Ce que la "manif pour tous" dit aussi des rapports hommes/femmes

Ça commence par un logo, celui qui représente la famille idéale : papa tient la main de maman (toujours figurée un peu plus petite que son conjoint en dépit du fait que la taille des femmes ait davantage crû que celle des hommes dans les trente dernières années), papa tient la main du petit garçon, maman celle de la petite fille. Chacun le sien. Les filles sont en jupe, les garçons sont en pantalon. Les clichés, c'est bien, ça permet de se repérer plus facilement.

Ça se poursuit par des slogans : "Papa et maman, il n'y a pas mieux pour un enfant" (les parents veufs et célibataires et leurs enfants apprécieront), "Touche pas à ma parité" (ah! tiens, tout à coup, dans la sphère intime, c'est important d'avoir autant de femmes que d'hommes, quand ce n'est pas essentiel ni franchement urgent dans les conseils d'administration des entreprises du CAC 40 ou la Banque centrale européenne. Chacun voit la parité à sa porte, on dirait!), "Un père et une mère, c'est complémentaire" (surtout pour la répartition des tâches ménagères, hum) et bien sûr "La famille, c'est sacré!". Mais quelle famille au juste ?

La famille, "sacrée" : du divorce mal digéré à l'homoparentalité réprouvée

Celle qui consacre et entretient les rôles genrés. Le regard (négatif) porté sur les couples de mères ou les couples de pères est par ricochet un jugement désapprobateur porté sur les mères ou les pères célibataires. Ce serait des parents incomplets auxquels les qualités de l'autre genre ferait défaut. Où l'on comprend que la part de la société française que révulse le mariage des homosexuels n'a toujours pas complètement digéré le divorce et qu'elle persiste à le considérer comme une faillite de la famille, une entrave au développement équilibré des enfants, voire un acte irresponsable d'adultes égoïstes qui sacrifient leur épanouissement individuel sur l'autel du besoin des enfants (là encore, les divorcé-es et les recomposé-es, ainsi que leurs enfants apprécieront certainement d'être vus, à travers les slogans sacrant la famille idéale "papa, maman, ma sœur et moi" comme des familles en échec, des familles au rabais, des familles que jamais le logo de la "manif pour tous" ne représentera).

Que veut-on au juste protéger : les enfants ou les structures inégalitaires de la société?

Où l'on observe aussi qu'au-delà de la question biologique, c'est bien la question de ce que doit être une mère et de ce que doit être un père qui est en réalité en jeu dans la "conviction" que le mariage et la parentalité pour les gays est néfaste à la société. Partant, c'est aussi la question de la préservation du rôle dévolu aux femmes et du rôle dévolu aux hommes dans la sphère intime qui est défendue par les opposants au mariage pour tous. Qu'un homme puisse tenir alternativement le rôle maternel et le rôle paternel auprès de ses enfants leur semble incongru. Qu'une femme puisse en faire autant ne les laisse pas plus sereins. Eux qui disent protéger le Code civil et se faire les apôtres des droits de l'enfant, protègent en réalité avant tout une conception (légèrement archaïque) des relations hommes/femmes. Le slogan sous-jacent, c'est "chacun à sa place et les structures de la société seront bien gardées". Même si cette société est inégalitaire et stéréotypale, même si cette société a jusqu'ici démontré son incapacité à traiter les hommes et les femmes comme des êtres parfaitement égaux. Ce sont des êtres "complémentaires" disent les pancartes, terme exactement similaire à celui d'un certain projet de constitution tunisienne qui voulait officiellement instaurer l'infériorité des femmes. Certes, hommes et femmes ont mutuellement à s'apporter (comme tous les humains entre eux, soit dit en passant), mais avant d'être "complémentaires", commençons par être égaux, sans quoi c'est juste une énorme arnaque pour celui (enfin celle) qui fait le "complément".

Et si les couples et parents homos proposaient de nouveaux modèles positifs de rapports familiaux?

J'ose donc croire, sans naïveté exagérée mais avec un optimiste affirmé, que la famille homoparentale est possiblement porteuse d'une autre vision des rapports de genre, à travers les autres modèles de couple qu'elle propose. C'est une famille dans laquelle l'activité professionnelle et le salaire de chaque membre du couple se pose dans d'autres termes, où le différentiel revenu principal/revenu d'appoint n'a plus la même raison d'être et ne recoupe évidemment plus la différence des sexes. C'est une famille dans laquelle les tâches ménagères sont de facto dégenrées. C'est une famille dans laquelle l'autorité comme la douceur, la technicité comme l'intuition, la rationalité comme l'émotion appartiennent autant au domaine de l'un(e) et de l'autre membre du couple. C'est une famille qui ne transmet par définition pas une foule de stéréotypes sexistes tels que "papa travaille, maman repasse", "papa est le chef de famille, maman est câline", "papa joue, maman soigne"...  Et si, nous autres, hommes et femmes hétéros, pères et mères hétéros, avions bien plus à apprendre des homos que nous ne l'imaginons pour construire nos couples et nos familles de façon plus égalitaire et mieux équilibrée?

A lire aussi

  • Pingback: Ce que la « manif pour tous  dit aussi des rapports hommes/femmes | «OUI au mariage pour TOUS()

  • http://www.facebook.com/sam.ratumi Sam Ratumi

    Merci! Très bon article!

