses et croyez bien que je les regrette