Toxicité des OGM : le retour de l'étude controversée [Séralini]

Gilles Eric Séralini vient d'annoncer (24 juin) qu'il republierait son étude sur la toxicité des OGM, une étude qui lui valu en 2012 un lynchage par la communauté scientifique. D'abord publiée dans Food and Chemical Toxicology, cette étude analysait les effets du pesticide Round Up combiné au Maïs NK603 sur une population de rats. Alors attaqué sur son manque de "méthode scientifique", G.E. Séralini avait vu son étude retirée de la revue, curieusement au moment au Richard Goodman, ancien biologiste de Monsanto, intégrait le comité éditorial de Food and Chemical Toxicology.

Une (re) publication prévue en 'Open Source'

« Nous avons eu des propositions de cinq éditeurs pour republier l'étude et nous avons choisi Environmental Sciences Europe (groupe Springer) car cette revue fonctionne en “open source”, ce qui va permettre de mettre à la disposition de toute la communauté scientifique les données brutes », a indiqué Gilles-Eric Séralini.

Enrichi de nouvelles analyses statistiques, l'article s'appuie sur les mêmes données que la publication de 2012. Celle-ci, selon ses auteurs, avait démontré des effets toxiques du Roundup, l'herbicide le plus utilisé au monde, sur des rats, relevant « de graves perturbations hépatiques et rénales, ainsi que des hormones sexuelles et l'apparition de tumeurs mammaires ». [...]

Le biologiste a réitéré sa demande de publication des données brutes des études de toxicité conduites par les industriels dans le cadre de l'homologation de leurs produits. « Nous livrons aujourd'hui nos données brutes, nous aimerions qu'il en soit de même pour les industriels comme Monsanto », a déclaré M. Séralini. « L'opacité sur les données des industriels est aujourd'hui complètement anormale, c'est une anomalie scientifique »

Une étude menée dans le plus grand secret

"Tous Cobayes ?" Un film de Jean Paul Jaud sur l'étude Séralini (Bande Annonce)

Related Posts:

  • chaminou macherot

    France TV info est il un
    site militant ou un site d’information ?

    Il n'y a pas de controverse scientifique. L’étude en question ne montre nullement la toxicité de la plante OGM ou du glyphosate (au contraire les rats qui boivent du glyphosate ont une durée de vie plus longue, mais ce n'est pas non plus statistiquement significatif).
    Malgré ces résultats, les auteurs persistent à déclarer l’existence d’une
    toxicité en prétendant qu’elle aurait échappé aux autres études. Ces autres
    études, quels que soient leurs auteurs, industriels ou laboratoire académiques, utilisent des tests fiables et reconnus, basés sur l’intoxication chronique avec des fortes doses et sur des temps courts. Ces tests détectent parfaitement la toxicité de molécules largement consommées comme la capsicine du piment. L'objectif de toute cette affaire n'est absolument pas d'avoir raison dans un débat scientifique (la crédibilité scientifique des auteurs est perdue depuis longtemps). Il s'agit:

    1/d'inquiéter l'opinion publique

    2/ de déplacer le débat vers les procédures d’homologation
    pour les rendre plus longues et plus coûteuses

    3/ d’induire le doute sur l’indépendance
    et la compétence des experts de la science « officielle »

    4/ d'apparaître comme une victime de cette même science

    Et ce pour des raisons stratégiquement, délibérément (et intelligemment) militantes et politiques.

    • hahusseau

      Un collabo' !!! C'est tout ce que vous êtes !!!! Ca fait belle lurette que l'opinion publique s'inquiète, parce qu'elle est MALADE !! Dans toutes les familles il y a des malades, des couples stériles, des enfants et des adultes handicapés à cause de vaccins toxiques entres autres, le cocktail que l'on nous propose est impressionnant au final, DJA ou pas !! L'opinion publique met en place sa résistance aussi, ça suffit !! Allez "troller" en enfer plutôt. Avec ma considération toute relative...

    • lorraine tilbury

      bravo chaminou macherot pour ce commentaire qui reflète aussi mon opinion. Et oui je fais partie des "vilaines" qui travaillent dans ce domaine en tant qu'expert toxicologue payée par les industriels...alors vous pouvez maintenant ignorer tout ce que je dis si cela vous arrange!