  • http://profile.yahoo.com/4FDUBG2TWDCDZMUF677U7JVLIA armelle

    enfin un peu de bon sens .. comment ne pas se sentir atteint au plus profond quand on a du élever un enfant  seul(e) après le décès du conjoint, montré du doigt, insinuant que l'enfant n'est pas normal puisqu'il n'a qu'un seul parent , conduisant l'enfant à se convaincre que son père  (sa mère) n'est pas normale puisqu'elle ne s'est pas remariée avec une autre femme (un autre homme)
    De nombreux cas vécus ainsi à notre époque, inimaginables au siècle dernier .

    • Moroakawa

       Votre réaction prouve bien la nécessité d'un débat publique. Les manipulation des uns et ds autres font que l'on prend tout au premier degré. Quand on dit qu'un enfant a besoin d'un papa et d'une maman cela ne veut pas dire que ce sont les couples papa+maman et des enfant qui sont parfaits. Les parents séparés, les veuves ou les veuves, les familles monoparentales n'ont jamais et ne sont pas méprisés à ce point! Les enfants issus de ces familles ont ou ont eu de toute façon un père et une mère, qu'ils vivent ensemble ou non, qu'ils soient vivants ou non...

      • http://www.facebook.com/profile.php?id=100002412833073 Marie Donzel

        Vous dites qu'on refuse d'écouter votre point de vue, mais vous refusez d'entendre que des personnes puissent être blessées par ricochet par les slogans et discours d'un mouvement qui prétend normer la famille. Ecoutez! Ecoutez le chagrin que l'expression de vos convictions peut causer à tous et toutes celles et ceux qui, par choix ou du fait des aléas de la vie, ont composé leur famille autrement que "papa-maman-enfants". Je ne laisse de m'étonner de l'inconséquence du mouvement anti-mariage-pour-tous à l'égard de tous les adultes et les enfants qui se sentent visés, méprisés et/ou disqualifiés par le discours porté. Ne croyez-vous pas qu'aujourd'hui, c'est vous qui faites du mal aux enfants d'homo en stigmatisant leurs parents, leur éducation, leur mode de vie? Etes-vous sûr de ne pas être en train de faire beaucoup de peine à des tas de couples, de familles, d'enfants qui se sentent jugés et renvoyés à une marginalité qui n'est pas la leur, au quotidien? 

    • thollon

      Chère Armelle, celles ou ceux qui osent vous montrer du doigt ou insinuer quoi que ce soit à votre sujet ne sont que des mufles inintéressants et malfaisants. En tant que femme simplement, et plus encore en tant que mère et veuve, vous n'avez rien à prouver à personne et méritez plutôt le respect et l'admiration. Il me semble aussi que dans votre situation votre enfant sait qui est sa mère, sait qui a été son père; et que même si vous preniez un compagnon ou une compagne, ces rôles ne seraient pas confondus: je serais alors totalement avec vous pour que votre enfant puisse jouir des mêmes droits et avantages que n'importe quel enfant grandi entre papa et maman. Toujours est-il que vous n'avez pas délibérément écarté votre enfant de son père!
      Mais l'article ne dit pas cela. Il prétend au contraire que les couples ordinaires, tels que celui que vous formiez avec votre mari avant son décès, feraient bien de s'inspirer des couples homosexuels: pour déculpabiliser ces derniers, on ne peut pas s'empêcher de culpabiliser les couples hétéros: un peu simpliste!

      • http://www.facebook.com/profile.php?id=100002412833073 Marie Donzel

        Je ne culpabilise personne! Je dis seulement que les formes du couple et de la famille sont multiples et que ce qui serait simpliste serait de vouloir n'admettre qu'un modèle en refusant l'idée que toutes les manières de vivre le couple, la famille, la parentalité peuvent s'inspirer les unes des autres. Je suis en couple hétéro et oui, parfois, je trouve que les couples homos s'en sortent mieux que moi pour certaines choses. C'est bien la norme, en ce qu'elle a de figeant et d'agressant pour les différences que je combats. 

        Quant à traiter les veufs et les veuves que comme des personnes "admirables" qui sont légitimées par la souffrance dans leur façon de considérer autrement la famille, je trouve que ce n'est pas leur rendre un vrai hommage. Le droit à la résilience, c'est aussi le droit de faire reconnaître ses façons de faire comme valables au-delà du drame qui a douloureusement provoqué la nécessité de reconsidérer le modèle Faire le distingo entre les "parents solo" légitimes parce qu'ils sont veufs et ceux qui ne le seraient pas parce qu'ils auraient choisi un mode de vie (faire un enfant seul-e ou se séparer d'un conjoint), c'est emprisonner les parents veufs dans le statut de parent amputé et ne pas leur laisser la pleine liberté de poursuivre leur vie différemment de la façon dont ils l'ont commencé, avec le même espoir d'être heureux et la même aspiration à être des parents comme les autres, malgré la perte de l'être aimé. C'est leur interdire de "re-choisir" leur vie, ce qui est pourtant essentiel pour faire son deuil et continuer à se construire.

