Mon cher samedi matin



Mon cher samedi matin,


Ca fait longtemps que je veux te faire ce petit mot ; je l’ai longtemps remis à plus tard, ne parvenant pas à formuler simplement ce que je voulais te dire. C’était pourtant bien simple : tu me manques terriblement… Je ne pensais pas que ta disparition mettrait en évidence avec une telle force ta présence passée.


Il faut dire que tu n’as pas été remplacé. Oh, il y a bien des mercredistes qui tentent de t’’imposer un substitut… Peut-être cela soulagera-t-il tes anciens camarades de la semaine, ces 4 autres jours qui eux aussi te regrettent ! Les pauvres ont morflé après ta disparition : tant de choses à faire que tu prenais en charge (rien n’a été supprimé de ce côté…) et qu’ils doivent désormais assumer ! Ils ne sont pas équipés pour cela, tu le sais bien. Alors ils sont devenus plutôt tendus et nerveux, tous les 4 (un peu moins vendredi, qui a toujours été plus cool que les trois autres, c’est sa nature). Je crois que c’est lundi qui a le plus changé : c’est plus dur de s’y remettre après le weekend désormais, et il est à la fois mou, comme absent à lui-même, et frustré, conscient du mal qu’il a à y parvenir. Quant à moi je cours, la journée, la semaine, la journée suivante et la semaine d’après, sachant que tu ne seras plus là pour m’aider, petite oasis.


… Tu sais ce qui me manque le plus ? Ton atmosphère, cette tranquille disposition au travail, ce rapport apaisé que tu nous offrais aux savoirs et aux apprentissages. Avec toi nous étions comme plus proches les uns des autres, à partager ta réalité ouateuse qui n’appartenait qu’à nous. Entre nous régnait une sorte de calme complicité, propice aux déblocages et aux réussites. Tu étais le cadre parfait pour une autre approche des choses, pour mettre en place d’autres voies, pour tenter par d’autres biais, partant de ce qui n’avait pas marché les autres jours. C’est avec toi que je suis arrivé le mieux à « différencier », ce gros mot, à fonctionner en petits groupes, en ateliers, à reprendre de la semaine écoulée les difficultés de chacun et tenter d’y trouver cette fois le remède idoine.


Voilà ce que tu me fournissais que les autres ne peuvent me donner : le décor à tout ceci, le parfait écrin. Parfois je mettais de la musique, Mozart, ses sonates pour piano surtout, qui prolongeaient joliment cette aura. Nous parlions moins fort, plus aimables, nous pensions mieux ; tous étaient là, bien là, ensemble et chacun pourtant suivant son rythme.

Je l’assure, mes sens ne me trompaient pas : tu avais ton odeur bien à toi.


La sonnerie finissait par retentir, nous n’étions pas pressés de partir. Nous savions que nous allions nous quitter plus tôt que les autres jours, que nous retrouverions ensuite nos vies et ceux que nous aimions, mais la perspective de se revoir vite nous était douce, malgré un weekend tronqué.

Et, cela m’a toujours frappé, le lundi qui te suivait nous voyait nous retrouver comme si nous ne nous étions pas totalement quittés. Un je-ne-sais-quoi nous liait à toi par-delà le repos dominical et faisait sens, continuité. Ces lundis-là les volontés à nouveau fraîches et l’élan commun nous portaient ; peu de temps perdu, pas de blablas vains, on reprenait où tu nous avais laissés : pas si loin.


Peut-être est-ce moi, après tout, qui te voyais alors différent sans que tu le fus tant que ça, et qui te vois aujourd’hui à part quand tu ne l’étais peut-être pas ?... Je suis bien conscient également de ce ton de naphtaline que tu crois déceler, mon cher samedi matin… Je te fais confiance, tu me connais, ce n’est pas moi. Et puis ne t’y trompes pas : il m’est bien agréable de ne plus me lever, moi aussi, et de profiter des miens !

C’est juste que, parfois, je donnerais bien quelques heures de sommeil pour de nouveaux samedis matins.

Tendrement,

Lucien.


Et vous, instits, parents, quel souvenir gardez-vous du samedi matin à l'école ?... Commentez donc !


A lire aussi

  • http://princesseroulett.canalblog.com cécilou

    Très bien exprimé... je suis d'accord, rien ne vallait et ne vaudra le samedi matin .

  • Chris_Tophe

    Ah non pas d'accord!! Rien ne vaut le MERCREDI matin! La coupure du mercredi est fatale et il est aussi dur de s'y remettre le jeudi matin qu'un lundi. Qu'on ne se trompe pas, avant la semaine de 4 jours, la majorité des départements travaillaient le mercredi matin: plus de cohérence avec le collège, plus facile de s'organiser selon moi.

  • Pingback: Rythmes scolaires : et les programmes ??? | L’instit’humeurs()

  • Pingback: Rythmes scolaires: et les programmes? | news-infos.com()

  • agnes

    Pour ma part , si ma petite dernière va à l'école à la rentrée le mercredi matin, comme ses frères collégiens, je pourrai travailler l'année prochaine. Si ce n'est pas le cas je devrai compter les heures et voir si mon emploi du temps de maman colle avec celui de travailleur précaire, n'accepter qu'un minimum d'heures et dans ce cas, comme cette année, travailler à perte (la cantine me coûte plus cher que ce que travailler me rapporte)dans le seul but d'avoir un jour quelques points retraite supplémentaires.

  • Pingback: Peillon : les instits seront les dindons de la farce | L’instit’humeurs()

  • http://www.facebook.com/profile.php?id=100001670715467 Elsa Grandadam

    Merci! c'est exactement ce que je pense... dans la mesure où les programmes sont allégés... Sinon, ça ne servira à rien de se lever "encore un matin, un matin pour rien"... Bon dimanche... 

  • Pingback: Réforme scolaire Peillon vue par un instituteur | Denfs()

  • JC83

    J'arrive après la bataille, mais puisqu'on parle de la réforme des rythmes scolaires et qu'elle va hélas entrer en application dans certaines communes à la rentrée 2013, je suis tombé sur votre article.
    Je suis entièrement d'accord avec vous : pour moi, et tous mes collègues, ce samedi-matin était le meilleur jour de la semaine et les gens qui sont à l'origine de sa suppression partielle (en 1988, 1 sur 3) puis totale il y a quelques années sont de dangereux irresponsables.
    D'autre part, pour la préparation et la correction du travail scolaire, la journée du mercredi m'est indispensable car elle me permet un travail de recherche et d'information (bibliothèques, centres de documentation, librairies) que je ne peux effectuer les autres jours et une possibilité de revenir et réfléchir sur les productions de mes élèves sans avoir constamment la tête dans le guidon, d'effectuer des corrections de longue haleine...
    Tout cela devient difficile voire impossible en travaillant le mercredi-matin. Cette année, par le jeu des animations pédagogiques diverses et des ponts rattrapés, c'est ce qui s'est produit 5 semaines durant au cours des mois de mars/avril. Eh bien, petit à petit, j'ai perdu le fil d'un travail essentiel pour les gamins, l'expression écrite (sans pouvoir le retrouver), pour ne citer que le plus important.