Vive l’informatique à l’école ! (faudrait juste des ordis)

A l’école, l’informatique est au programme. Normal, on est au XXIème siècle, me direz-vous. Détrompez-vous. Un rapide petit tour dans une salle informatique scolaire vous confirmera que l’école française est toujours au XXème siècle. Chaque année, on doit faire valider aux élèves ce qu’on appelle le B2i, le Brevet Informatique et Internet, qui comporte un certain nombre de compétences comme « prendre conscience des enjeux citoyens de l’usage de l’informatique et de l’internet et adopter une attitude critique face aux résultats obtenus » ou encore « découvrir les richesses et les limites des ressources de l’internet ». Dans les faits, ça se résume souvent à découvrir les limites des ressources disponible pour travailler correctement.

15 PC pour 350 élèves

Dans notre école, il y a 350 élèves. Dans la salle informatique, il y a 15 ordinateurs. En début d’année, on a fait un planning pour la salle info, chaque instit a choisi un créneau horaire. Ma classe, c’est 45 minutes le jeudi en début d’après-midi. Comme je n’ai pas 15 élèves dans ma classe mais 27, j’ai le choix : soit je mets deux élèves par ordi (enfin, un assis devant, un debout derrière, vu qu’il n’y a pas assez de chaises), soit je fais deux demi-groupes : un sur les ordis, l’autre en autonomie sur, disons, de la lecture.

Cette année, on a réussi à libérer la classe mitoyenne de la salle info, il suffit de se poster à la porte et de forcer un peu sur son strabisme naturel pour surveiller les deux salles en même temps, info d’un côté, lecture de l’autre. Je demande au groupe info d’allumer les ordis, puis je mets le groupe lecture sur les rails, explique ce que j’attends, répond aux questions des élèves, puis m’installe pour quelques minutes en salle info.

Goupil

Goupil

Les ordis n’ont toujours pas démarré. Ah oui, j’ai peut-être oublié de vous dire : on a de vieux PC merdiques, qui n’ont que 4 ans mais qui sont tellement pourris que je crois bien qu’on a touché un fond de stock de la Stasi issu du démantèlement de la RDA. Les TO7 70, MO 5 et autres Goupil de mon enfance étaient probablement plus puissants. Comme en plus, toutes les classes de l’école travaillent sur les mêmes ordis, qu’aucun enseignant n’a le temps de "nettoyer" les disques ou de défragmenter, il faut attendre 10 bonnes minutes avant d’arriver sur le bureau. Du coup, il ne reste que 30 minutes. Bon. Je retourne du côté du groupe lecture. En guise d’autonomie, la moitié discute et fait semblant de s’y mettre quand j’arrive, l’autre moitié ne m’a pas vu entrer et continue à discuter. Grondement.

Plantade et attente de chargement

Je reviens en salle info où les premiers écrans s’allument. Je lance les élèves sur un travail d’édition, avec recherche d’images sur le net, insertion dans un document text (oubliez word et office, vous êtes à l’école), mise en page et impression. Pour la recherche d’images, je préfère ne pas être trop loin. J’ai donné comme thème « animaux domestiques », mais on ne sait jamais sur quoi on peut tomber page 5. Le temps pour les élèves de taper correctement sur le clavier, de trouver l’animal et choisir la photo, je vais voir le groupe lecture, qui vient en moyenne d’attaquer le premier paragraphe de la première page. Grondement bis. Retour en salle info, où trois ordis ont planté. Redémarrage, je sens que ces trois-là n’auront même pas le temps de voir à nouveau le bureau. Les autres ont choisi leur animal, leur photo, et attendent : je ne sais pas pourquoi, le téléchargement des photos prend toujours des plombes. Peut-être parce qu’on a une connexion tout à fait pourrie (j’entends presque la musique caractéristique des modems 56 k de la préhistoire numérique…). C'est bête qu'ils aient détruit le Minitel. Pour le wifi, oubliez aussi. Les ondes.

Plus le temps de commencer

Antonin Moulard @ Flickr

Plus que 10 minutes, je rêve. Heureusement, Kevin a réussi à charger son image de bull-terrier, il peut commencer sa mise en page. J’en profite pour rappeler les règles et les usages. Détour rapide vers le groupe lecture, qui finit tranquillement la deuxième page, tant pis pour les questions, on les fera en classe. Les 5 dernières minutes, on les passe, avec le groupe info, à essayer de sauver les images chargées et à commencer la mise en page. Les 3 qui avaient planté viennent de retrouver leur bureau, super. Je leur dit d’aider les autres, de toute façon ils n’ont plus le temps de commencer.