        • 1mereso

          il y a une grande difference entre etre enfant de et orphelin de

        • 1mereso

          il est tres different d etre enfant de et orphelin de

        • thollon

          Chère Marie, peut-on espérer de vos lignes un peu de cohérence et de rigueur intellectuelle? Vous ne pouvez attaquer mes propos qu'en les déformant de bout en bout. J'écris  directement à Armelle qui se plaint d'être montrée du doigt: où voyez-vous que je parle des veufs et des veuves en général et qu'elles seraient "légitimées par la souffrance"? J'envisage même explicitement qu'Armelle se mette en ménage avec un compagnon ou une compagne: où voyez-vous que j'attaque les couples homosexuels? Où voyez-vous encore que je fasse un distingo entre "parent solo" légitime et illégitime? Et en quoi d'ailleurs faire un simple distingo entre deux réalités ou situations serait d'emblée "emprisonner" des personnes ou leur interdire quoi que ce soit? Vous me faites beaucoup de procès d'intention que n'importe quel lecteur serein et attentif peut déjouer.
          En revanche, lorsque vous écrivez "c'est aussi la question de la préservation du rôle dévolu aux femmes et du rôle dévolu aux hommes dans la sphère intime qui est défendue par les opposants au mariage pour tous", vous êtes bel et bien en train de culpabiliser TOUS les opposants au mariage pour tous, et de nouveau en leur prêtant des intentions qu'ils n'ont pas nécessairement.
          A bientôt 70 ans je vis depuis plus de 25 ans avec une femme divorcée, mère de deux enfants biologiques et deux autres adoptés. Ces enfants ont toujours entretenu une relation vivante et harmonieuse avec leur père. Pour ma part je suis touché de l'affection qu'ils me témoignent. Mais ils ne m'ont jamais appelé papa. Dans notre couple, nous partageons totalement diverses tâches domestiques (nettoyages, lessive, couture, repassage, bricolage, cuisine, achats, administration), sans aucune distinction: au point que les vingt dernières lignes de votre article seraient une assez bonne description de notre réalité.
          Sauf une chose, capitale, dont vous vous refusez de parler: il n'y a jamais eu confusion de rôle entre nous concernant les rôles de père et de mère. Même et surtout les deux enfants adoptés, venus tout petits d'un orphelinat de l'Inde, ont toujours su que leur père et leur mère adoptifs ne prétendaient pas se substituer à leurs parents biologiques. Ils souffrent encore de ne les avoir pas connus. C'est pourquoi je tremble à l'idée de ce que vont vivre tous les enfants qui apprendront un jour que leur père ou leur mère, voire les deux, ont bradé leur sperme ou leur ovule pour satisfaire le "besoin d'enfants" d'autres adultes.

          • http://www.facebook.com/profile.php?id=733872504 Martin Pijulet

            Monsieur, avec toute la courtoisie que j'ai pour les personnes de votre statut, je me dois de répondre que les dernières lignes de votre post sont à la fois horripilantes et terrifiantes. Je vous rappelle que vous être en train de mélanger des choses que la loi sur le mariage et l'adoption des personnes homosexuelles n'ont pas abordé. Ce projet de loi ne parle PAS de la PMA. Vous pouvez vous targuer de votre âge avancé, mais je vais vous rappeler une chose que vous avez l'air d'avoir oublié : la sagesse est sans doute empirique mais elle n'est pas l'apanage des personnes âgées. Pour tout dire, il y a des questions qui me sont posées par des enfants en primaire qui me font plus cogiter que ces quelques lignes(que vous posez avec un ton de souverain qui a la science infuse, pardonnez moi). Et si l'on s'organisait (encore) un petit voyage pour découvrir les civilisations du monde de ces enfants adoptés. En Afrique par exemple. Saviez-vous que dans près de la moitié des pays, les gens ne comptent pas leur âge. Mmh ça fait méditer sur notre conception du temps. Vous parlez en outre d'une loi qui ne vous concerne que de loin, même si vous avez adopté des enfants : cette loi concerne les générations futures, et excusez mes paroles crues, les vieux nous laissent toujours de belles morales, de beaux adages et un monde bien abîmé  que NOUS génération future incombe de redresser. Si la sagesse est réservée au gens qui ont "vécu", vous m'expliquerez j'espère pourquoi ce sont encore de vieux dirigeants qui nous laissent une France endettée, un monde pollué. Tremblez plutôt à l'idée que nous ne puissions pas rattraper vos graves erreurs. Mais tremblez pour vous, pas pour les autres. La vie est brève et ne se vit qu'une seule fois. Laissez les jeunes (et vos enfants) s'exprimer sur les sujets qui les regarderont. 

  • http://www.facebook.com/solveig.moisan Solveig Moisan

    Enfin un article intéressant qui me redonne confiance, je suis trés touchée par ce qui se passe, je croyais vivre dans un monde différent ou la tolérance et l'amour faisait loi, mais la réalité est autre, il ya qu'à voir les chiffres : 800 000 personnes ! J'ai honte d'être francaise...

  • http://www.facebook.com/martine.etienne.31 Luce Basseterre

    Pour avoir élever seule deux enfants : merci

  • Moroakawa

    Modèle de pensée unique! Tout ce qui ne s'accorde pas avec la pensée du loby homo est bien entendu ringard, vieux et obéissant à des stéréotypes dépassé. Je suis désolé, j'ai manifesté hier à Paris et chez moi, je suis père au foyer, je fais la lessive, je repasse et je fais à manger pour ma famille. Est-ce ça un modèle nouveau proposé par les homos?

  • severine_toul

    Il y a aussi des femmes et des hommes qui pensent que c'est important pour leurs enfants qu'ils s'aiment dans la durée, sans divorcer, qu'ils soient là ensemble à leur anniversaire, à leurs hospitalisations, à leurs résultats d'examens, à leur mariage, à la naissance de leurs propres enfants,etc., et qui font des choix pour cela: laisser un travail pour suivre son conjoint à l'étranger, prendre du temps à deux pour se retrouver quand il y a des difficultés, se dire dès le début que cet amour et leur famille est La chose la plus importante de leur vie. Ces femmes là et ces hommes là sont attristés de lire si souvent dans la presse " de toutes les façons, le mariage traditionnel n'existe plus", le mariage, je n'y crois pas mais si ça peut améliorer l'égalité entre couple homos et hétéros".