    • Oriane Mtz

      Vous croyez sincèrement à ce que vous dites ?
      Cela me fait extrêmement peur qu'on soit si ignorant à ce point....
      Mais, ces tests montrent des limites et pour enfin avoir des "preuves scientifiques" (même si je pense que y'en a pas besoin vu tous les incidents qui sont survenus), il faudrait faire beaucoup plus de tests OBJECTIVES sur la toxicité des pesticides et des OGM. et pour avoir des avis objectifs il ne faut pas qu'elle soit réalisée par des parties prenantes (pas de firmes multinationales, fabricants de produits phytos, ni d'écolos...)

      • chaminou macherot

        Bonjour

        C'est drôle que cette discussion continue après des mois.

        Un principe de base de la pratique scientifique est qu'on ne peut pas prouver que quelque chose n'existe pas. Donc il est impossible de prouver qu'une molécule quelconque ou qu'un OGM n'est pas toxique. Par contre les agences sanitaires nationales et internationales ont mis en en place des tests de toxicologie standardisés qui permettent de dire qu'en deça d'une certaine dose, ou d'une certaine durée d'exposition il n'y a pas de toxicité détectable. Les OGMs qui ont été testés ont largement passé tous ces tests. Notez qu'"OGM" ne veut rien dire en soi puisqu'on a affaire à différentes plantes avec différents transgénes, il faut donc les tester au cas par cas. Sans même les tester, et sauf si on voulait y introduire délibérément une molécule toxique, on pouvait prédire qu'il ne sont pas toxiques puisque les modifications génétiques sont minimes par rapport à celles qu'on subies les plantes cultivées dans leur 8000 ans d'histoire. Concernant les pesticides (insecticides, fongicides), ils sont souvent toxiques, c'est pour ça que leur utilisation est très réglementée et que l'on aimerait bien arriver à limiter leur emploi en dans l'agriculture. C'est un vrai problème car prés d'un tiers des récoltes mondiales sont détruites a cause des pathogènes, donc on a du mal à s'en passer. Néanmoins la plus grande source d'exposition aux insecticides (hors agriculteurs) est le traitement des animaux de compagnie (chiens, chats). Concernant les herbicides, comme le glyphosate, dont il est question dans cette étude, ils sont souvent peu toxiques pour l'homme puisqu'il ciblent des fonctions spécifiques aux plantes. En tout cas l'étude Séralini montre bien que les rats qui boivent du glyphosate à forte concentration on une durée de vie plus longue!!! Je ne crois pas toutefois que l'on puisse en tirer grand chose, au delà de la toxicité modérée du glyphosate qui est bien connue. Et ce qui compte n'est pas tant la toxicité de la solution utilisée dans les champs, à part pour les agriculteurs, que celle qui arrive effectivement dans l'assiette du consommateur, et l'on consomme peu ces plantes, qui sont surtout utilisées pour l'alimentation du bétail (maïs, soja etc..). Les OGM sont les plantes qui ont été les plus testées depuis 20 ans, souvent par des laboratoires universitaires sans montrer la moindre toxicité. Tous les résultats sont accessibles à qui veut bien se donner la peine de consulter la littérature scientifique que l'on peut trouver sur la base de données: http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed

        Recherchez par exemple (en anglais): transgenic plant AND toxicity

        Donc je maintiens que cette étude, qui a d'ailleurs été rétractée, contre l'avis de Mr. Seralini, lequel en profite bien sûr pour crier au complot, est une manipulation qui a pour but de créer de l'anxiété afin que l'opinion publique réclame une augmentation infinie des des tests de toxicologie (jusqu'où? puisque qu'on ne peut pas prouver une l'absence de quelque chose...) afin de limiter l'utilisation des OGM pour des raisons purement politiques et idéologiques. Heureusement la violence de la réaction de la communauté scientifique a permis de démonter en partie cette manipulation et a jeté le discrédit sur les pratiques de Mr. Seralini jusque dans l'opinion, sauf bien sur chez une frange d'activistes irréductibles.

        Pour plus d'information sur ces histoires vous pouvez aller voir là: http://toutsepassecommesi.cafe-sciences.org/

        cordialement