Bon sang de toner

Kevin a fini, chouette, on va pouvoir imprimer, ça fera un exemple pour les autres, pour la prochaine fois. Enfin, si l’imprimante veut bien, c’est pas moi qui commande. Il faut dire qu’elle n’a pas été changée, elle, quand les ordis l’ont été (y avait quoi avant la Stasi ?). Je trifouille, j’ouvre tous les capots, les referme, je reboote, pendant ce temps je demande aux autres d’enregistrer et de quitter, mais surtout pas d’éteindre leur ordi (je pense à ma collègue qui va arriver, je vais lui faire gagner 10 bonnes minutes). Tout compte fait, le problème de l’imprimante, c’est qu’il n’y a plus de toner. Bon, tant pis, on va imprimer sur l’imprimante N & B, de toute façon son bull-terrier, à Kevin, il est noir et blanc. Bien sûr, comme une fois sur deux avec cette antiquité, j’ai droit au bourrage papier, avec option petit morceau de feuille coincé tout au fond. Comme c’est mort pour l’impression (ce que je ne regrette pas, au fond, un bull-terrier, en plus d’être vraiment moche, c’est pas un super exemple d’animal domestique), je demande aux élèves de se ranger dans le couloir, je passe prendre les lecteurs (« déjà ??? mais j’ai pas encore fini » ose Rania), j’essaie de régler le bourrage papier au passage, n’y parviens pas, prends mon rang et réintègre dans ma classe. Il est 14 h 25 quand mes élèves s’assoient à leur place, c’est bien, on n’a pas perdu notre temps.

Impossible d’installer des logiciels

http/philippe.aussel.free.frlogicielslogitheque.html

Le lendemain midi, avec les 4 élèves de mon groupe de soutien, pardon, d’aide personnalisée, je décide de travailler sur l’ordi de la classe. Il est un peu plus vieux que ceux de la salle info (sérieux, y avait quoi avant la Stasi ?), et il est difficile d’y travailler à plus de deux. Heureusement j’ai amené mon ordinateur portable, comme ça les élèves peuvent travailler par deux. J’ai bien été obligé d’amener mon ordi perso : j’ai voulu installer des petits logiciels gratuits sur le PC de la classe (des freewares tout bêtes, permettant de travailler sur les tables de multiplication), mais je n’y suis jamais parvenu. A chaque fois, l’ordi me demande si je dispose des outils administrateurs pour installer un logiciel. Non, je n’ai pas les outils administrateur, et le monsieur qui a les outils administrateur passe une fois par an à l’école. C’est ça l’Education Nationale, le principe de précaution poussé à l’extrême, jusqu’à l’absurde : impossible d’installer des logiciels libres et gratuits, pourtant diablement intéressants.

Voilà pourquoi je fournis mon ordinateur perso, qui en plus est bien plus rapide. J’ai installé le logiciel sur la multiplication en 15 secondes, les élèves aiment beaucoup et progressent.

« Evitez les blogs de classe, c’est un conseil »

Lors d’une formation en anglais, l’année dernière, on a passé une journée à créer un blog dédié, en nous montrant des tas de logiciels, sites et portails. Hyper intéressant. Le problème, c’est qu’à chaque découverte, le formateur nous disait : « Bon ça, je vous le montre, mais vous ne pourrez pas l’utiliser en classe, c’est pas libre de droits », ou encore « pour installer ces fonctionnalités, vous devrez disposer des outils administrateurs » (puisque je vous dis qu’on les a pas !). On s’est tous demandé à quoi bon nous présenter des outils inutilisables en classe…

En guise de conclusion, le formateur nous a dit : « De toute façon, je vous déconseille de faire des blogs en classe ou à l’école. Il y a eu beaucoup de problèmes ces dernières années, notamment s’agissant du droit à l’image et à la vie privé. Les familles ne plaisantent pas avec ça, la Loi non plus. Le cadre législatif est ainsi fait que vous serez toujours, vous instit, perdant. A vous de voir ». C’est tout vu.