  • Pingback: « Mariage pour tous » : la haine d’abord, l’amour jamais ? | Pérégrinations … / Wandering around…()

  • thollon

    Les vingt dernières lignes de votre article décrivent assez bien ce que j'ai vécu en couple durant plus de 25 ans... pourtant je suis un homme qui vit avec une femme divorcée mère de deux enfants biologiques et deux autres adoptés, enfants qu'elle a eu d'un premier mariage. Les enfants ont toujours eu une relation régulière et harmonieuse avec leur père; ils ne m'ont jamais appelé "papa"; j'ai pris plus que ma part à toutes les tâches domestiques (nettoyages, lessive, couture, repassage, bricolage, cuisine, vaisselle, achats); nos comptes bancaires sont communs et les revenus totalement mélangés dès qu'ils nous arrivent. En partant de ce que chacun de nous fait, bien malin qui pourrait dire qui de nous est  l'homme ou la femme. Pourtant, ma femme en tant que mère et moi en tant que son compagnon, nous ne sommes absolument pas interchangeables, ni aux yeux des enfants ni aux yeux de personne. Les enfants ont envers moi une amitié qui me touche, mais leur relation avec leur père ou leur mère est d'un autre ordre. Et ils nous savent gré de ne jamais avoir confondu les rôles. De sorte que pour ma part, "je n'ose pas croire", mais je constate simplement dans notre vécu et autour de nous que bien des couples - et d'ailleurs en nombre grandissant - n'ont pas attendu les couples homosexuels pour abolir les stéréotypes sexistes que vous dénoncez. Nous avons longtemps hésité à nous marier civilement, précisément pour ne pas porter symboliquement ombrage au premier mariage qui est à l'"origine" des enfants, et nous ne l'avons fait finalement que pour des raisons économiques, au profit des enfants.
    Ce que je reproche donc à la nouvelle loi, c'est de vouloir délibéremment priver des enfants, dès avant leur conception, soit de leur père, soit de leur mère, et ce uniquement en considération des tendances ou choix des adultes: c'est une usurpation de leurs droits humains.

    • http://www.facebook.com/profile.php?id=100002412833073 Marie Donzel

      Je ne suis pas de celles et ceux qui sont pour la négation du lien biologique. Je suis d'ailleurs plutôt pour le fait qu'on ouvre la possibilité pour les enfants adoptés et les enfants issus de PMA d'être davantage informés sur leurs géniteurs. Je tiens seulement à rappeler que la filiation n'est pas faite que d'ADN et que la création d'une famille ne se fait pas lors du coït hétérosexuel. Vous-même qui êtes beau-parent le dites, vous participez à l' éducation et  à l'histoire d'enfants dont vous n'êtes pas le père biologique, vous faites partie d'une constellation parentale qui leur offre des repères et vous avez très précisément choisi de vous marier pour les protéger. Les individus ne sont pas "interchangeables" mais quand ils prennent la responsabilité de prendre soin d'un ou plusieurs enfants, ils sont tous nécessaires à ces enfants. Refuser le mariage pour tous, c'est nier cette nécessité et renvoyer des parents désireux d'assumer leurs responsabilités à la clandestinité, c'est alors aussi refuser à leurs enfants la reconnaissance légitime de ces "repères".

      Quant à la question des stéréotypes sexistes dans le couple et la famille, je crois que vous avez raison de dire que ça dépend en partie de la volonté des individus d'organiser leur vie privée de façon égalitaire. Sauf que de la même façon que les parents ne sont pas les seuls à éduquer leurs enfants et que la société toute entière participe aussi à la construction de leurs personnalités et au développement de leur vision du monde, le couple n'est pas un ensemble isolé. Chacun-e peut agir chez lui, mais chacun-e est aussi confronté-e à l'influence des modèles sociaux. Pour s'en libérer tout à fait, il me semble juste et nécessaire de faire évoluer ces modèles.

      • thollon

        Si vous me lisez correctement, vous devez constater que nous avons hésité à nous marier et que nous aurions de loin préféré le PACS dans notre situation, si celui-ci avait existé à l'époque et en Suisse où nous étions, et avait permis de donner à ma compagne et à ses enfants les mêmes avantages économiques que le mariage.
        C'est d'ailleurs ce que de nombreux opposants au mariage entre homosexuels seraient d'accord d'accepter. Pour nous aimer, vivre ensemble, créer un milieu familial favorable au bon développement des enfants, nous n'avions pas besoin du mariage.
        Vous écrivez être " plutôt pour le fait qu'on ouvre la possibilité pour les enfants adoptés et les enfants issus de PMA d'être davantage informés sur leurs géniteurs." Je voudrais vous voir un peu plus sensible aux blessures profondes qu'un nombre non négligeable de ces enfants issus de manipulations génétiques ne manquera pas de ressentir, et dont l'un des parent biologique aura été réduit au rôle de vulgaire géniteur.
        Les tenants de la nouvelle loi parlent d'égalité, mais n'est-ce pas une imposture quand on voit que d'entrée de jeu on se voit obligé de leur refuser la PMA? On crée une nouvelle inégalité au sein même du mariage.
        Pour moi donc si l'on veut améliorer les choses, allons aussi loin que possible dans l'affinement du PACS pout toutes les alliances qui ne concernent que des adultes.
        Gardons le mariage monogamme exclusivement pour les unions qui visent la génération et l'éducation d'enfants. Et pour toutes les situations où des enfants se voient éloignés ou privés d'un de leurs parents ou des deux, inventons ou adaptons toutes les dispositions susceptibles de leur donner le meilleur cadre familial possible et les protections sociales, juridiques et économiques nécessaires. Et interdisons toutes les PMA faisant appel à des spermatozoïdes ou des ovules extérieurs au couple parental.
        Aucun adulte n'a un droit absolu à l'enfant, mais tout enfant a un droit absolu à ses deux parents. 

  • JBTANQUERAY

    Chère Madame Donzel

    Merci pr votre message. Vous m'avez appris un mot, "genrer" que vous appliquez à votre état professionnel. J'aurais deux questions.

    D'une part, êtes-vous certaine de ne pas tomber dans les amalgames: qui vous dit que ceux qui ont manifesté hier en arguant de parité sont ts ces quinquas qui monopolisent le genre dans les conseils d'administration ? Et si la parité ne s'apprend pas à travers les parents differenciés par leur sexe, où s'apprendra-t-elle ? Les parents donnent l'exemple.

    D'autre part, dans votre combat pour une société plus égalitaire, pourquoi ne réagissez-vous pas contre les remarques de Pierre Bergé qui assimile la location d'utérus à celle de ses bras ? C'est tres méprisant pour la femme (pourquoi les bras et pas le cerveau), dégradant (quid barrière morale entre location de son sexe et celle de son utérus) et socialement tres marqué (ce seront les femmes en situation précaire qui loueront leurs organes comme avant leur...). Pour moi, père de 4 filles, cette remarque de l'homme devenu milliardaire grâce aux femmes est d'une misogynie sans nom. Rien ne le prédispose à une defense de la parité... De plus cette remarque me rappelle les expressions entendues par des acquaintances homosexuelles du genre "femme à gros poumons" etc. Inspiré par un mauvais sentiment de compétition sexuelle avec les femmes.

    Enfin, pour les familles monoparentales, sachez que l'autre parent existe psychiquement chez l'enfant. Dans le cas des familles homoparentales, cette réalité n'existera jamais. Pire qu'être cachée, elle sera reniée et annihilée. Voilà le drame que nous dénonçons et pour lequel tous les pouvoirs en place nous refusent l'accès au débat, de la même façon que les pros mariages ont été traités.

    Nous vivons dans l'absurde. 60 ans que nous bousculons la famille au nom de toutes les idélogies. La société est-elle de facto plus heureuse (cf usage croissant des psychotropes chez les ados etc.) 
    Jean-Bernard Tanqueray

    • http://www.facebook.com/profile.php?id=100002412833073 Marie Donzel

      Je ne suis pas d'accord avec l'amalgame que vous faites vous entre famille homoparentale et privation de filiation biologique : on peut tout à fait avoir des parents qui ne sont pas ceux qui nous ont conçus et mis au monde, c'est le sens même de l'adoption. Y etes-vous également opposé pour les couples hétérosexuels? Nous ne parlons pas de dissimulation de l'origine biologique et génétique (dissimulation à laquelle je suis défavorable dans tous les cas). Qui a dit que les couples homoparentaux avaient la ferme intention de cacher leurs géniteurs et les conditions de leur conception à leurs enfants ? Le projet vise la parentalité; qui est faite de responsabilité, d'éducation et d'affection et dont la part génétique n'est qu'une dimension parmi d'autres, et selon moi loin d'être la dimension la plus importante. 

  • JBTANQUERAY

    Chère Madame

    C'est avec le plus grand intérêt que j'ai lu votre message. Vous m'avez appris un mot, "genrer" que vous appliquez à votre état professionnel.

    D'une part, etes-vous certaine de ne pas tomber dans les amalgames: qui vous dit que ceux qui ont manifesté hier en arguant de parité sont ts ces quinquas qui monopolisent le genre dans les conseils d'administration? Et si la parité ne s'apprend pas à travers les parents differenciés par leur sexe, où s'apprendra-t-elle ? Les parents donnent l'exemple.

    D'autre part, dans votre combat pour une société plus égalitaire, pourquoi ne réagissez-vous pas contre les remarques de Pierre Bergé qui assimile la location d'utérus à celle de ses bras ? C'est tres méprisant pour la femme (pourquoi les bras et pas le cerveau), dégradant (quid barrière morale entre location de son sexe et celle de son utérus) et socialement tres marqué (ce seront les femmes en situation précaire qui loueront leurs organes comme avant leur...). Pour moi, père de 4 filles, cette remarque de l'homme devenu milliardaire grâce aux femmes est d'une misogynie sans nom. Rien ne le prédispose à une defense de la parité... De plus cette remarque me rappelle les expressions entendues par des acquaintances homosexuelles du genre "femme à gros poumons" etc. Inspiré par un mauvais sentiment de compétition sexuelle avec les femmes.