La France, quart-monde numérique

Le numérique est une des priorités du ministre. Le budget alloué au numérique a triplé, par rapport à 2012, dans le projet de loi de finances de 2013, pour atteindre 10 millions d’euros.

En 2010, le rapport Fourgous révélait que la France se plaçait en 24ème position sur les 27 pays européens en matière d’équipement informatique à l’école. Un rapport du HCE (Haut Commissariat à l’Education) sur "Le numérique à l’école" détaille les carences : la France propose en moyenne 8,6 ordinateurs pour 100 élèves à l’école élémentaire (dans mon école, on est loin du compte) ; le matériel est renouvelé tous les 7 ans quand il devrait l’être tous les 4 ans ; près de 10 % des écoles n’étaient pas encore connectées à Internet en 2010 ; 3,5 % des classes de primaire étaient équipées il y a deux ans d’un tableau numérique interactif, contre 78% au Royaume-Uni.

Le numérique, les tablettes, la pédagogie online, les portails d’outils TICE, les salons du numérique scolaire, la technologie qui va révolutionner la manière d’enseigner, tout ça c’est super, mais on ferait peut-être bien de commencer par nous donner des ordinateurs, non ?... Quant à la formation des enseignants dans ce domaine, il est plus sage de ne pas aborder la question.

 

Suivez l'instit'humeurs sur Facebook (en plus, y a plein de commentaires).

 

A lire aussi

  • Alice Lonne

    Tout à fait ça.
    Dans mon école de zep rurale c est encore autre chose. Nous avons eu la chance d être doté d une armoire avec 9 ordinateurs portables il y a 2 ans, grâce au dispositif "école numérique rurale".
    - Ces ordinateurs fonctionnent en réseau : dommage que personne n est pris la peine de nous expliquer comment il marche.
    - le réseau est installé dans le bureau de direction (qui est aussi la classe triple niveau maternelle et la salle des maîtres) et n atteint pas ma classe (un préfabriqué situé à l autre bout de la cour).
    Résultat : pour utiliser les ordinateurs, je dois entrer identifiants et mots de passe sur les 9 machines, les transporter (à bouts de bras) et installer mes élèves à leurs tables avant qu ils ne se mettent en veille.
    - là on dit aux enfants d ouvrir le fichier installé sur le bureau, mais impossible de le trouver : avec la coupure du réseau, il n a pas pu traverser la cour.... on le reinstalle donc sur chaque ordi.
    - et là on devrait pouvoir se mettre au travail, mais c est sans compter sur les redemarrages automatiques pour les mises à jour....
    Autant vous dire que quand on a fait ce cirque quelques fois, on reporte à plus tard la validation des competences informatiques!

    • Lucienmarboeuf

      Edifiant !... 

  • Jarwal73

    Je me serais cru dans ma classe :) mais il n'y a pas de quoi rire en fait...

  • http://www.facebook.com/profile.php?id=100001121233080 Jerome Demageaux

    Dans certains collège (si si) c'est pareil !!
    Courage, fuyons !!

  • Frederic Roinat

    Un amical souvenir à un inspecteur de circonscription "mal comprenant", pour rester poli, qui il y a une bonne dizaine d'année a mis son véto pour que je sois recruté par la mairie d'une commune isolée, pour y devenir le "monsieur informatique", sachant que je saurais démarrer un PC avec un trombone ...

  • Dorothee

    Je me sens moins seule avec mon réseau traitre et mes ordis de la stasi !!! Quand les élèves réussissent à enrichir la page du site de la classe, c'est ambiance stade de foot dans la salle informatique (6 postes en état de marche hier)... Mais persévérons !