    Enfin, pour les familles monoparentales, sachez que l'autre parent existe psychiquement chez l'enfant. Dans le cas des familles homoparentales, cette réalité n'existera jamais. Pire qu'être cachée, elle sera reniée et annihilée. Voilà le drame contre lequel nous manifestons

    Nous vivons dans l'absurde.
    Jean-Bernard Tanqueray

  • Maurice Piquet

    IDIOT cet article!Un amalgame de tous les poncifs  .décidement" La Raison a désertée",dans ce pays où le bon sens a disparu. C 'est  la société qui se décompose gentiment .Allons! destabilisons encore un peu plus la socièté .Allons jusqu'au bout .quand l'individualisme et mon désir seront les seuls juges ,bonjour le VIVRE ENSEMBLE
    Je crains que la théorie libertaire qui veut  imposer sa loi n'  aboutisse qu'à  à de la violence.Comment encore faire SOCIETE, si on est en pleine confusion des genres !
    N.B. Je rappelle que des associations d'Homosexuels ont défilé hier dans cette manif!
    et que la manif ne visait pas la HOMOSEXUELS ,MAIS LA FILIATION!

    • http://www.facebook.com/profile.php?id=100002412833073 Marie Donzel

      Essayez de ne pas traiter mon article d'"idiot" quand vous le commentez. L'insulte n'est pas propice au débat. Vous avez des arguments, qui peuvent se discuter, ne les disqualifiez pas vous-même en exprimant des jugements aussi définitifs et stériles sur le discours des autres. Merci pour la politesse et le respect du dialogue.

      • http://www.facebook.com/profile.php?id=1424297207 Leo Martin

        Marie, c'est un excellent article! Bravo.

    • http://twitter.com/emorogeric moroge

      je vous rappelle que les fameuses association d'Homo qui ont défilé hier sont : l'une proche de l'UMP et l'autre relié au catholique donc certainement pas des références pour moi qui suis homo (aussi bien dans la forme que dans les idées d'ailleurs). Qu'en "à la théorie libertaire qui veut imposer sa loi n'aboutisse qu'à de la violence" : si tels est le cas la violence viendras de votre côté... pas du notre (mais çà encore une fois on en à l'habitude) : car pour vous il est plus facile de vous en prendre au minorité plutôt qu'au gros poisson (peut être un manque de c.... là aussi?) et l'article ci-dessus est l'exacte vérité si on prend référence aux sites des catholiques et des antis : et si la société se décompose c'est grâce a des rétrogrades comme vous qui ne connaissent pas les vrais priorités. 
      Pendant ce temps : nous venons tous de nous faire enfler par le patronat, le Medef et les syndicats avec les accords qui viennent d'être passés, et la encore personne dans la rue... Je vous laisse réfléchir.

  • destartin

    Bien que d'accord, sur le fond, avec l'article, je trouve que celui-ci mélange un peu tout: d'abord, les femmes demeurent, objectivement, plus petites que les hommes. Ensuite, qu'on représente une petite fille en jupe, et alors? Il faudrait arrêter de voir du sexisme partout. Quant au divorce, il est, là encore objectivement, une faillite de la famille, une entrave au développement équilibré des enfants. C'est bien de défendre un point de vue (que je partage), mais restons lucides.

  • http://twitter.com/PaulAveline Paul Aveline

    Merci pour cet article !! Enfin un article censé, clair et précis ! 

  • Pierre63

    L'amalgame entre couples homosexuels et "autres formes de familles" qui seraient exclues d'une norme est purement stratégique. Il consiste à exploiter les fractures familiales et à coopter les opinions sur l'idée qu'il existerait une sorte de tyrannie culpabilisante de la part des couples hétérosexuels mariés. Ceci n'est en rien le cas dans la société française de 2012.
    Il n'y a pas lieu de comparer la situation des couples homosexuels avec celles de séparation des parents biologiques ou de perte d'un parent biologique. Ces dernières sont des épreuves d'une particulière difficulté/gravité, qui peuvent frapper chacun d'entre nous. L'enfant y fait face avec ses propres capacité de résilience, aidé par l'adulte présent/survivant et accompagné par l'image du parent "perdu". La question des origines puise alors sa réponse biologique dans le couple et l'union charnelle qu'il a constitué au moment de la conception.C'est un très grave contre-sens biologique que d'imaginer que l'on peut faire un enfant "seul".Fort heureusement, la médecine française a fait preuve par le passé de la plus grande retenue quant aux conditions dans lesquelles l'aide à la procréation peut être offerte. Elle doit d'ailleurs en partie son rayonnement international à la rigueur qu'elle s'impose en matière éthique.

  • http://twitter.com/Hdegenrefeminin Mirela

    Excellent article avec une très belle conclusion !

  • stanislas1978P

    un enfant a 4 ans pose des questions et demande comment il a ete concu alors moi je pense que pour un enfant c'est assez compliquer de lui expliquer avec ses mots qu'il faut un papa et une maman pour faire un bebe mais si il faut en plus lui expliquer qu'un bebe peut venir aussi de deux papa ou de deux maman non c'est du n'importe quoi , il faut penser a son equilibre  a son psychisme faut penser a tout ca y'a beaucoup d'enfant qui sont deja malheureux en foyer car ils on pas de papa ou de maman moi c'est ca que je defend il faut preserver la famille 

  • http://www.facebook.com/dominique.vicomte Dominique Vicomte

    Que les hommes et les femmes s'accouplent avec qui bon leur semble, entre adultes consentants, peu me chaut!

    Mais qu'en sera-t-il des enfants, à l'âge de l'adolescence, quand on découvre à quoi servent nos différences sexuelles physiques, et qu'ils rechercheront les "vrais" parents qui les ont engendrés?Deux papas dans la vie, plus un papa biologique et une maman biologique! De même dans le cas des mamans! ! Plus compliqué même, puisqu'il faudra expliquer pourquoi l'une et pas l'autre!!
    La simplicité d'un couple "normal": un père et une mère, même si l'un des deux est absent, pour veuvage ou divorce, ou abandon permet une structuration mentale dite normale!