  • alain joie

    Bon, j'ai connu tout ça en début de carrière (promotion 81, oui 1900) avec le nanoréseau, puis j'ai été détaché 4 ans comme formateur TICE, mais j'ai arrêté quand j'ai compris que l'ordinateur en classe était :
    totalement inutile !!!
    Inutile de s'engager dans la course à l'équipement la commune ne suit
    pas : peu d'achats ou alors au dépend des autres crédits, récupération
    des vieux postes de la mairie dont même les secrétaires ne veulent plus
    (dans ma classe un windows 3.1 gonflé 95 puis 98).
    Inutile pour découvrir le monde informatique (le B2i) : ils ont tous
    chez eux les moyens d'accéder au pire de l'internet et ils prennent nos
    consignes comme les conducteurs prennent celles de la police (oui
    d'accord jusqu'au prochain virage).
    Inutile pour apprendre : tant qu'on joue avec, ça va, dès qu'il faut travailler l'élève s'enfuit de la même façon que devant son cahier ou son manuel. Et quand finalement on finit par les coincer devant un exercice d'apprentissage la résilience de l'acquisition est la même qu'avec tout autre moyen aussi désuet soit-il que la copie du tableau (noir) sur le cahier avec un stylo (bille).
    Alors beaucoup de temps perdu (voir l'article) et à l'arrivée on passe pour des charlots devant nos élèves qui en font autant en 30 secondes avec leur portable (téléphone ou ordi).
    Maladie habituelle de l'éducation nationale dès qu'elle essaie de suivre les modes (informatique, langue vivante...) en décrétant que tous les enseignants doivent le faire, en sont capables et qu'étant français (pour qui rien n'est impossible) ils sauront le faire avec une ficelle, un trombone et quelquefois un coup de pied au cul ! (métaphorique, bien sûr le coup de pied au cul, car l'IEN ne s'abaisserait pas à ça, il se contente du rapport d'inspection)

    Alain (55 ans et encore 10 ans à faire)

  • Sablefin

    Réaction d'une instit en retraite: 3 ordinateurs dans ma classe, dont au moins toujours un en panne.
    On passe effectivement pour des rigolos, car les élèves ont chez eux du bien meilleur matériel.
    Mais l'Education Nationale, c'est ça. Enseignante de 1970 à 2006, il n'était pas question en début de carrière, d'informatique, mais il fallait individualiser la travail. Comme on ne nous a jamais donné les moyens d'acheter ce matériel (faut pas gaspiller l'argent de la commune, de notre temps, on a travaillé sans, donc pourquoi changer?), j'ai dû acheter avec mes propres deniers, livres à découper, fiches bristol, pochettes transparentes, classeurs... pour fabriquer ces fichiers pendant mes vacances. Mais pas grave, tout le monde sait qu'on est grassement payés et qu'on est des fainéants toujours en vacances.
    Courage à ceux qui démarrent!

  • Lyseam

    Tout à fait d'accord avec Alain Joie. En particulier sur le fait que c'est inutile pour apprendre dans le cas général, inutile à l'instruction et à la structuration du cerveau.

    Le problème demeure que, étant imposé par l'EN, le support informatique (hors internet aussi) se retrouve au niveau des épreuves (de maths), aussi, dès le brevet (2012 par exemple). Donc les profs sont bien obligés d'utiliser des heures pour montrer Excel (par exemple). Là le bât blesse car il n'y a pas assez d'heures de maths pour à la fois faire un cours avec exos (et les contrôles etc) ET montrer l'équivalent ou  à peu près sur ordi (ce qui, en plus, ne sert à rien si le chapitre n'est pas compris hors champ informatique).
    Certes pas mal d'élèves savent écrire des emails (ou autres "échanges"-ou affichages- internet) et peuvent , peut -on penser, se mettre à Word (ou équivalent) sur un clavier. Mais bien peu  s'engagent à la maison à explorer un tableur comme Excel !

    Remarque à propos des problèmes possibles : sans compter les petits malins (à partir du collège-?-) qui s'amusent à tripatouiller pour buguer, effacer.... "contre" eux-mêmes ou "contre" le camarade qui doit partager son dossier ....etc...etc ....

  • Thierry

     Excellente évocation de ce que le prof des écoles lambda vit dans son école chaque fois qu'il est motivé à bloc pour attaquer la face nord de la salle informatique (11 postes dans la notre avec au minimum 26 élèves dans chacune de nos 6 classes : ce n'est pas gagné d'avance). Au moins, on peut en sourire !

  • Celestine

    La vraie refondation de l'école, elle passera par l'élimination de toutes ces "choses" parfaitement inutiles et qui polluent le temps scolaire et le cerveau des élèves. On apprend tout et rien, on fait n'importe quoi, le bédeuzi est une vaste foutaise, personnellement je le valide à tous mes élèves puisqu'ils savent tous se servir d'un ordi mieux que moi. Mais il y a aussi l'hygiène dentaire, le brevet routier, la pose du préservatif, le téléthon, le jardinage, le tri sélectif, les pièces jaunes, j'en oublie des caisses, purée qu'est-ce qu'on aurait comme temps pour apprendre à lire , écrire et raisonner si on faisait valser toutes ces c........ Hein? non je m'énerve pas, Madeleine, j'explique aux gens!