     Tous les psy vous le diront, parce que la Nature est ainsi faite et qu'il faut un mâle et une femelle pour reproduire l'espèce, il faut aussi un père et une mère pour faire un humain équilibré.
    Les animaux , eux-même, sont capables d'adoption, mais ils le font toujours dans le cadre d'une famille !

    Quant aux roles devolus aux uns et aux autres c'est une simple question d'amour!! Et d'acceptation de l'autre pour ce qu'il est, pour ce qu'il fait!!
     Ce dont les Humains manquent sûrement le plus, et dans nos sociétés qui se veulent évoluées, de plus en plus fréquemment!

  • Pingback: Argumentaires | Pearltrees()

  • Debatton

    Avant de parler du fond de l'article, et du sujet, je trouve dommageable qu'il s'ouvre sur quelques pointes de moqueries un peu exagérées. Le sujet est polémique, les sensibilités et susceptibilités de chacun aussi, et l'on voit dans la rue comme dans les journaux que chaque partie a le sentiment de ne pas être écouté ni compris par l'autre.
    Pourquoi alors démarrer votre article par ces pics sur les soi-disant clichés de la manif pour tous ? Il me semble qu'aujourd'hui encore, les hommes sont plus grands que les femmes... Comment pourrait-il y avoir quelquechose de sexiste à représenter l'homme un peu plus grand que la femme ? Vous indiquez un cliché dans la représentation d'une fille en jupe... Sauf erreur de ma part, cela arrive aux femmes de porter des jupes, pas aux hommes (sauf aux Ecossais peut-être, mais cela fera l'objet d'un autre débat :-)). Le ton employé pour préter des intentions machistes a tout va ne me semble malheureusement pas aller dans le sens de l'ouverture du débat, de l'écoute et de l'échange constructif...

  • http://www.facebook.com/profile.php?id=588909733 Mona Alkhoja

    Si nous suivons bien votre propos, c'est le principe général d'adoption qui serait une souffrance pour l'enfant dès lors... aussi bien par des couples homosexuels qu'hétérosexuels... 
    Par conséquent, selon vous, puisque l'amour ne peut se substituer au "besoin naturel" d'être intégré à sa "famille biologique" (disons géniteurs), l'adoption, en soi serait à proscrire?

  • http://www.facebook.com/serge.monmousseau Serge Monmousseau

    Première remarque:
    Aucun animal - fruit du hasard de la rencontre d'un ovule et d'un sperme - et, donc l'homme, n'a jamais demandé à venir au monde. 
    Deuxième remarque:
    Tout enfant cherche à connaître ses origines. Ce qui peut se prolonger, chez l'adulte, par un travail de généalogie, et selon sa curiosité, par l'origine de l'homme, du vivant, de la matière; en un mot par l'origine de l'Univers.
    A partir de ces 2 constats, la connaissance de l'histoire humaine nous montre que, nous, civilisés, occidentaux, sommes conditionnés par le monothéisme, religion abrahamique c'est-à-dire de la foi ou du livre, et qu'à ce titre nos sociétés sont par essence misogynes.
    Comment alors, objectivement, accepter des règles différentes des dogmes religieux qui vous rejettent obligatoirement dans l'hérésie ?
    La réponse a été donnée par les Lumières et introduite en France par la création de la République française "une et indivisible, démocratique, sociale et laïque". Seule la laïcité peut permettre d'échapper à la chape d'obscurantisme des religions pour affronter les réalités humaines et de l'Univers dont nous sommes les fruits et non le contraire. La science se remet en permanence en question, c'est ce qui permet de progresser dans le domaine de la connaissance. Elle est a-dogmatique; mais attention à son utilisation car comme Rabelais l'a fort bien formulé : " Science sans conscience n'est que ruine de l'âme." 

  • Pingback: Ce que la « manif pour tous » dit aussi des rapports hommes/femmes | Ladies & gentlemen | Parler Tout Haut()

  • http://twitter.com/angelik_anj Angélique

    Excellent article. Très intelligent.

  • bernard grandchamp

    Chère Madame,

    Par un de ces jeux de liens dont seul le web a le secret désormais, je me suis retrouvé chez vous, à la page "C'est prouvé: les papas féministes ont des filles plus brillantes"... Et je m'y suis très bien trouvé, au point d'avoir eu envie d'y vagabonder - déjà jusqu'à ce "post" dont je vous remercie.

    On ne dira jamais assez combien le plus difficile pour l'être humain, probablement en tout domaine, est de changer d'habitudes et de points de vue - tant les uns et les autres nous sont protecteurs. Et combien il est toujours sain de questionner les évidences, car chez l'humain très peu de choses "vont de soi" (autre manière de dire que chez l'humain peu est naturel, beaucoup est culturel, c'est à dire construit peu à peu - et sans modèle établi à jamais!)... Pour faire court, sachez que j'ai particulièrement apprécié - et fait mien - votre commentaire "La parentalité est faite de responsabilité, d'éducation et d'affection, et sa part génétique n'est qu'une dimension parmi d'autres"... Quant à ceux de vos commentateurs qui qui vous ont prêté des opinions que vous n'avez pas exprimées, ils me font penser à cette boutade d'Oscar Wilde : "Qu'est-ce qu'un égoïste? C'est quelqu'un qui ne pense pas à moi" ... 