    • Elodieclaire

      Suite du précédent message...
      Il ne faut pas publier le budget mairie ... Et si il n'y a pas ces possibilités, il y a la débrouille... Demande aux sociétés qui renouvellent leur parc informatique tous les 4 ans et qui dans la plupart des cas jettent ( et oui!!!)leur ancien matériel... Quand a la présence des formateurs EN ils passent plus d'une fois par an ... Sont débordés... Et font le double d'heures d'un enseignant lambda vu que pour former les enseignants c'est quand meme mieux quand ils n'ont pas d'élèves!!! Par conséquent, en général les journées font plutôt du 8h 19h non stop plus les mercredis plus les préparations ....Ces i formations sont véridiques

    • Elodieclaire

      Deuxième suite...
      pour terminer, on ne travaille pas sur un outil ni sur le jardinage, le tri sélectif...on les utilise justement pour apprendre à lire, écrire, raisonner , ce ne sont que des supports ...
      Signée : une formatrice en OUTILS Tice

    • http://www.facebook.com/isabelle.fresnel.5 Isabelle Fresnel

       Bien d'accord avec toi Celestine !
      ISA-PE

  • ZZzzZzzz Bruno

    Bonjour,
    merci pour ce excellent article.

    je suis papa d'une élève de ce1, je donne les cours d'informatique 1 fois par semaine vu que la maîtresse faute de formation se sentais un petit peut perdu ^^

    points positifs: 15 ordinateurs tout neufs et un espace dédié et un réseaux que fonctionne.( même se a leur installation ils on mis les écran dos aux fenêtres )

    points négatifs: les même que vous citez plus haut dans l'article et ceux sur les commentaires, le plus gros problème reste  l’accès au compte l'administrateur ou manque d'un interlocuteur pour pouvoir installer et/ou configurer les ordis, un ordinateur pour le B2I ( cycle 1,2 et3) a besoin d’outils adapté a ce niveau.

    Avec la fracture numérique  déjà existante on ne me donne pas les moyens améliorer la situation.
     
    je vais vous donner des chiffres "a vu d’œil" su une classe de 30
    élèves ce1 a jean mace Argenteuil ( ça ne reste que mon opinion bien en dehors des critères de notation puisque je ne suis pas enseignant  )

    sur 30 élèves:
    8 non pas de PC a la maison 11 disent avoir leur propre PC / Tablette les autre c'est l'ordi des parents/frères

    se je doit noter les élèves  sur leur connaissances en informatique de 1 a 20 en debout d’année ( au debout des cours ) 1 serait l'enfant avec moins de connaissances et 20 celui que arrive déjà avec très bon niveaux.

    note de 1 a 5 -->    1 enfants ( ce gamin a des difficultés dans toute les matières)
    note de 5 a 10 -->  25 élèves
    notes de 15 a 20 --> 4 élèves

    je ne
    place personne entre 10 et 15 volontairement  parce que l’écart est trop grands entre
    eux. il existe bien une fracture numérique entre ces gamins.  ici je parle bien de leur connaissances en info au debout et pas leur aptitude a évoluer.

    • Fled

       J'espère que vous n'êtes pas chargé de l'orthographe... Pour information le B2i concerne les élèves de cycle 3 même si les activités utilisant les nouvelles technologies sont proposées dès l'école maternelle.

      • http://www.mauvaisemere.fr/ Emma Defaud

        Vous êtes méchant de le reprendre sur son orthographe, son témoignage reste intéressant.

      • Elodieclaire

        Pour reprendre votre commentaire, le b2i concerne tous les cycles et non pas que le cycle 3...Ce que nombre d'enseignants pense à tort. Trop de chose serait soit dit en passant l'affaire du CM2 et si l'on devait tout faire au CM2 cette classe durerait au moins deux ans...Hormis cela, le numérique quel qu'il soit est un outil, certes dans certaines classes vétustes et pouvant être remplacé ne l'oublions pas pas uniquement par l'éducation nationale

      • Guy Larrouy

         Je pensais que le B2i était validé en fin de cycle 3. Les programmes de l'école prévoit l'informatique dès le cycle 1  pour la compétence 1 du B2i ( allumer un ordinateur, se servir de la souris etc.....) et cette compétences peut être validée avant d'arriver au cycle 3 .