    Bien à vous  -  Bernard Grandchamp   

    PS : à toutes fins utiles, ici le lien vers la cause première de ma présence chez vous http://myglobalbordeaux.com/ (en la personne d'une de ses contributrices)

  • lillou33

    je connais des homos qui on un enfant et il s'en porte bien, enfant de divorcé, je trouve que ma mére c'est trés bien debrouillée pour nous élever. Homos et hétéros sont identiques par l'amour qu'il s'apporte et qu'il se donne, alors pourquoi pas le mariage et le droit d'avoir des enfants.

  • Claire Caillarec

    Je réagis juste à la remarque de Thollon : je n'ai pas le sentiment d'avoir "bradé des ovocytes" mais contribué à donner de l'espoir sur le parcours épineux de futurs parents. Une goutte d'eau, certes, mais pas bradée à mes yeux.

  • Phil86

     "qui sacrifient leur épanouissement individuel sur l'autel du besoin des enfant" : c'est plutôt l'inverse, non ?

  • pollyzzz

    Je ne suis pas de la manif pour tous mais soit votre argumentaire me semble tellement décalé de la réalité qu'il m'a donné envie de poster un commentaire. Vous ne faîtes que travestir le débat en déviant sur des questions périphériques, ce qui nous éloigne du sujet au final. Exemple, je vous cite :
    "quand ce n'est pas essentiel ni franchement urgent dans les conseils
    d'administration des entreprises du CAC 40 ou la Banque centrale
    européenne. "

    Ou est le rapport avec la question du mariage pour tous ? Est-ce la faute des familles qui manifestent si les inégalités perdurent ? Sont-ce ces familles qui font les lois et régissent les moeurs du pays ?

    Idem avec votre premier paragraphe où vous jugez intéressant de commenter le logo des manifs pour tous représentant une famille. Mais à ce moment là, vous devez passer votre temps à être choquée non ? Quand vous allez aux toilettes au restau, les portes ne portent pas de logo avec une femme en jupe et un homme en pantalon pour distinguer les sexes ? Quand un nouveau né vient au monde, ne le vêtit-on pas de bleu ou de rose pour bien distinguer son sexe à nos yeux et à ceux des autres ? Oui, c'est cliché, on ne peut que le constater, mais réveillez-vous, c'est partout madame, et pas qu'à la manif pour tous, donc argumenter là dessus est au mieux une malhonnêteté intellectuelle et au pire un total hors sujet.

    Encore un exemple d'hors sujet.
    "Papa et maman, il n'y a pas mieux pour un enfant" (les parents veufs et célibataires et leurs enfants apprécieront)"
    Les militants n'ont jamais dit que seuls un père et une mère ENSEMBLE devait éduquer leur enfant, ils militent pour que demeure cette inscription de père et de mère dans la filiation, et estiment que puisque la nature ne permet qu'à un homme et une femme ensemble de concevoir, qu'on le vueille ou non, alors on ne devrait pas toucher à ce statut, et que de ce fait, dire à un enfant qu"il est le fruit de 2 femmes ou 2 hommes est un mensonge, ce qui est le cas, puisque ce n'est techniquement pas possible. Personne n'a dit que 2 hommes ou 2 femmes ne seraient pas capables de bien s'occuper d'un enfant, mais pour autant, l'un des 2 n'est pas le véritable parent et quelque soit le mode de conception, il n'en demeure pas moins que ce ne peut pas êtres SES parents puisqu'il vient d'un homme et d'une femme, que ce soit un donneur par insémination ou un enfant adopté.
    L'adoption par les couples homos, c'est comme si 2 hétéros adoptaient un enfant et lui cachaient qu'il avait été adopté, lui mentait en lui disant que ce sont ses vrais parents. C'est pareil, c'est un mensonge. Non, gérard et jules ne peuvent pas concevoir à 2 et être les parents d'un enfant. C'est pas un stéréotype comme vous dîtes ou moi qui le dit, c'est la nature, c'est comme ça.

    Que vous critiquiez la manif pour tous est une chose, mais faîtes le sur le fond des idées, et pas sur  des clichés, car pour l'instant, pour quelqu'un qui a démarré son article sur le thème des clichés, je trouve que vous êtes en plein dedans.

    Nouvel exemple :
    "Qu'un homme puisse tenir alternativement le rôle maternel et le rôle
    paternel auprès de ses enfants leur semble incongru. Qu'une femme puisse
    en faire autant ne les laisse pas plus sereins. Eux qui disent protéger
    le Code civil et se faire les apôtres des droits de l'enfant, protègent
    en réalité avant tout une conception (légèrement archaïque) des
    relations hommes/femmes. Le slogan sous-jacent, c'est "chacun à sa place
    et les structures de la société seront bien gardées". Même si cette
    société est inégalitaire et stéréotypale,"

    Qu'est-ce qui vous a permis de glisser sur le fait que le thème touchait le rôle attribué aux femmes et aux hommes dans la société ? Je suis opposée au mariage pour tous, pourtant mon mari est père au foyer et c'est moi qui travaille, donc en quoi une manif contre le mariage des homos vous permet de dire que cela signifie que les manifestants soient des rétrogrades hommes de cromagnon qui se partagent les rôles à la maison. Etes-vous dans l'intimité des familles des manifestants pour juger de la manière dont cela se passe ? Vous ne faîtes que supposer et superposer cliché sur cliché tout en faisant mine de les dénoncer. Le machisme est partout, alors si c'est cela qui vous horripile, regardez un peu du côté de l'assemblée nationale lorsque Duflot se pointe en jupe... C'était des manifestants ? Ah non... zut, ça marche pas.

  • Pingback: MariagePourTous | Pearltrees()