      • ZZzzZzzz

        Monsieur @Fled votre commentaire ne sert strictement a rien, visiblement vous préférez déprécier ma contribution que apporter la votre pour une  discussion  efficace  et positif.

        Mon orthographe laisse a désirer ?  je le savait déjà, malheureusement on a pas tous eu le même parcourt scolaire voire les mêmes chances d'y accéder.

        De ce que est de votre 2eme affirmation « Pour information le B2i concerne les élèves de cycle 3 »  
        je ne peut que vous inciter a vous documenter et/ou a changer vous sources .

        L'obtention du B2i valide les compétences en fin ce cycle 3 mais acquises dés l'école maternelle.

         
        le Referentiel_B2i_ecole_decembre_2011_202826.pdf  donne 5 domaines a évaluer en fin de cycle 3 mais ne dis pas quand l'apprendre aux élèves.
        Ne croyez vous pas  que attendre le cycle 3 pour expliquer ce que est une souris ou un clavier  ne soit pas trop tard ?

        Voici un document vu sur le net ( désolé je ne cite pas l'auteur je sait plus ou je l'ai trouvé ) sur le quelle je me suis appuyé pour prépare mes cours.

        http://ubuntuone.com/0T2kcG4aSRIBQAaxVHwXbO

        juste pour vous préciser, je ne suis pas instituteur, mon but d'aller tout les lundi a l’école reste dans le domaine du bénévolat, pris sur mon temps libre, et a terme leur permetre

        <!--
        @page { margin: 2cm }
        P { margin-bottom: 0.21cm }
        A:link { so-languade faire preuve d’esprit critique

        sur les nouvelles technologies et pas celui de détracteur.
        Bruno "ZZzzZzzz"

  • Dominique

    Rien ne change tout passe!!! J'ai dans ma classe un ordi pour 27 élèves il tourne sous windows 95. Autant dire qu'il ne tourne plus, un disque dur de 5 GO. 18 mn pour enfin voir apparaître l'écran d'accueil... Il décore mon fond de classe c'est tout! J'ai demandé à la coordo du RRS un budget pour avoir des ipad, y'a pas de budget pour ça! De toutes façons il n'y a de budget pour rien! l'an dernier une partie du plafond s'est effondré à la cantine car il y pleuvait comme dehors et il pleuvait sur le sapin de Noël de ma classe. Quand il y a trop de vent les fenêtres de ma classe s'ouvrent toutes seules. Et tout va bien!!!! Mes CP et moi-même avons le moral mais pour combien de temps encore???
    C'EST AFFREUX!

  • Jeanpierre Jagueneau

    et moi qui croyais que j'étais la seule à ne pas maitriser l'informatique et qui culpabilisait de ne pas trop faire travailler sur le seul ordi que j'ai dans ma classe pour 27 éleves!!!!merci !merci!!!pour vos témoignages!!!

  • Jacques Bozzorey

    Ecoutes Man, Sarko s'est acheté un avion tout neuf, on ne peut pas tout faire quand même !! Et il est parti en laissant une grosse ardoise, tu pourrai comprendre ça quand même.....

  • http://www.facebook.com/profile.php?id=1368303829 Maryse Jannini

    la toute puissance du monde educatif ne peut pas tout resoudre. certes il y a des gosses qui n'ont pas acces, mais ils sont de plus en plus rares. mais il y a aussi des gosses qui ne savent toujours pas lire meme en sortant de primaire direction le college, et ils sont de plus en plus nombreux, et LA, ca devrait inquiéter!!!!l'ecole primaire et college devraient revenir à des fondamentaux, à faire en sorte qu'un gosse de 10 ans, sache lire, ecrire et compter avec au moins la moyenne. et forcement si on perd son temps dans des options d'ouverture d'esprit, de decouverte du monde... eux, ceux en difficulté, ils n'y arrivent toujours pas!

  • Jmpoulard

    Que de singuliers raccourcis et de plaintes ! Certes, la situation matérielle des écoles est loin d'être partout reluisante (et repose totalement sur la compétence du Directeur des Services Informatiques de la commune), mais même avec une salle informatique pleinement opérationnelle, on retrouve là un discours que nous tenons souvent dans nos écoles, et souvent également à destination des parents. 

    Notre véritable problème, c'est notre manque de formation et de supports efficaces dans ce domaine, si l'on n'a pas de compétences ou d’appétences personnelles. Les échanges de service et décloisonnements sont encore rares dans le domaine des TICE.

    Et puis, bien naïf l'enseignant qui arrive avec sa classe au gymnase sans avoir vérifié le matériel ou l'état du lieu avant. Il en est de même pour les postes de travail, d'autant plus dans une salle informatique que l'on sait peu entretenue : on passe juste avant démarrer les PC et installer les mises à jour.

    Alors non, en effet, nous n'avons pas toujours les meilleures conditions matérielles, mais une fois le constat fait, même de façon caricaturale, passons au delà et avançons. Sinon nos PC flambant neufs prendront tranquillement la poussière jusqu'à leur obsolescence et nos successeurs se plaindront de travailler avec de vieux PC, à la façon du pélican de Desnos. 

    • marboeuf

      Que de condescendance, cher Jmpoulard... Mais peut-être vous manque-t-il d'un peu de second degré, lequel vous aurait permis de percevoir l'humour et l'ironie du billet ! Bien entendu, je suis dans la caricature : cela s'appelle un exercice de style. Je pense cependant qu'il était aisé d'y voir autre chose... L'idée est, non de se plaindre, mais de présenter au grand public les obstacles que l'on rencontre tous les jours afin de témoigner des conditions de travail des élèves, et accessoirement, des nôtres. Fort heureusement, si j'en crois les commentaires (ici et ailleurs), l'écrasante majorité des lecteurs l'aura compris...
      Chaque anecdote rapportée est vraie, tout enseignant l'aura remarqué, je les ai simplement agrégées. Maintenant, puisqu'il faut vous dire les choses sérieusement : bien sûr que j'allume les ordis vers 13 h 20, avant d'aller chercher mon rang (de la même manière que je prépare le gymnase pendant la récré) ; je vérifie même s'il reste du toner ; bien sûr que malgré les difficultés j'avance, en informatique comme dans tous les domaines, et j'arrive même à valider le B2i, figurez-vous !
      Bref, méfiez-vous du premier degré, il empêche parfois de saisir l'essentiel... :-)

      • Jmpoulard

        Vous savez, dans le premier degré, on manque singulièrement du second. C'est sans doute pour ça que la vision purement ironique et caricaturale m'a échappé. Mais je crains, à la lecture des commentaires, ne pas être le seul à mal percevoir le second degré, beaucoup prennent cette caricature comme un simple témoignage.
        Oh, et quant à la condescendance, sachez que je la réserve aux meilleurs. Beaucoup ne la percevraient même pas. (Mise en abyme, et retour du pélican). ;-)

  • Oh c’est pareil chez moi

    Articles et commentaires super intéressants ! Pour info, je suis prof en collège et ... devinez ... c'est exactement la même chose. Etonnant, non ? ;-) 
    Allez, salut et bon courage !

  • http://profile.yahoo.com/Y4B2W6HTYS75TSBHHXFEUEAIXY Philippe Reynaud

    C'est toujours pareil avec les instituteurs ou professeurs des écoles, ils sont les premiers a critiqué mais, dès qu'il s'agit de réformer le "Mammouth", ils font grève pour que rien ne bouge.
    Situation typiquement française.

    • Pick

      Quelle critique étonnante de la part d'un retraité de 49 ans ...

    • Pilautest

      C'est toujours pareil avec "certains": Dès qu'un enseignant émet une critique ou un regret, c'est un "Vilain Pas Beau" qui ne veut rien changé et qui campe sur ses "privilèges"
      Un peu rapide et basique comme raisonnement, non?

      Dans ce témoignage, je vois plutôt quelqu'un de concerné, qui essaie de bouger et de s'investir pour ses élèves.
      Même si les faits relevés ne témoignent pas d'une vision très optimiste, je comprends la frustration de cette personne et son regret que cette mutation sociétale ne soit pas prise avec plus de sérieux.

  • Joel Tetard

    Installer UBUNTU  sur de vieux PC leur redonnerait un sacré coup de jeune et réglerait une grande partie des problèmes de lenteur et de puissance insuffsante ...

    L'ergonomie est quasi idnetique à celle de Windows et la très très grande majorité des programmes sont gratuits.

    Je suis surpris que l'Education Nationale n'ait pas développé une "distribution" Linux adaptée aux besoins des Elèves (avant les besoins des enseignants ...).

  • Joel Tetard
  • aslan

    Salut, je suis l'administrateur de tes ordis !

    Pour rester dans ton ton, je te ferais bien enlever toute ta salle info pour avoir utilisé tous ces beaux crédits d'investissement et de fonctionnement à apprendre à nos mômes à imprimer des clébards. Je la donnerais à quelqu'un qui aura un vrai projet pédagogique.
     
    Ahhh, ça fait du bien ! Mais, passé cet utile défoulement, avançons un peu ensemble:

    De mon point de vue, l'essentiel, et c'est ce que prouve ton billet, c'est que le problème n'est pas le matériel mais sa gestion et son adaptation à l'usage pédagogique. A tout prendre, il vaudrait mieux se limiter à apprendre l'informatique et Internet au tableau que devant des ordinateurs rendus poussifs par les systèmes de sécurité et de télémaintenance, et mal entretenus car trop nombreux pour les moyens associés. Mais nos hiérarchies respectives ne l'entendent pas ainsi, il faut faire du chiffre et présenter le plus haut taux d'équipement et sa plus belle croissance, c'est la priorité. Mais à masse salariale égale, ou plutôt inférieure, bien sûr, et tout de suite. Pas question de prendre des risques, pas question d'investir dans la réflexion à long terme. Résultat: du mauvais produit industriel, à peine adapté, sous-exploité. La honte.

    Aussi, je te le dis, camarade, ce qu'il nous faudrait c'est une bonne révolution ! Et autant dans ta pétaudière que dans la mienne !

    P.S @Joel: Edubuntu n'est pas la solution, et à peine un moyen. Voir LTSP Cluster et le projet MILLE pour du Linux éducatif industriel de qualité.

    • Synch

      Effectivement, étant CTO dans une PME, il me semble que pour les écoles faute de personnel technique sur place une solution serait des clients légers sur place qui se connectent en VDI (ou "bureau à distance") à des postes "virtuels" hébérgés dans des datacenters gérés par l'education nationale (avec les équipes technique derrière). Là on pourrait laisser les droits d'admins aux enfants/enseignants sur leur VM, de toute façon elle serait réécrasée (remise à blanc) à chaque démarrage, par ex. Et en cas de pépin physique, les terminaux se remplacent en 10 sec (si on laisse un petit stock dans une armoire).
      Seul inconvénient : prévoir de bonnes connexions entre les écoles et les datacenters en question, même si avec les progrès de la technique ça pourrait ptet passer sur une freebox :p

      Aparté : si des mini logiciels éducatifs "simples et gratuits" nécessitent les droits d'administrateurs pour s'installer en 2012, c'est qu'ils sont mal codés ! Double-cliquer sur un .exe stocké sur une clé USB devrait être tout ce qu'il leur faut...

  • Patrick

    Au vu de l'âge des machines de l'école de ma fille j'ai voulu donner 2 PC que j'avais remis en état, un peu anciens mais tout à fait fonctionnels. La directrice de l'école a refusé car si les PC ne sont pas achetés neufs, elle n'a pas de droit d'allouer un budget "maintenance" pour ces machines. Tout ceci alors que je m'engageai à assurer gratuitement la maintenance et l'évolution de tout le parc informatique de l'école (câblage du LAN, remise en état de ce qu'il était possible, etc... ) 

  • http://www.facebook.com/people/Chloé-Baudelot/100000013455293 Chloé Baudelot

    Et bien moi, cher Lucien, qu'est-ce que j'ai ri en lisant votre (ton) article !!! (bah oui, on tutoie beaucoup dans l'EN)
    J'ai pensé aux 2 pauvres ordis que j'ai à l'école (windows 98 et millenium) que j'ai obtenus en harcelant la mairie : "Les ordis (de deux ans d'âge) de l'IUFM vont être changés, demandez au Conseil Général à pouvoir en récupérer !!!". Bon, de toute évidence, ce ne sont pas ceux-là qu'on leur a refourgués...........
    J'ai aussi pensé à l'ordi que j'ai pour la direction (millenium aussi). J'en demande un nouveau depuis 4 ans... et à l'imprimante dont les cartouches ne sont dispo que sur commande (ça veut tout dire) et qui met 2 minutes pour me sortir une page de texte...
    Vaut mieux en rire ! ;)